Hymne national
     Le pays
     Constitution
     Assemblée
     Gouvernement
     Opposition
     Tourisme
     Art & Culture
     Musique
     Sports
     Cuisine
     Images du Tchad

     Éditorial
     Actualité
     Interview
     Forums
     Salon d'entreprises
     Emploi
     Annonces
     Sahibi
     Poésie
     Livre d'or
     Archives
     Groupe ialtchad


  Opinion 

IALTCHAD OPINION
 « 12 février 1979, l’éclatement de la Guerre civile au Tchad » ( 12 février 1979- 12 février 2006 cela fait 27ans )
Par Gaya – Ple Seïd
Article paru le 13 février 2006, Ialtchad Presse


« 12 février 1979, l’éclatement de la Guerre civile au Tchad »
( 12 février 1979- 12 février 2006 cela fait 27ans )
Par Gaya – Ple Seïd

C’est à partir de 1979 que le Tchad a vraiment défrayé la chronique par le théâtralisme des chefs en guerre et son cortège de massacre. Même si les causes immédiates de cette guerre peuvent se situer à cette époque, les causes lointaines sont antérieures à la genèse de l’Etat tchadien. Elles sont d’ordre géographique, historique, politique, et économique, on peut les considérer aujourd’hui comme des causes endogènes.
Le conflit tchadien est l’un les plus vieux et les plus cruels du continent africain. Les maladresses politiques n’expliquent pas elles seules les fondements de ce conflit. L’histoire pré-coloniale et la structure géographique de cet Etat sont des caractéristiques de ce conflit qui dure jusqu’aujourd’hui.

Le 12 février 1979, peu après 10 heures 30 mns, un groupe d’élèves nordistes a fait irruption dans une salle de classe et a demandé au professeur d’arrêter le cours afin de leur permettre de diffuse un communiqué du CCFAN. Certains élèves sudistes se sont opposés à cela. Alors la bagarre a 

commencé au sein de la classe puis s’est généralisée dans la cour du lycée Félix Eboué. Les gendarmes qui assuraient la protection de la radio-tchad en face de dit lycée sont intervenus juste pour séparer les batailleurs en tirant en l’air. Les soldats du CCFAN chargés de la protection du premier ministre Hissein Habré à Sabangali ( non loin de la radio-tchad )  ont pris d’assaut le lieu sous prétexte de venir en aide à leurs militants agressés. C’est ainsi que des tirs nourris ont été entendus au sein du lycée pendant un temps puis les combats se sont intensifiés dans plusieurs endroits de la capitale tchadienne d’une part entre les FAN et les FAT et d’autres part entre les paisibles citoyens.
D’une simple jacquerie le Tchad entrait ainsi dans une guerre civile qui durera deux ans. Après une trêve qui a permis à qui des sudistes ou des nordistes de trouver refuge dans le quartier où les siens sont majoritaires, les massacres ont commencé à N’Djaména.
Sur le plan militaire, les FAT au nombre de 3500 hommes à N’Djaména ont été tenus en échec par les FAN pour plusieurs raisons :

-          Les FAN recevaient de l’aide du détachement de l’armée française basée à N’Djaména.
-          L’Ambassadeur de France au Tchad conseillait au général Malloum Président de la République , la modération dans cette guerre.
-          L’Armée Nationale Tchadienne ( ANT ) s’est désagrégée. Chaque soldat a choisi son camp.
-          Le chef d’Etat major des armées, à l’époque le Colonel Nguemourou n’était pas associé aux travaux préparatoires de cette guerre, a refusé de donner l’ordre aux militaires d’entrer en guerre aux côtés de la gendarmerie dirigé par à l’époque par Colonel Kamougué qui était la seule unité de l’ANT à se battre contre les FAN.

Le 14 février, Nguemourou a donné sa démission de l’Etat-major des armées. Il a été remplacé aussitôt par le général Negué Djogo. Vu les divergence qui opposaient les frères sara et les Mbaï depuis le coup d’Etat du 13 avril 1975, le Général Djogo ( qui est sara ) a adopté une position peu mitigée vis-à-vis de Kamougué.
Magré tout, Kamougué et ses troupes avaient une parfait maîtrise de la situation. La France a imposé un cessez-le-feu entre les deux forces en présence. Cette interruption de combat a permis d’une part à l’armée française d’acheminer le reste des soldats du CCFAN d’Abéché à N’Djaména et d’autre part aux autres tendances du PROLINAT d’arriver dans la capitale afin d’apporter leurs aides à Hisseine Habré. Opération certes, réussie, sauf le CDR de Ahmat Acyl a refusé son aide à Habré. Cette trêve a aussi permis aux cadres et officiers sudistes de s’unir autour de Kamougué pour défendre les intérêts des sudistes. Ils ont formé le” comité de Défence”et ils tenaient les quartiers sud de N’Djaména où les sudistes sont majoritaires. Les autres tendances du PROLINAT tenaient aussi les quartiers nord de la capitale. Mais à la fin du mois, les combats ont repris de plus belle.
Vu la résistance que la gendarmerie a opposée aux forces du PROLINAT, la France , la Libye et le Nigeria soucieux de cette tragédie ont privilégié la voie diplomatique. C’est ainsi qu’une série de conférences s’est ouverte au Nigeria afin de réconcilier les belligérants. La première, baptisée Kano 1 a eu lieu du 10 au 14 mars 1979 à Kano. Après une longue négociation entre quatre tendances militaires présentes, on est parvenu à un accord.
Selon les clauses de cet accord, le dernier point a été appliqué à l’immédiat. Le Général Malloum Président de la République et Habré Premier ministre ont effectivement démissionné de leur fonction. Le Nigeria a accordé l’asile politique au Général Malloum. Un gouvernement d’Union National de Tradition ( GUNT ) a été formé.
Goukouni est devenu le Président provisoire du Tchad. Kamougué qui s’est imposé à la tête des FAT est exclu de ce gouvernement. Cependant le non respect des autres clauses de cet accord a entraîné au lendemain de sa signature la reprise des combats à N’Djaména entre les factions armées. C’est ainsi que la deuxième conférence dénommée Kano 2  a réuni les protagonistes tchadiens du 3 au 11 avril 1979 à kano. Onze tendances politico-militaires étaient présentes.
Goukouni a été démis de ses fonctions du Président de la République.
Lol Mahamat Choua ( actuel président de RDP ) est devenu le Président du GUNT et le général Negué Djogo le vice-président, juste pour équilibrer les choses. Goukouni a occupé le poste de ministre de l’interieur et Habré celui de la défence.
Avec l’envoi effectif des forces armées nigeriannes à N’Djaména après des violents combats entre les belligérants, Kamougué a obtempéré à l’une des clauses de Kano1 qui prévoyait le retrait de toutes les fractions armées de N’Djaména. ( au moins 80 km de la capitale ).
Certaines sources affirment qu’il a été vaincu, d’autres soutiennent que c’était une stratégie pour lui permettre de s’organiser. C’est ainsi que le 15 avril 1979, Kamougué a quitté N’Djaména pour Moundou avec ses troupes. Derrière ce retrait se cachait aussi son plan de partition du Tchad.
Pendant que les tentatives de réconciliation sont menées sur le plan diplomatique, le carnage est organisé sur presque l’ensemble du territoire national. A N’Djaména, en trois semaines de combat, la Croix-Rouge a dénombré 4000 à 5000 morts (militaires comme civils).
Le retraite des FAT de N’Djaména a occasionné le départ des sudistes de la capitale tchadienne. Au même moment de leur départ, les nordistes et les forces du PROLINAT qui avaient le contrôle effectif de la capitale ont organisé très rapidement le pillage systématique de leurs biens et la poursuite de ceux qui se trouvaient dans les environ. Les sudistes qui ont pu atteindre leur région natale en ont fait exactement comme ce qui se passait à N’Djaména. D’ailleurs, Thierry Lemoine avance un chiffre de 1000 nordistes tués dans les deux logones et le moyen-chari. Quant aux drames des sudistes dans la zone septentrionale à notre connaissance, aucun document n’en fait mention, mais Alain Focca lors d’une émission radio-diffusée ( RFI ) archives d’Afrique du 16 août 1997 reconnaît que 350 officiers et sous-officiers des FAT, tous prisonniers de guerre à Faya-Largeau ont été abattus nuitamment. De même après la chute d’Abéché, tous les prisonniers de guerre et les civils sudistes qui s’y trouvaient ont été décimés.

Cette guerre avait effectivement pris une dimension nord/sud et musulmans/chrétiens dans certaines régions. Mais sur le plan politique, cette façon de voir a été balayée d’un revers de main; car Ahmat Acyl leader du CDR qui est arabe, nordiste et musulman a préféré soutenir Koumougué qui est sudiste et chrétien.
Beaucoup de cadres sudistes tels que Ousman Gam, l’un des cerveaux des opérations des FAN du 12 février 1979, le capitaine Gouara Lassou à l’époque et le docteur Gali Ngotté ont préféré quant à eux de s’allier aux autres Forces du PROLINAT à dominance nordistes.

Dans sa retraite de Moundou, Kamougué s’est autoproclamé président du sud. Ayant appris que Kamougué et les cadres du sud s’organisaient en Etat, le gouvernement de N’Djaména qui considérait le sud comme une rébellion a décidé d’envoyer des troupes au sud du pays pour étendre l’autorité de l’Etat. Dans l’enphorie et le délire de la victoire, les forces du PROLINAT avaient la certitude que Kamougué était vaincu et qu’il fallait le poursuivre jusqu’à sa retraite de Moundou. C’était l’occasion en or pour certains éléments du PROLINAT victimes depuis tant d’années des injustices des sudistes d’aller leur régler leurs comptes. Après un moment de négociation avec les cadres du sud en rébellion le ministre de l’interieur Goukouni Weddei n’a pas hésité à brandir des menaces en ces termes: ”au cas où ils persisteraient ( dans leur refus ), je crois qu’ils ne pourront pas résister, qu’ils seront tous cramés et les survivants le regretteront”.
Goukouni a oublié que Kamougué disposait d’une bonne partie des éléments de FAT avec des armements nécessaires. En plus de cela, Ahmat Acyl a opéré un rapprochement auprès de ce dernier. Ils ont uni leurs forces pour faire face aux forces du PROLINAT. Ils recevaient l’aide nécessaire de la Libye pour leurs actions. Au lendemain de cette déclaration de presse de ministre de l’intérieur, les principales tendances armées du PROLINAT qui ont formé le Front d’Action commune dénommé ( FAC ) ont convoyé leurs soldats dans la zone méridionale, principalement dans le Mayo-kebbi sous la direction de Mbang Madi. Le 7 mai 1979, la ville de Bongor est conquise. De Bongor ils ont lancé l’offensive vers l’ouest du Mayo-kebbi, la principale cible était Pala. Chose faite, de là ils s’assuraient qu’ils pourront facilement atteindre Moundou. Etant des soldats mal formés, les Forces du FAC cambriolaient tout sur leur passage et se comportaient dans cet esprit de haine comme des véritables colons.

La déclaration de Goukouni et la manière de faire des forces du FAC, MPLT, FAP, FAN… ) ont tiré certains cadres sudistes de leur léthargie. C’est ainsi que le 10 mai 1979 le Comité Permanent, organe dirigeant le sud composé de dix membre a été formé dont Kamougué s’est imposé à la fois comme chef politique et chef militaire. Pendant ce temps, le gouvernement de N’Djaména renforcait la position de ses troupes à Bongor et à Pala par avion. Le 20 ami 1979, la grande offensive fut lancée contre Moundou par trois colonnes. Vers cette même date, les FAT qui s’étaient déjà suffisamment organisées étaient eux aussi en route pour la reconquête de N’Djaména. C’est ainsi que le 21 et le 30 mai 1979, elles ont été tué cramé d’une part à Eré et d’autre part à Pala les soldats du FAC. C’était donc la fin de l’aventure des forces du FAC dans la zone méridionale. Elles ont replié jusqu’à N’Djaména laissant ainsi toute la zone méridionale entre les mains de Kamougué.
Face à cette situation, une troixième conférance dénommée Lagos 1 a reunie les frères en guerre à Lagos au Nigeria du 26 au 27 septembre 1979. ce fut encore un échec car les intérêts de la France , du Nigeria et de la Libye divergeaient. Sur le terrain, le Tchad était partagé entre huit ( 8 ) tendances armées plus quelque partis politiques à N’Djaména.

1-Forces Armées Tchadiennes ( FAT ) de Kamougué opérait dans les deux logones, Mayo-Kebbi, Moyen-chari, et Tandjilé.

2-Conseil de Commandement des Forces Armées du Nord ( CCFAN ) de Hisseine Habré contrôlait totalement le Batha, Biltine et le Ouaddai.

3- Forces Armées Populaires ( FAP ) de Goukouni Weddei se trouvait dans le BET et le Kanem.

4- Conseil Démocratique Révolutionnaire ( CDR ) de Ahmat Acyl oppérait dans la moitié de batha, chari-baguirmi et le guéra.

5- 1ère Armée ou Front populaire de Liberation du Tchad ( FPLT ) de Mahamat Abba seid se baladait entre le salamat, le guéra jusqu’à Bokoro dans le chari-baguirmi.
6- PROLINAT Volcan de Abdoulaye Adoum Dana,  est dans la moitié du chari-baguirmi.

7- Mouvement Populaire de Liberation du Tchad ( MPLT ) de Aboubakar Abdermane se touvait dans le Lac.

8- Forces Armées de l’Ouest ( FAO ) ou 3ème Armée de Moussa Medela se trouvait également dans la moitié du lac.

9- PROLINAT –Originaire de docteur Abba sidick politiquement se trouvait à N’Djaména tout comme PROLINAT-Fondamental de Hadjero Senoussi et Union Nationale pour la Démocratie ( UND ) de Facho Balam.

Chacun gérait et administrait sa zone à sa manière. Les tractations politiques étaient constantes afin d’amener les tchadiens à reprendre leur vie communautaire d’avant 1979. C’est pourquoi la dernière tentative a été la deuxième conférence de Lagos dénommée Lagos 2 tenue le 11 novembre 1979 au nigeria. L’une des clauses importantes de cette conférence est la désignation de Goukouni comme président du GUNT et Kamougué comme vice-président. Mais le GUNT sera vite confronté à d’énormes difficultés à cause de:
- sa division en onze tendances sur des bases ethniques, régionales et tribales.
- Hisseine Habré dont de devenir le Président du Tchad était un rêve ne se lassait de brandir des ménances au sein du GUNT.
- la France et les Etats-unis n’appréciaient pas tellement la politique de Goukouni.
- l’attachement de Goukouni à la Libye sapait sa politique nationale et internationale.

Profitant de toutes ses difficultés, l’instigateur Habré a déclenché la deuxième bataille de N’Djaména le 21 mars 1980. les premiers combats opposaient les FAP et les FAN. Après une concertation, les autres tendances armées ont décidé de s’allier aux côtés de Goukouni même Acyl et Kamougué qui étaient tous contre Goukouni.
En ce temps là, les principaux leaders qui disposaient des troupes sur le terrain étaient: Kamougué 11000 hommes, Goukouni 9000 hommes, Habré 11000 hommes et Ahmat Acyl 3500 hommes ( parmi lesquels beaucoup n’ont pas des armes à la main ).
Nul ne doute que l’armée francaise basée à N’Djaména n’a manqué d’apporter son soutien à Habré.
Face à tout ce qui se tramait entre Habré, la France et les Etats-Unis, le GUNT à son tour a signé un accord de coopération militaire avec la Libye précisément le 5 juin 1980. Au terme de cet accord, la Libye est entré officiellement en guerre aux côtés de GUNT le 18 novembre 1980, avec au moins 2500 hommes, 200 chars de combats et des avions de chasse de marque Tupolev 22 ont été mobilisés par le Guide de la Révolution Libyenne.
C’est ce qui a permis aux principales forces unies autour de Goukouni de serrer l’étau pour briser la résistance de CCFAN. Alors, 10000 obus ont déversés sur la position des FAN et partout dans la ville de N’Djaména en trois jours de combats.
Cela a contraint Habré et ses soldats à quitter la capitale tchadienne le 15 décembre 1080 pour se refuger à Haramkolé à la frontière soudanaise.
Pendant neuf mois de combat, la population N’Djaménoise venait de vivre encore un des moment les plus difficiles de son histoire. La Croix-Rouge a dénombré au moins 1000 à 1500 morts pendant cette guerre. Mais il faut le dire ce chiffre est loin de la vérité.

Ainsi se présente d’une manière générale la situation que notre pays le Tchad a connu de 1979 à 1980. Après la défaite de Habré de la capitale, tous les tchadiens croyaient que le Tchad avait désormais rompu avec la guerre. Cependant, cet espoir sera vite déçu car le pouvoir d’arrêter ou de faire la guerre nous semble que ne dépend pas trop des tchadiens eux-mêmes,  il y a toujours la main étrangère. C’est ainsi qu’en janvier 1982, les Americains, Francais, et OUA actuel UA ont réarmé Habré qui, en six mois de combat a renversé le GUNT…
Le 7 juin 1982, il s’est emparé du pouvoir. Beaucoup d’auteurs s’acharnent à dire que ce fut la fin de la guerre civile au Tchad. A notre humble connaissance, c’est une fin théorique car s’est après 1982 que commencera la véritable guerre civile qui n’a jamais dit son nom au Tchad. La preuve en est que jusqu’aujourd’hui la guerre continue au Tchad.
Le 7 juin 1982, Habré s’est installé au pouvoir. Son objectif est enfin atteint. Pendant huit ans, l’homme fort de CCFAN règnera en Dieu sur le Tchad avec son parti unique UNIR.
Mais le 1ère décembre 1990, il est détrôné par son ex-chef d’Etat-major aux Armées, le colonel Idriss Déby.

Pour que le Tchad n’offre plus jamais au monde du 21ème cette triste réalité d’un pays soumis à l’arbitraire de ses gouvernants, il faut que l’homme politique à qui incombe le destin de ce pays sache que, ”être homme politique, c’est exercer le pouvoir selon les règles et la science qui font que l’on est tour à tour gouvernant et gouverné”
Il faut que le dialogue soit l’arme du politique car la véritable paix ne s’instaurera au Tchad que par des tchadiens eux-mêmes et sous la base de leurs rencontres autour des débats francs pour se pardonner réciproquement et regarder tous vers l’avenir.

Gaya – Ple Seïd
bitkine2002@yahoo.fr


Les autres articles parus dans la rubrique Opinion sur Ialtchad Presse

« Jeunesse quel avenir ? »  Par Piquet DINGAMMADJI
« Le Tchad et sa diplomatie : quelles perspectives pour sortir des pièges de la...» Par T.M.Allim
« Unissons-nous »  Par Piquet DINGAMMADJI
« Lettre ouverte à la Libye  » Par Dr Djiddi Ali Sougoudi, Médecin généraliste
« Le grand docteur Félix Ngoussou est aussi le plus grand plagiaire tchadien » Mahamat A. M.
« Coton Tchad, mamelle de l'économie ou vache à lait ? »  Par NDakmissou GEDEON
« Comment en est-on arrivé là ? »  Par Piquet DINGAMMADJI
Université de Ndjamena « Les années hypothéquées  continuent »  Par Armel ALLARAMBAYE
 
« Crise énergétique, quels sont les auteurs ? »  Par NDAKMISSOU GEDEON FMSB-UY1
« Ce qui se dit à N’djamena !!! » Par Abdelsemi Ahmat
« Encore du ridicule juridictionnel au Tchad ! » Par Albert TAMWARI
« Où va la démocratie africaine, entre mal de l’air et mal de pouvoir ? » Par Enoch Djondang
« Accord du 13 août 2007 : La CPDC piégée, IDI peut se rire de l’avenir…» Par Enoch Djondang
  « H. Habré: L'homme qui nous défendit de l'annexion extérieure » P.2&3 Par Ali Souleymane
« La guerre des tranchées et les tranchées de la paix » Par Enoch Djondang
« Résidus Culturels et Conscience Nationale : Dépolitiser l’Ethnitisation de la R » Par M. Monza
 
«Hissein Habré: L'homme qui nous défendit de l'annexion extérieure » P.1 Par Ali Souleymane
« La LTDH doit revenir aux valeurs d'origines » Par Enoch Djondang
«La corruption ou la version tchadienne de la solidarité » Par Adam Abdramane Mouli
« Le Tchad des conflits et le difficile cheminement vers la paix » Par Enoch Djondang
« En hommage au grand démocrate Dr Ibni Oumar Mht Saleh » Par Enoch Djondang

« Problématique de la société Tchadienne » Par Adam Abdramane Mouli alias Djidda
« Tchad : la stabilité perdue » Par Abdelsemi Ahmat
« TCHAD : Diplomatie d’Humiliation et d’Exil…» ( 3e et dernière partie ) Par Hassane Mayo A.
« L’espoir déçu » Par Eric Topona MOCNGA
« L’illusion de pouvoir pour lequel les Tchadiens s’entredéchirent depuis tant d’années…» Enoch
« TCHAD : Diplomatie d’Humiliation et d’Exil… Partie 2» Par Hassane Mayo-Abakaka
« Opération Arche de ZOE : la chasse au mystère » Par Caman Bédaou Oumar
« TCHAD : Diplomatie d’Humiliation et d’Exil… Partie 1» Par Hassane Mayo-Abakaka
« Affaire "arche de zoé" ou le tendon d’Achille de la Françafrique ? » Par Enoch Djondang
« L’esclavage post-moderne : Quand la France vole au secours de l’arche de Zoé » Par Nguepe

« Les nuages qui s’amoncellent à l’horizon du pays de Toumai le troglodyte
» Par Enoch D.
« Les Barouds d'honneur d'une génération politique qui a échoué? » Par Enoch Djondang
« Analyse de la situation politique actuelle au Tchad » Par Gaya-Ple Seïd
« Beac, des réformes qui poussent le Tchad à la périphérie » Par Mahamat Djarma Bourma
« TCHAD : La réconciliation nationale est-elle possible ? » Par Hassane Mayo-Abakaka
«TCHAD: La Pétro-Diplomatie pourrait-elle effacer les vestiges de l’ancien régime?» Mayo H.
« TCHAD : L’ingérence soudanaise au Tchad. » Par Hassane Mayo-Abakaka
« TCHAD : Quelle Conférence de Paix ? » Par Hassane Mayo-Abakaka
« Le procès de Habré, vite! » Par Jaqueline Moudeina
« Une certaine conviction personnelle » Par Hassan Abdelkerim Bouyebri
« La guerre actuelle du Tchad : une absurdité. » Par Abia Maal
« Flash sur les solutions de sortie de crise existantes » Par Enoch Djondang
«Conséquences du conflit tchado-tchadien sur la vie du pays » Gaya – Ple Seïd

« TCHAD: Comment se présente la situation politique actuelle ? » Hassane Mayo-Abakaka
« Toujours des bilans macabres et la bêtise continue…» Par Enoch Djondang
« Le dernier Combat du Général Idriss Déby Itno » Par Enoch Djondang
« Les conditions d’un vrai dialogue national au Tchad » Par Enoch Djondang
« Les chemins du maquis : un business macabre et juteux pour les Tchadiens !
» Par Enoch Dj.
« La vraie fausse querelle sur le taux de participation du 03 mai 2006 » Par Enoch Djondang
«Françafrique: quand le mythe de la stabilité flirte avec le mécanisme de stérilité» K. Fadoul
« Mars 20, 2006 : Et si la CEMAC ne dépendait que de nous… »
Par Djimé Adoum
«12 février 1979, l’éclatement de la Guerre civile au Tchad » Gaya – Ple Seïd
« Tchad: l'oléoduc et les 300 puits n'appartiennent pas aux tchadiens » Par A. Allatchimi
« Partenariat Banque Mondiale-Tchad: l’apologie d’une grande supercherie ?
» Par Enoch D.
TCHAD-BM: « Le Tchad n’est pas la chasse gardée de la Banque Mondiale.» Par Hassane M.A
« Le Miroir aux alouettes
». Par A.S. FADOUL , A.F. KOUYOU , M.S. ABDOULAYE
« Affaire Hissein Habré: et si l’Afrique refusait la justice ? » Par M. D.
« Pourquoi choisit-on toujours la guerre comme moyen d'expression? » Par Oumar I.Senoussi

« Le pétrole appauvrissant du Tchad » Par le Député Ali Gabriel Golhor  

« Livrez Habré, Ouest-africains: le reste, c’est pas votre affaire
» Par Patrick K. Kodibaye
« Et si Georges WÉA était Tchadien ? » Par Enoch Djondang
« Comment était la lutte pour l'indépendance au Tchad ? » Par Gaya -Ple Seïd
« La nouvelle guerre du Tchad a commencé… » Par Enoch Djondang
« Une ville malade et des habitants en circumambulation forcée.» Par Djiddi Ali Sougoudi S.
« REFERENDUM ET VILLE MORTE : EVITER LA CONFUSION SVP ! » Par Enoch Djondang
« Contre la démagogie, un peu plus de pratiques… » Par Issa Mahamat Abdelmamout
« Qu'est-ce qu'un homme politique? » Par Gaya -Ple Seïd
« Que pourrait-on encore espérer des Politico-militaires? » Par Hassane Mayo-Abakaka
« Code musulman de la famille: L'UCMT endosse le bonnet d’âne » Par Timothée Donangmaye
« Pour que notre pétrole ne signe pas l’inanité de notre espoir! »  Par Lapia Jajowaye
«Faut-il une loi unique sur les gestions des revenus pétroliers au Tchad? »Par Lapia Jajowaye
« Faut-il une seule loi pour tous les puits de pétrole ? » Par Enoch Djondang
Code musulman de la famille: Réaction tardive du Président DEBY Par Timothée Donangmaye
Code musulman de la famille: L’UCMT veut sacraliser sa fuite de responsabilités Par Timothée
SENAFET pas seulement pour les femmes mais aussi pour le bien être des hommes Par Wahilo D
« Quelle Diplomatie pour le Tchad ? » Par Hassane Mayo-Abakaka
« La majorité démographique doit rejoindre la majorité morale » Par Timothée Donangmaye
« Encore une année qui s’en va pour le Tchad. » Par Christophe Koulyo
« Esprit de créativité, vision à long terme. » Par Wahilo
«Le Tchad, une République assassinée par les hommes politiques sans éthique» Par Nouradine.
«Géopolitique pour l'ambition de certains acteurs ou pour le bien de notre pays?» Diguera W.
« Quelle alternative à trouver après l’oubli de la non Publication du décret de... » Par Gagoloum
« La communication politique dans notre pays où l’art de plagiat » Par Adoum Gagoloum
« École Idriss Deby de Djeddah (R.A.S): cher à la colonie tc... » Par Al-Amine M.Abba Seid
« Chronique d’un retour de N’Djamena » Par Saleh Goukouni
« L’homme : MISKINE Idriss » Par Doungous Daga Nangterle
« La servitude de Mahamat Hissein » Par Timothée Donangmaye
« Moussa Faki ou l'entorse à la géopolitique » Par Lyadish Ahmed
« Laïcité: Quelle laïcité ? Par Saleh Kebzabo, député, Président de l’UNDR  

Le pays | Constitution | Assemblée | Gouvernement | Opposition | Tourisme | Art & Culture | Musique | Sports | Cuisine | Images du Tchad
Éditorial | Actualité | Interview | Forums | Salon d'entreprises | Emploi | Annonces | Sahibi | Poésie | Livre d'or | Archives | Groupe ialtchad