mercredi 7 décembre 2022

Pièce théâtrale sur l'histoire politique post-coloniale

Sep 26, 2022

Une cérémonie de présentation de pièce théâtrale intitulée « la marche du Tchad, de la colonisation à l'avènement de la Démocratie », a eu lieu ce 25 septembre au ministère des affaires étrangères. Elle a été organisée par l'Association d'Échanges Culturels Kadja-Kossi (AECKK), qui a vu la présence de plusieurs personnalités publiques notamment la ministre de la culture et de la promotion de la diversité Ndougonna Mbakassé Riradjim. Reportage.

Il est 14h passée, public et invités commencent à affluer dans la salle du ministère des affaires étrangères pour un spectacle préparé par l'AECKK à sa tête l'une de plus anciennes promotrice de la culture tchadienne, Mme Mayoumbila Mariam. La salle était à moitié remplie de monde quand la mise en place est terminée. Une scène théâtrale a été livrée aux spectateurs présents. Passionnément, la scène a évoqué la décolonisation du Tchad, les différents régimes qui se sont succédés au pays jusqu'à la mise en place du CMT. Plus d'une vingtaine d'artistes ont joué le rôle des différents personnages dans une production culturelle réussie. Une véritable scène d'enseignement de l'histoire post-coloniale du Tchad a été démontrée par les artistes.

Youssouf Azolo, spectateur non-voyant s’est exprimé à notre micro à la fin du show. Il confie qu'il est un historien de formation et ravie de ce spectacle qui leurs a été offert. « C'est l'histoire du Tchad qui a été retracée depuis la colonisation jusqu'à l'ère actuelle ». Il poursuit, « c'est le Tchad en miniature qui a été retracée. Nous devons nous en sentir fier et encourager pour que cela puisse être produit un peu partout au Tchad et bien au-delà », dit-il. Minganodji Carine, artiste comédienne, affirme que ce spectacle n'a pas été facile mais avec le force et le courage ils ont pu arriver le réaliser. Elle ajoute, « je suis très émue parce que grâce à ce spectacle j'ai eu à acquérir encore plus de connaissances sur le passé de notre pays et compléter ce qu'on nous a été enseigné sur le banc de l’école », a-t-elle expliqué.

Pour Mme Mayoumbila Mariam, c'est un grand rêve de pouvoir réaliser cette pièce théâtrale qu'elle a porté avec son regrettée mari. Elle souligne qu'en son mémoire que cette pièce a été jouée. Mme Mayoumbila relève qu'elle a monté cette œuvre avec son défunt mari mais elle a tenu grâce à son fils Djas, son unique enfant. Elle signale que c'est la somme des expériences vécues qu'elle veut transmette à la nouvelle et futur génération pour qu'elle puissent mieux cerner le passé, corrigé les erreurs au présent et bâtir un avenir à travers les imperfections et les erreurs, dit-elle. Mme Mayoumbila a rappelé aussi que la présentation du spectacle n'a reçu aucun financement public et plaide à ce que le gouvernement appui des telles initiatives. Ndougonna Mbakassé Riradjim, ministre de la culture et de la promotion culturelle a tenu à féliciter les artistes et Mme Mayoumbila Mariam. Elle a déclaré que la paix n'a pas de prix et il n'y a pas mieux que les artistes pour promouvoir la paix.  

Abderamane Moussa Amadaye

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays