mardi 6 juin 2023

Conférence-débat sur le rôle de la chefferie traditionnelle

Mar 30, 2023

Le Laboratoire des Dynamiques sociales et des Savoirs endogènes (LADYPSE) a organisé une conférence-débat sur le thème intitulé « la chefferie traditionnelle et le constitutionnalisme africain aux prismes débats sur la réforme de l'État » hier mercredi 29 mars au Centre Al-Mouna. Conférence au cours de laquelle, les questions de la place et le respect de la chefferie traditionnelle ont été évoquées.

Le premier intervenant, Pr Urbain Amoa Koidio, président de l'Université Charles-Louis de Montesquieu de la Côte d'Ivoire affirme que le constitutionnalisme ou le principe de constitutionnalité est une théorie du droit qui se caractérise, au moins par quatre éléments : le pouvoir souverain et les droits fondamentaux doivent être garantis par une Constitution écrite, la suprématie est accordée à la Constitution, les velléités d'exercice du pouvoir par un éventuel despote sont limitées et enfin la présence effective de mécanismes qui permettent de limiter les dérives.

Le conférencier ajoute que dans ce type de démocratie où il y a des institutions classiques pour la République, nulle part n'apparaissent les institutions coutumières que sont, entre autres, l'Assemblée nationale et le Sénat, la grande chancellerie, le Conseil Économique, Social, Culturel et Environnemental et le Conseil Constitutionnel chargé du Contrôle de la Constitutionnalité des lois ainsi que la régularité des élections nationales et des référendums. Or dans ces instances où l'âme du peuple se manifeste, nulle part n'apparaît un quota réservé aux autorités coutumières et traditionnelles qui, de ce fait ne peuvent que subir les décisions prises ici et là jusqu'à être marginalisées voire ignorées et banalisées.

L'orateur conclut que la plus grande règle des règles dans le constitutionnalisme démocratique et dans le consensualisme démocratique, tous les deux complémentaires par endroits, est le respect des valeurs qu'offre la diversité culturelle d'un pays. Qui doit être à son tour axée surtout sur le respect de l'Humain. Il invite à un respect soigné de la cohabitation fraternelle pacifique et au respect du Divin de l'humain qui impose le respect du Sacré de la Nature. « Ce sont les préalables indispensables à la production des richesses pour l'Être et le Bien- être de chacun (e) et de tous », dit le Pr.

Le chef Tamiya Djiteïngar, représentant de la chefferie traditionnelle tchadienne, souligne qu'un être ne doit pas oublier sa traduction, quoi qu'il en soit. La mise en valeur de la tradition, dit-il, doit être la priorité de tous. « Les Tchadiens ont tendance de dire que la chefferie traditionnelle est l'âme de la nation, puisque dans certains événements malheureusement à l'exemple de celui de 1979, ce sont les chefs de village qui ont été à côté de la population, puisqu'ils n'ont pas bougé de leur territoire. Une structure de réflexion scientifique doit être mise en place pour permettre à la chefferie traditionnelle de jouer normalement son rôle dans le développement de ce pays. La chefferie est à la base de tout », dit le chef Djiteïngar.

Pr Vaidjike Dieudonné, enseignant chercheur et Directeur de LADYPSE de l'Université de Ndjamena dit, « ce n’est pas au chef seul de perpétuer la tradition, mais c’est aussi aux sujets, ceux qui reçoivent du chef la bénédiction et la protection. Aidons nos chefs à perpétuer nos traditions dans le respect tout en leur accordant leurs places dans nos sociétés ».

Narhinguem Anastasie

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays

    Votre Publicité sur Ialtchad Presse