Journal

Journal (989)

Le candidat de la coalition pour un Tchad uni Mahamat Idriss Deby Itno (MIDI) a organisé un meeting hier après-midi mercredi 24 avril 2024 au stade municipal de Doba dans la ville de Doba.
 Mahamat Zène Bada Directeur  de campagne nationale dit qu'il va donner quelques conseils aux jeunes pour que leurs résultats ne soient pas gâchés.  «Nous sommes en compétition avec 9 autres candidats. Ces 9 personnes ont cru dans le Logone oriental, ils ont perdu  ». Selon lui, ces personnes commencent à faire des petites campagnes pour contester l'élection.

Pour lui, parce qu'ils savent qu'ils ne gagneront pas, parce qu'ils ont critiqué, ils sont crus, parce qu'ils n'ont pas un programme politique, ils ne sont pas des hommes de parole, ils savent que gouverner le Tchad n'est pas facile. Ils savent qu'il y a quelqu'un qui s'appelle Mahamat Idriss Deby Itno.

Le Directeur National de campagne ajoute qu'ils disent que l`ANGE a été créé par les militants du parti MPS pourtant L'ANGE est une proposition d'une loi du gouvernement portée par le Premier ministre adopté en conseil de ministre est devenue une loi. Mahamat Zène Bada affirme qu'il ont senti leur défaite donc ils ont commencé à nous progresser sur le terrain de la loi, sur le Code électoral.

Il confirme Mahamat Idriss Deby Itno a un programme clair pour les personnes vulnérables, pour les jeunes et Femmes. Le candidat est jeune comme vous. Il est sage, il a le sens d'écouter, c'est un M. qui sait attendre, patience, qui réfléchis à poser ses actes, qu'il fait ce qu’il dit.  « Je vous demande de voter Mahamat Idriss Deby Itno le 6 mai 2024 ».

Ousmane Bello Daoudou

Le candidat de la coalition pour un Tchad uni, Mahamat Idriss Deby Itno (MIDI) est à Koumra, chef-lieu de la province de Mandoul. L'équipe de Ialtchad Presse a promené son micro pour recueillir les avis de la population de la capitale du Mandoul.
Moussa Ahmat est vendeur des chargeurs téléphoniques à Koumra. Il affirme  que depuis les préparatifs de l'arrivée du président pour la campagne électorale, nous a donné un espoir, celui de poser nos doléances comme l'eau, l'électricité. Il y a d’autres petits soucis, par exemple certains responsables nous dérangent en faisant de contrôles inopinés ordonnés par les chefs hiérarchiques.  Nous demandons de contrôler les responsables véreux des certaines institutions, de respecter les lois de la République. Là où le président passe, il y a toujours un changement à tous les niveaux.

Abdelkadrir Moussa est restaurateur. Il soutient que la visite du président est bonne chose. Parce que notre clientèle augmente automatiquement. Il y a 3 jours déjà nous avons ajouté le menu du jour cela génère des revenus supplémentaires. Nous les vendeurs de restaurants, nous avons besoin de l'énergie pour la concertation de nos aliments. Nous demandons au président d'améliorer nos conditions de vie en améliorant nos besoins primaires.

Nouba Ndingangar est chef de village dans le canton de Béboro. Il dit que les responsables locaux sont très malhonnêtes dans les gestions de la chose publique. Ils favorisent  leurs parents. Nous les pauvres nous souffrons beaucoup de cette malhonnête. Il faut faire comme Tombalbaye en donnant la chance à tous. Nous lui demandons d'instruire les responsables locaux pour une bonne gestion.

Yankigayane Justine habitante. Le président est bien, il fait des promesses, il fait de son mieux, mais les gens qui il confie des missions ne font pas ce qu'il dit. Ils ne réalisent pas ces projets pour le bien-être de la population. Bref, le président agit, mais les responsables qui sont devant détournent à leurs propres intérêts. S'il veut faire quelque chose, il faut que lui-même vienne sur le terrain pour les réaliser.

Propos recueillis par Ousmane Bello, Ialtchad Presse à Koumra

Après Abéché, Mongo, Ati, Mossoro et Mao, le candidat de la coalition était à Sarh hier lundi 22 avril. Il a tenu un grand Meeting au stade municipal de la ville.

Le temps était doux, des jeunes femmes et des hommes de différents bureaux de soutiens teintés des différentes couleurs, les « clandomans » étaient habillés en tee-shirts floqués de l’effigie de leur champion, les partis de la coalition ont pris d'assaut le stade dans une grande ferveur.
Ils disent être là pour écouter le message de leur  candidat Mahamat Idriss Deby Itno qui affirme, « après 16 ans au service de mon pays en tant que soldat et 3 ans à la tête du pays. Je suis porté par une coalition composée 227 partis politiques et 1500 associations de la société civile. J’ai un programme ambitieux, de 5 ans, un programme réaliste, articulé en 12 chantiers avec 100 actions concrètes ».

Il soutient que dans son programme les jeunes, les femmes, les handicapés sont pris en compte sans exclusion. « J'ai servi mon pays et je sais ce que veut mon pays ».
Le candidat a énuméré les atouts du Tchad en matière d'élevage et d'agriculture et un sous-sol riche.  « Nous avons des jeunes capables, ce qui reste c'est le travail. Accompagnez moi et vous allez me juger dans 5 ans. Je vais réaliser mes engagements. Par exemple, la construction des routes sera une réalité. Agrandir l'université et moderniser par des nouvelles facultés seront palpables ».

Ousmane Bello Daoudou

Lors d’un point de presse fait hier, jeudi 18 avril au siège du parti Alwassat, les 10 postulants à la présidentielle dont les dossiers étaient rejetés, qualifient le processus électoral en cours d’illégal. Selon eux, le choix des candidats ne repose sur aucun acte juridique légal. Ils disent être injustement écartés de la course à la magistrature suprême.
 
« Comme un adage africain dit celui qui t’égorge n’entend pas tes gémissements » dit M. Ahmat Soubiane candidat du parti Union nationale pour le changement démocratique (UNCD). Les candidats recalés disent être surpris et indignés par le silence du monde dit libre, «  ce monde se laisse faire et s’apprête à valider le résultat ». Pour M. Ahmat Soubiane ce processus électoral est une comédie de mauvais goût financé en totalité par l’argent du trésor public et orchestré par le néocolonialisme qui cherche à donner une légitimité à un pouvoir dynastique. Pour la crédibilité de ce processus électoral, ils exigent l’arrêt immédiat du processus électoral en cours. Ils proposent l’ouverture d’une concertation entre tous les candidats postulants.
 
Ils appellent toutes les forces vives tchadiennes de se tenir prêt pour une synergie d’action de grande envergure. Ils disent alerter, l’opinion nationale et internationale, « il existe de zones d’ombre de l’accord de Kinshasa et la complicité politique apparente entre les deux candidats signataires. Ils prennent en otage l’avenir du Tchad. Ces élections portent les germes d’une grave crise postélectorale », disent-ils.
 
NDM

Wenaklabs et Méta ont organisé ce jeudi 18 avril une journée d'échange avec les journalistes sur l'utilisation des réseaux sociaux, les défis du problème d'accès et d'infrastructure limité, le coût élevé d’Internet, le manque d’énergie et l'impact sur la population.
L'objectif de cette journée  est d'échanger avec les acteurs autour des standards de communication (politique de contenu) sur les plateformes de la famille d'application de Méta, la modernisation de contenu de lutte contre la désinformation, la typologie des fausses informations au Tchad et les risques de désinformation.
Olivia Tchamba de l’organisation Public Policy Manager Francophonie Africa souligne que les réseaux sociaux (RS) ont transformé les méthodes traditionnelles de communication facilitant les échanges, les rendant plus rapides et plus fréquents en connectant des communautés éloignées.
Selon elle, il y a une augmentation progressive de l'utilisation des RS surtout parmi la population jeune et urbaine. Elle a cité en exemple les événements récents comme les campagnes d'information sur la COVID 19 ont montré l'importance croissante de ces plateformes pour la diffusion rapide d'information.
Elle affirme que plus 3,88 milliards d'utilisateurs accèdent aux applications de Méta chaque mois et 204 millions vivent en Afrique subsaharienne.
Ousmane Bello Daoudou

L'Agence Nationale de gestion des Élections (ANGE) a lancé hier après-midi 17 avril 2, à son siège sis Farcha dans le 1er arrondissement de la capitale tchadienne, N’Djamena, les opérations de fourniture de matériel électoral sur le terrain dans les provinces.
Issa Adjidei Directeur des opérations explique, «  tous les matériels électoraux commandés sont livrés. 2500 listes sont déjà imprimées ». Selon lui, au total 20 provinces sont déjà leurs imprimés. Il ajoute « après la disponibilité de tous ces matériels et documents électoraux, viendra le colisage,

Le Directeur des opérations dit qu’il faut que les documents nécessaires soient disponibles. Il réaffirme que 20 provinces sont imprimées et colisées. « 8 provinces : le Salamat, le Moyen Chari, le Tibesti, le Wadi Fira, le Bourkou,  les deux Ennedi et le Sila seront aussi desservis. C’est 26 536 bureaux de vote », dit-il.

M. Ahmed Bartchiret, président de L'ANGE soutient que toute l'équipe de l'Ange s'est mis en œuvre dans une organisation de 3 fois 8 au niveau de travail pour que tout soit prêt et parvient jusqu'aux dernières localités. « Tout est prêt pour que les élections se déroulent dans de bonnes conditions sur tout le territoire national ».

Ces matériels sont de :Lot numéro 1, les Kits, lot 2 les cantines, les listes d'émargement et d'affichage, le procès-verbal, les fiches de pointage, Guide d'électeur, guide des membres MBV, les listes d'émargement vierge, procuration, logo pour les urnes, bulletins de vote, bordereau de transmission et les badges des membres de l'Ange. Enfin, le Lot 3 les Vracs : Urnes, isoloirs et banderoles

Ousmane Bello Daoudou

La cérémonie marquant le dédicace du livre de Mahamat Idriss Deby Itno président de transition couplée au lancement de son site web de campagne a eu lieu jeudi dernier 4 avril au palais Toumaï à la présidence de la République dans le 2e arrondissement de la ville de N’Djamena.

Il est 21h00, lorsque le président de la transition Mahamat Idriss Deby Itno, auteur du livre fait son entrée dans la salle de Toumaï accueillit par ses compatriotes (hommes politiques, membres du gouvernement, les présidents de grandes institutions de la République, les Ambassadeurs accrédités au Tchad, membres de conseil national de la transition, les Artistes et les membres de la société civile, les médias et les différents invités venus pour la circonstance).

Quatre temps forts ont marqué cette cérémonie.

La première intervention est celui de directeur de la communication à la présidence de la République qui a situé pourquoi la création d'un site Web personnel du chef de l'État qui lui permet d'échanger et de partager avec sa communauté sur ses actions sociales, d'amitié et de solidarité avec ses propres contenus créés par lui-même. « Le président est jeune à l'ère du numérique donc il est important d'avoir ce site à part du site officiel de l'état ».

Puis a suivi, l'intervention technique par le développeur : où trouver le site, son accès. Pour lui c'est un travail d'équipe qui est 100%Tchadien conçu par les jeunes Tchadiens.

Après, c’est Dr Ali Abderamane Haggar qui a préfacé le livre. Il dit c'est un grand jour pour l'écriture nationale, source de lumière que nous célébrons ce jour 4 avril  à la date anniversaire de l'auteur.

 « J'ai lu avec beaucoup d'attention, par la forme, j'avoue que le texte est bien écrit. Dans le fond ce livre est un mine d’informations sur le développement personnel, et de la société humaine », a dit M. Ali Abderamane Haggar. Il affirme que dans ce livre a 6 chapitres subdivisé en 169 pages. Toujours selon M. Haggar, le président revient sur les croyances religieuses, le témoignage d'une sincérité des hommes avec leur faiblesse, leur passé et leur grandeur. Puis il a cité quelques hommes politiques à l'exemple de Saleh Kebzabo. Pour finir Dr Abderamane affirme que ce livre façonne une histoire vécue en tant qu’acteur sur son parcours, sa carrière militaire. Il ajoute que l'auteur est un mixité de culture qui est le métissage de vivre ensemble.

Mahamat Idriss Deby Itno a donné 5 raisons qui l’ont poussé à écrire à ses invités et ses téléspectateurs.

Il affirme que la première raison est religieuse puisque Dieu l'a créé de rien et a fait de lui  une personne qui a gravi les échelons pour arriver au sommet de l'État.

La deuxième raison est pour le peuple Tchadien, « après 3 ans à la tête du pays, il est de mon devoir de faire savoir aux Tchadiens qui est ce jeune homme qui s'appelle Mahamat Idriss Deby ITNO appelé encore Mahamat Kaka ».

La troisième raison est la transition, « comment on a géré cette transition avec beaucoup de franchises pour que les Tchadiens sachent. Il y a aussi des choses qui se gèrent de manière silencieuse ».

Il poursuit en soutenant que la quatrième raison est pour l’histoire. « Beaucoup disent pourquoi un président en exercice raconte son histoire? Il faut que les gens aient l'idée sur moi enfance et cela entre dans l'histoire ».

Enfin, la dernière raison « c’est pour servir d'exemple, pour inciter les jeunes, les décideurs, d'aimer leur propre histoire, l’histoire réelle vécue ».

Ousmane Bello Daoudou

Une rencontre s'est tenue ce mardi 2 avril au siège de l'Agence Nationale de Gestion des Élections (Ange) entre le président de la Haute autorité de Médias et de l'audiovisuel (HAMA) Abderamane Barka Abdoulaye et le président de l'Ange, Mr Ahmed Bartchiret. Les échanges ont porté sur la réglementation du temps d'antenne, du temps de parole et d'espace rédactionnel dans les médias privés pendant la campagne pour l'élection présidentielle du 2024.

Un document subdivisé en quatre chapitres qui tient à réglementer la conduite à tenir durant les élections du 6 mai prochain a été examiné.

Dans le chapitre 1 figurent les dispositions générales disent, la présente décision a pour objet la réglementation du temps d'antenne, de parole aux candidats à l'élection présidentielle dont le premier tour est fixé au 6 mai 2024.

Le chapitre 2 parle de l'accès des candidats ou de leur représentant aux médias privés. Il stipule dans son article 5 et 6 que les candidats peuvent solliciter les services des médias privés dans le cadre de la campagne électorale.et ses médias privés sont responsables de leur programme pendant la période électorale. Ils doivent traiter tous les candidats avec équité dans la collecte, le traitement et la diffusion de l'information.

Le troisième chapitre est focalisé sur la diffusion et la publication des messages. L’article 8 de ce chapitre parle de la durée et de la fréquence par semaine doit être la même pour tous les candidats.

Enfin, le dernier chapitre porte sur les dispositions finales qui disent que la campagne électorale dure 21 jours avant la date du scrutin et prend fin vingt-quatre heures avant la date d'ouverture du scrutin.

Ousmane Bello Daoudou

L’Observatoire tchadien des finances publiques a organisé dans un hôtel de la place un atelier de sensibilisation et de formation sur la notion de transparence du secteur extractif et les initiatives de sa promotion au Tchad à l'intention des ONG, des leaders de la société civile et les médias.

Pour le Représentant du Coordonnateur, l'observatoire tchadien de finances publiques (OTFIP) cet atelier constitue une preuve de leur engagement pour une plus grande transparence dans la gestion du secteur extractif au Tchad en particulier les secteurs minier et pétrolier. « OTFIP a intensifié ses efforts pour rendre les informations sur les finances publiques accessibles à travers son site internet et permettre une meilleure compréhension pour une participation active des citoyens dans la gestion publique », dit-il. Il affirme que cet atelier est conçu comme un espace d'échange dynamique combinant présentation, discussion interactive sur les questions-réponses.

De son côté, le représentant de la coordinatrice nationale de ITIE au Tchad Younous Azaki Taha souligne que le but est d'appliquer les principes de base de la bonne Gouvernance et de créer les conditions du développement économique, social répondant aux aspirations légitimes du peuple tchadien. Et Il relève que le passage à la mise en œuvre de la norme 2023 implique au niveau du groupe multipartite sur la question de la lutte anticorruption, d'autres questions de gouvernance au sein des parties prenantes au niveau national.

Ousmane Bello Daoudou

Dans une déclaration commune faite ce vendredi 29 dans une salle de la radio FM Liberté, les membres du Groupe de Concertation des Acteurs Politique (GCAP) déclarent s’attaquer judiciairement au rejet de la candidature du candidat de leur candidat recalé M. Nassour Ibrahim Neguy Koursami par le Conseil Constitutionnel (CC).

Ils affirment que leur candidat est bel et bien de nationalité tchadienne, « il se présentera à l'élection présidentielle du 06 mai prochain. La qualification hâtive de faux et usage de faux imputée à notre candidat à l'absence d’élément matériel, préalable obligatoire à la qualification et la constitution de l'infraction alléguée est loin d’être vraie comme allégué par M. Padaré. Le faux entendu comme une altération frauduleuse de la vérité, de nature causer un préjudice, il peut être commis par altération , fabrication, dénaturation ou suppression d'un écrit authentique ou privé ».

Selon les membres de GCAP, le fait de déclarer tardivement la naissance d'un enfant lui enlève-t-il sa nationalité ? Et même si c'est le cas, l'ordonnance du 02 juin 1961 portant organisation de l'état civil en République du Tchad est abrogée et modifiée en toutes ses dispositions par la Loi 008 du 10 mai 2013 puis par l'ordonnance 002 portant organisant l'état civil au Tchad. Toujours selon le GCAP, si la déclaration de naissance avait été enregistrée en 2015, la validité expliquée par Sieur PADARE parce que la loi ne dispose que pour l'avenir. En conséquence l'ordonnance de 1961 est inopérante en l'espèce.

Pour le GCAP, l'article 157 du Code électoral dit que toute candidature rejetée est notifiée à la l'intéressé par lettre avec accusé de réception dans un délai de 10 jours à compter de la date de réception par le CC. « Le CC n'a pas respecté cette disposition puisqu'en date du 25 mars comme dit la loi, le candidat Nassour Ibrahim Neguy Koursami n'a pas reçu notification du rejet de sa candidature. Il faut le mentionner publiquement que notre candidat est toujours candidat de plein droit et va concourir de grès ou de force le 6 mai où il sera plébiscité et élu par les Tchadiens », disent les membres du GCAP.

Kellou Daoula Adoum

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

-Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

  1. Divertissement
  2. Sports
  3. Mon Pays

Votre Publicité sur Ialtchad Presse