Journal

Journal (988)

Dans un communiqué de presse daté du 2 janvier, le Front pour l'Alternance et la Concorde au Tchad (FACT) a dénoncé le référendum ses meilleurs vœux pour la nouvelle année tout en souhaitant une résistance pour la même année.

« Le referendum constitutionnel qui vient d'avoir lieu démontre clairement que les gouvernants ne tiennent aucun compte du choix du peuple. Leur unique préoccupation est de donner l'illusion d'une démocratie à cette tyrannie. Nous restons ouverts afin de donner une chance à la paix, tout en étant fermes sur nos principes en refusant toute compromission ou de médiation partiale », dit le chef rebelle.

Aussi, dit-il, la volonté de la junte militaire de confisquer le pouvoir par la force. M. Mahdi soutient que la barbarie, l'humiliation, la corruption, le népotisme, l'intimidation et le pillage sont les instruments de gouvernance de cette junte. « Elle s'acharne à détruire notre histoire, celle d'un peuple, de la famille et de nos valeurs », dit-il.

De plus, M. Mahdi soutient que la junte militaire ne renoncera jamais, « elle s'enracine davantage en bénéficiant du soutien inconditionnel de ses alliés ». Selon le Fact, en 2023, 4 pays se sont uni notamment le Tchad, la Libye, la France et les Émirats arabes unis, dans le but de détruire la résistance nationale et de maintenir le système dynastique. «  Ceux qui accompagnent et chantent la refondation du pays n'ont apporté aucun changement. Ils s'en accommodent en poussant le pays à l’agonie, tout en prélevant leur part du butin », a-t-il dit.

Il conclut ses vœux en affirmant que l'année 2024 doit être celle de la résistance pour mettre fin à la tyrannie.

Noël Adoum

Dans la nuit du 2 au 3 janvier 2024, un incendie a brûlé l'un d’important marché de la capitale tchadienne, N'Djamena. Les dégâts sont énormes.

Plus de 24h après l'incendie, sur le lieu, tristesse, choc sont visibles sur les visages des commerçants. Certains sont démoralisés, d'autres ont des larmes aux yeux, d’autres encore sont consolés par d’autres. Les sites des céréales, des moulins et des habits ont été dévastés.

Abdeldjelil Hissein, régisseur du marché, affirme sur ton désolé « un court-circuit électrique est à l'origine de ce feu. Plus de 400 boutiques ont été calcinées. Les dégâts sont énormes. Plusieurs sacs de céréales, des moulins, d'autres alimentations sont réduits en cendre. De l'argent en billets que certains commerçants gardent dans leurs boutiques est réduit en cendre ».

Il soutient qu'un bilan définitif sera communiqué bientôt. Sur le site du drame, Ali Saboune, victime affirme qu'il a perdu plus de 60 millions de FCFA en produits et une forte somme qu'il n'a pas voulu nous communiquer.

Abderamane Moussa Amadaye

24h après la nomination de Masra à la tête de la primature en remplacement de Kebzabo,  premier gouvernement de la 5e République est constitué sans un grand chamboulement.

Il est composé de 41 membres, dont 5 ministres d’État et 11 secrétaires d’État. C’est, selon plusieurs observateurs une reconduction du précédent gouvernement. 4 ministres ont été éjectés. Il s’agit de Moussa Khadam au ministère de l’Éducation nationale remplacé par Ndolembaye Sadé Djesada, cadre du parti Les Transformateurs, de Laoukein Médard ministre de la Production et de la Transformation Agricole qui a cédé sa place à Keda Ballah, Mahamat Allahou Taher qui est débarqué des Télécommunications et de l’Économie numérique au profit de M. Boukar Michel ou encore Moussa Batraki remplacé par Mahamat Assouyouti Abakar à l’Économie.

Pour le reste, il n'y a pas un grand changement. Mahamat Saleh Annadif est maintenu aux Affaires étrangères, Tom Erdimi garde  l’Enseignement supérieur, Limane Mahamat toujours à la tête de l’Administration du territoire. Aussi, le ministère de la Défense Dago Yacouba et Tahir Hamid Nguilin aux Finances ont gardé leurs postes. C'est aussi le cas au ministère de la Sécurité publique où M. Mahamat Margui a conservé ses fonctions ou encore Amina Priscille Longoh inamovible du ministère d'État, chargé de la Femme. 

Dans ce nouveau gouvernement, l'on note également le tour de passe-passe entre M. Abderamane Koulamallah qui a regagné son ancien ministère de la communication et Aziz Mahamat Saleh renvoyé au ministère des Infrastructures. Le ministère de la réconciliation créé au lendemain du décès de Deby est dissous. Un nouveau ministère de l'action sociale et de la solidarité nationale est créé.

Abderamane Moussa Amadaye

La Compagnie Hadre Dounia a organisé une cérémonie de la fête de fin d’année des enfants hier 1er janvier au centre culturel Koulsy Lamko.

Plus de 200 enfants ont pris part à cette fête  dont l'objectif principal est de préparer les enfants à affronter le deuxième et troisième trimestre de l’année scolaire  avec un nouvel esprit d’apprentissage et d’encourager ceux qui ont connu de grèves à retourner à l’école avec plus de détermination.

Les initiateurs de « Tous ensembles sauvons l'École tchadienne » ont remis des kits scolaires contenant des  cahiers et des sacs qui, selon eux, « consistent à encourager les élèves d'aller de l'avant. Cet acte sert également à motiver les enfants dont les admis ainsi que ceux qui ont échoué à mieux faire. Il faut investir pour le cerveau » a déclaré Jean Kevin Ngangnodji promoteur du centre.

M. Ngangnodji affirme que certains enfants ont fini le premier trimestre dans de bonnes conditions, « malheureusement cette année les élèves de l'école publique n'ont pas pu fréquenter comme il se doit. Cette soirée est aussi un plaidoyer pour demander aux autorités et aux enseignants de sauver l'école, de reprendre les cours dans les écoles publiques afin que ces élèves rattrapent ceux du privé ».

Chaque année la compagnie Hadre Dounia aide les enfants des différents quartiers en offrant des cadeaux aux 5 premiers de classes respectives. « C'est une œuvre gratuite ». Il estime que malgré la grève, rien n'est impossible à l'État.

Notons que le Centre culturel Koulsy Lamko organise souvent le cours de soutien de la classe de Cours préparatoire 1 (CP1) jusqu'en terminale pour renforcer les capacité des enfants et les mettre à jour par rapport au programme.

Noël Adoum

Succès Masra a été nommé Premier ministre, chef du gouvernement de transition moins de 2 mois après son retour d’exil suite aux évènements du 20 octobre 2022. Le décret signé le 1er janvier 2024 par le président de transition est lu à la télévision nationale par le ministre d'État Secrétaire général de la présidence Mahamat Ahmat Alhabo.

Succès Masra devient ainsi le Premier ministre de la 5e république et succède à Saleh Kebzabo qui a démissionné le 29 décembre dernier à la suite de la promulgation de la nouvelle constitution issue du référendum constitutionnel du 17 décembre dernier.

Abderamane Moussa Amadaye

Les forces vives tchadiennes ont organisé une conférence de presse ce dimanche 31 décembre à la bourse du travail dans la commune du 3e arrondissement de la capitale tchadienne, N’Djamena.  Elles appellent la population à s’ impliquer au projet de « Paix des braves ».

La conférence a commencé par une minute de silence aux victimes de la transition. Le projet « Paix des braves » est une initiative de la Coordination des actions citoyennes Wakit Tama, pour promouvoir et implémenter la paix, porteuse de développement, a déclaré le porte-parole de Wakit Tama Adoum Soumaïne.

Selon lui, depuis 1963, la paix dans ce pays est compromise par deux problèmes majeurs : la dictature permanente et les rébellions armées. Ce contexte a permis l'accès au pouvoir par la force et sa confiscation, aussi, par la force.

 « Aucune solution n'a été trouvée aux rébellions armées permanente. L’actuel pouvoir est dans la restriction des libertés publiques avec les quatre ordonnances scélérates du 1 août 2023 », disent les forces vives.

Toujours selon les forces vives, aucune perspective de paix sincère n'est possible dans un contexte aussi délétère et le blocage politique mis en évidence lors du dernier référendum, « les populations tchadiennes ont déserté les bureaux de vote, la communauté internationale, notamment la France complaisante et complice, n'ont fait qu'accompagner le pouvoir dans ses choix politiques ».

Pour elles, les résultats du référendum constitutionnel et le soutien actif de la communauté internationale décriée par les populations, aggravent les risques de violence politique Conséquence, « le pays a des chances de s’éloigner de la paix, de la démocratie et du développement appropriés »

Ces forces vives ont formulé quelques solutions. Ils demandent de mettre ensemble les acteurs de la crise au Tchad pour faire la Paix des braves, engager tous les acteurs de la crise à orienter la suite de la transition en cours dans les buts d'une paix durable et demander aux citoyens tchadiens de s’impliquer pour réussir ce pari.

Noël Adoum

Suite à la déclaration du dicastère pour la doctrine de la foi fiducia supplicans du 18 décembre 2023 qui a soulevé une vague de protestations des différentes conférences épiscopales des églises d'Afrique, la voix de celle du Tchad rejoint les autres et dit non à la décision du pape de bénir les couples homosexuels.

A l’occasion de la fête de la Sainte Famille, les évêques du Tchad par la voix de l'archevêque métropolitain de N’Djamena Mgr Djitangar Edmond Godbé, ont précisé leur position sur la déclaration « sur la doctrine de la foi fiducia supplicans » qui selon eux, est contraire à leur foi chrétienne. Ces évêques estiment que cette déclaration est une violence faite à notre culture tchadienne et africaine. Car l'exercice de la sexualité hors de l'union maritale normale est considéré comme une abomination et une faute morale grave sévèrement punie, disent-ils. Ils ajoutent, la parole du Christ qui fonde le couple chrétien est claire et les ramène aux origines et à la volonté du créateur du couple humain, face aux déviations et arrangements des hommes.

« C'est Dieu qui a créé le premier couple humain Adam et Ève. À la différence des autres créatures, il les a créés volontairement à son image et à sa ressemblance... homme et femme », a-t-il dit, s’appuyant sur la genèse 1, verset 26-27. C'est à ce double titre qu'ils reçoivent la bénédiction divine, « soyez féconds, multipliez-vous, emplissez la terre et soumettez-là, dominez sur les poissons de la mer, les oiseaux du ciel et tous les animaux qui rampent sur le sol » genèse 1, verset 28.

Aussi, les évêques soulignent que la bénédiction des couples homosexuels n'est pas une priorité pastorale pour leur Église- Famille de Dieu. Selon eux, la vérité est que la bénédiction du couple du même sexe pourrait signifier l'approbation d'une union qui est, qu'on le veuille ou non, contraire à la loi naturelle, à nos traditions culturelles et condamnées par la Bible comme une abomination ont déclaré les évêques avec des versets  lévitiques . 18,22, Romain 1,26-27. « Nous ne voyons donc pas comment autoriser dans notre Église locale une telle bénédiction», ont-ils martelé.

Ils déclarent qu'ils  n'appliqueront pas le document de la doctrine de la foi dans leur Église-famille de Dieu qui est au Tchad. « Nous ne demanderons donc pas aux prêtres exerçant le ministère sacerdotal dans l'Église catholique au Tchad de bénir les couples du même sexe », clament les évêques.

Noël Adoum

Ce samedi 30 décembre a eu lieu la cérémonie de présentation et dédicace du livre « Mobilisation des recettes fiscales non pétrolières : cas de l’impôt sur les sociétés au Tchad et au Cameroun » de M. Korom Acyl Dagache dans la grande salle multimédia de Centre de Formation et de Formation pour le Développement (CEFOD).

Prestation de slam sur le podium dans une ambiance chaleureuse où des responsables administratifs, hommes politiques, connaissances et membres de la famille ont répondu présents à la cérémonie de dédicace du livre de Dr. Korom Acyl Dagache « Mobilisation des recettes fiscales non pétrolières : cas de l’impôt sur les sociétés au Tchad et au Cameroun ». C’est un ouvrage divisé en 4 chapitres et de 202 pages aux éditions Plume d'Afrique.

Selon l'auteur, il y a matière à réfléchir sur la question de mobilisation des recettes fiscales non pétrolières. C’est une question d'actualité et un défi qui dans de nombreux pays subsahariens. C'est la raison pour laquelle, l'impôt sur les sociétés a retenu l’attention de l’auteur comme étant un levier essentiel en matière de collecte des recettes fiscales, a-t-il souligné. Il poursuit que l'ouvrage fait un aperçu général de l'impôt sur les sociétés dans les deux pays. « Le livre met en valeur les aspects contrat cycliques où la baisse de son taux semble favoriser l'implantation des entreprises », a-t-il laissé entendre.

L’auteur parle de la gestion opaque des recettes publiques dans la zone de la Communauté économique et monétaire de l’ Afrique centrale (CEMAC) en général et celui du Tchad en particulier. L'idée principale de son ouvrage, dit-il, est de faire de la fiscalité, un levier du développement du pays. «  La mobilisation des recettes, dont les impôts, est capitale pour juger la capacité d’un État. Même les individus doivent payer leurs impôts pour le développement du pays ».  L’auteur tire la sonnette d’alarme sur les crises juridiques, économiques, sociales et politiques en Afrique et appelle à des réformes profondes dans les deux États pays.

Noël Adoum

Le ministre Secrétaire général à la présidence Mahamat Ahmat Allahbo a procédé au lancement de la 5ème édition du Festival Dary ce vendredi 29 décembre au Palais des Arts et de la culture dans la commune municipale de 8e arrondissement de Ndjamena.

Organisé par l’Office National de Promotion du Tourisme de l’Artisanat et des Arts (ONPTA), sous la tutelle du ministère des Affaires culturelles, du Patrimoine historique, du Tourisme et de l’Artisanat, le festival Dary est une grande messe culturelle qui réunit les habitants de 23 provinces du pays. Ce festival a pour mission principale de favoriser l’unité nationale, le dialogue interculturel et la promotion du vivre ensemble. Plusieurs stands sont prêts à accueillir les communautés, les entrepreneurs et certaines organisations.

Le président du Comité d’Organisation, le Directeur général de l’ONPTA Fadoul Hamid Mouctar affirme, « cette 5e édition confirme la volonté de positionner cet événement comme plateforme par excellence d'expression de la diversité et de la richesse du Tchad. C'est l'occasion de découvrir nos cultures, nos us et coutumes ainsi que nos costumes traditionnels et l'art culinaire».

Le ministre des Affaires culturelles, du Patrimoine historique, du Tourisme et de l’Artisanat Abakar Rozi Teguil, soutient que le festival est un moment unique de brassage et de communion. « C’est un exemple concret du vivre-ensemble. C'est un voyage à travers nos 23 provinces nos costumes vestimentaires traditionnels, nos danses traditionnelles et l'art culinaire. Ce grand rendez-vous culturel est de retour », a-t-il souligné.

Le ministre d'État, Secrétaire général à la Présidence Mahamat Ahmat Allahbo représentant le président de transition estime que la dimension culturelle dans l'équipe l'harmonie et l'épanouissement de l'homme n'est plus à démontrer. Cette dimension n'est pas à ignorer dans le renforcement de l'unité et la consolidation de la cohésion sociale à l'échelle d'un pays, dit-il. « Cette année 230 jeunes venants de 23 provinces seront formés dans la formulation des projets et les 3 meilleurs projets seront financés ». La culture joue un rôle déterminant dans l'éducation, elle leur inculque de nombreuses valeurs humaines notamment le respect, l'acceptation, l'écoute, l'ouverture, le civisme et la solidarité envers d'autres humains, a-t-il dit.

La cérémonie a été clôturée par des danses de 23 provinces composées de plusieurs communautés.

Noël Adoum

72h après la proclamation des résultats provisoires du référendum constitutionnel par la commission nationale chargée de l'organisation du référendum constitutionnel (CONOREC), la Cour suprême (CS) a confirmé la victoire écrasante du Oui ce 28 décembre 2023.

La délibération a eu lieu dans la grande salle rouge de la Cour suprême en présence des membres de la CONOREC et du cabinet civil de la présidence.

M. Samir Adam Annour, président de la CS, a confirmé, lors de sa lecture de délibération, la victoire du bloc du oui contre le non. Contrairement aux résultats de la CONOREC qui consacre la victoire, le Oui avec 86% des voix, la CS a revu ses chiffres légèrement à la baisse, 85,90% des voix avec un taux de participation revu à 62,86%.

La CS a aussi indiqué le rejet des requêtes de certains protestataires qui ont formulé la demande d'annulation de ce scrutin à l'instar du parti socialiste sans frontières ou encore du bloc fédéral. « Les irrégularités constatées par ces partis politiques n’entachent en rien la régularité du scrutin », a affirmé le président de la Cour suprême. Sur les 22 296 procès-verbaux transmis à la CS a annulé 936 pour certaines irrégularités.

Interrogé par Ialtchad Presse, Dr Baba Ahmat Baba membre du Groupe de concertation des acteurs politiques (GCAP), une coalition de 15 partis politiques affirme qu'ils s'attendaient à ce résultat, qu'il estime biaisé d'avance. « Nous ne sommes pas surpris. Nous le savons d'avance que cette forfaiture allait être validée par la Cour suprême qui est à la solde de l'exécutif », dit-il. M. Baba annonce bientôt des actions citoyennes d'une grande envergure pour barrer la route, à ce qu'il qualifie de fraude électorale sans vergogne. Contrairement à Dr Baba, le porte-parole du Mouvement patriotique du salut (MPS), ancien parti au pouvoir se réjouit plutôt de résultats définitifs et invite ceux qui ont boycotté à revenir à la raison pour refonder le Tchad. «Une large majorité des Tchadiens a parlé et a décidé du sort de ce pays. Ceux qui sont à côté qu'ils se ressaisissent et regagnent le bateau, ils  sont le temps de réfléchir. Tout est ouvert », dit-il. Pour ce qui est de la non-reconnaissance de la constitution par certains groupes tels que le GCAP ou encore la fédération de l'opposition crédible (FOC),  Me Padaré affirme qu'ils finiront tôt ou tard par reconnaître la victoire.

Il est important de noter qu'après ces résultats définitifs, le chef de l’État dispose de 15 jours pour promulguer la nouvelle Constitution qui consacre la forme de l’État unitaire « fortement décentralisé ». Cette Constitution mettra en place la Ve République et ouvrira la voie à la présidentielle, aux législatives, sénatoriales et communales pour un retour à l’ordre constitutionnel.

Abderamane Moussa Amadaye

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

-Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

  1. Divertissement
  2. Sports
  3. Mon Pays

Votre Publicité sur Ialtchad Presse