samedi 22 janvier 2022

Cancer du sein, ce mal qui décime nos sœurs

Written by  Oct 16, 2021

Le cancer du sein est le cancer le plus diagnostiqué chez les femmes dans le monde, avant et après la ménopause. Selon l’organisation mondiale pour la Santé (OMS), une femme sur 9 sera atteinte d’un cancer de sein au cours de sa vie et une sur 27 en mourra. Au Tchad, comme dans bien d’autres pays en développement, ce mal tue et continue de traumatiser les femmes. Le mois d’octobre, appelé aussi octobre rose, devrait permettre à toutes les forces vives de la nation de faire bloc et de se pencher sur ce fléau qui menace notre pays. Chronique.

Octobre rose, ou mois de campagne de communication destinée à sensibiliser sur le dépistage du cancer de sein. Au Tchad, il n’y a pas un chiffre officiel, mais l’augmentation des cas donne froid au dos. Selon le président de la ligue tchadienne de lutte contre le cancer, plusieurs nouveaux cas sont enregistrés chaque année au Tchad. L’annonce du Dr Manikassé devrait sonner fort et pousser toutes les parties prenantes à peser sur la cloche et agir urgemment.

Phénomène encore méconnu ou sous-estimé, ce type de cancer continue pourtant inexorablement sa progression, surtout dans les pays en développement comme le nôtre, plus que partout dans le monde. Si le taux de survie dans ces pays est exceptionnellement bas, c’est parce que la honte de la maladie, le manque d’informations sont autant d’obstacles qui dissuadent les malades à consulter un médecin avant que cette maladie n’atteigne un stade avancé et incurable.

Dans le cadre de la lutte contre ce fléau, force est également de constater que de nombreux obstacles existent pour mener à bien le combat. Notamment le manque de sensibilisation de la population, le manque de ressources, l’absence de programmes et de politiques de lutte contre le cancer, mais aussi le manque d’infrastructures médicales et des personnels qualifiés, sans parler des coûts élevés des thérapies anticancéreuses.

Le cancer jette dans la précarité les malades, on a besoin de fonds et d’un engagement en faveur de l’amélioration du traitement des femmes, une fois qu’elles sont diagnostiquées. L’absence d’accès au diagnostic et de matériel de radiologie en particulier pour les femmes en zones rurales est un réel problème.

Il a été constaté que les progrès sont lents, malgré l’immense connaissance dont disposent les médecins qui s’accordent à dire que l’heure est plus que jamais à la sensibilisation si l’on sait que les nouveaux médicaments contre le cancer, surtout du sein, permettent de prolonger la survie, mais pas de les guérir complètement parce que les tumeurs deviennent résistantes. Donc notre principal espoir par rapport à ce mal, c’est de prévenir la maladie, plus que de la soigner.

Au-delà de la recherche médicale et des traitements adaptés, certaines pratiques et quelques habitudes saines de vie, peuvent diminuer les risques de développer un cancer du sein ou d’en mourir. L’observation régulière des seins et la mammographie de dépistage sont des exemples pratiques qui peuvent faire la différence.

Il est donc primordial que les femmes tchadiennes soient conscientes du fait qu’elles peuvent juguler cette tendance à la mortalité en étant de vraies actrices dans le combat. Il faudra aussi adopter des habitudes saines de vie pour mettre toutes les chances de leur côté.

Les Ministères concernés, tels que le Ministère de la femme, de la famille et de la petite enfance et enfin le Ministère de la Santé publique devraient mettre en place un programme de sensibilisation visant à apprendre aux femmes à pratiquer l’auto-examen de leurs seins. Ces ministères devraient aussi aller dans les écoles, les marchés, dans les mosquées et dans les églises pour parler davantage de ce mal qui menace sérieusement la santé des femmes du pays. Aujourd’hui, la lutte contre le cancer du sein au Tchad reste un vaste chantier.

Jules Doukoundjé

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse

Votre Publicité sur Ialtchad Presse