Print this page

Vaccination, bien-être de l’enfant et refus des parents

Déc 04, 2021

La vaccination de routine est destinée aux enfants âgés de 0 à 9 mois. Pour se protéger contre les maladies évitables par le vaccin, les enfants doivent se faire vacciner 5 fois dans les hôpitaux et centres de santé. Malheureusement, certaines mères négligent et ne respectent pas le calendrier vaccinal. Et cette négligence ne permet pas de lutter efficacement contre certaines mortalités néonatales et infantiles. Reportage

Le gouvernement et ses partenaires ont mis gratuitement des vaccins à disposition des enfants pour prévenir certaines maladies. Tous les centres de santé, les districts et les hôpitaux disposent des services de vaccination. Selon le calendrier vaccinal, l’enfant doit être en contact avec un centre de santé afin de recevoir toutes les doses de vaccins de la naissance jusqu’à l’âge de 9 mois. Ces vaccins protègent les enfants toute leur vie contre les maladies telles que la poliomyélite, la rougeole, le tétanos, la fièvre jaune, les hépatites, la méningite et autres.

Mme Ngomnalta Monique est la responsable du programme élargi de vaccination de l’hôpital Sultan Kasser. Elle vient de recevoir deux nouveau-nés. Elle leur a administré des doses des vaccins BCG et polios zéro. Les mamans des nourrissons madame Kadjidja Moustapha et Djaba Younouss affirment qu’elles ont été sensibilisées depuis qu’elles sont affectées à la consultation prénatale. « Les sages-femmes nous disent à chaque rendez-vous de nous rendre dans un centre de santé le plus proche pour accoucher. Elles nous recommandent de venir avec le nouveau-né pour la vaccination ». Pour les deux dames, le bien-être de l’enfant dépend de la vaccination. Pour elles, quand l’enfant est en bonne santé, sa maman l’est aussi donc le mieux est de le faire vacciner, ajoutent-elles.

Pour madame Ngomnalta Monique, il y a un travail de fond qui se fait par rapport à la vaccination des enfants. Elle affirme qu’en plus de la sensibilisation pendant les consultations prénatales, les relais communautaires font le porte-à-porte pour inviter les femmes à venir avec leurs enfants à la vaccination. Mais, son équipe n’atteint toujours pas le nombre voulu dit-elle. Madame Monique déplore par le comportement de certaines mères qui ne facilitent pas le travail. « Nous appelons au téléphone les mamans pour les rappeler leur rendez-vous. Elles nous grondent quelquefois, d’autres nous donnent de faux numéros de téléphone. Mais on insiste pour retrouver les enfants qu’on a perdus de vue pour les faire vacciner ». À son avis, certaines mères ont compris l’importance de la vaccination de routine donc respectent normalement le calendrier vaccinal. « Beaucoup de femmes quittent les banlieues comme Koundoul pour se présenter avec leurs enfants dans notre service. D’autres sont à N’Djamena, mais refusent d’amener leurs enfants. Donc, c’est une question de volonté ».

La responsable du service vaccination lance un appel aux mères de faire vacciner leurs enfants. Cela va de la santé de l’enfant. Madame Monique demande au ministère de la Santé publique de lui fournir les carnets de vaccination, son service est en rupture de carnets depuis plus de 4 mois.

Kouladoum Mireille Modestine