mercredi 25 mai 2022

Accord mitigé entre Esso et ses employés

Déc 23, 2021

La géante pétrolière américaine Exxon Mobil(Esso) est parvenue à un accord avec ses employés. Les deux parties ont décidé de régler leurs différends mercredi 22 décembre 2021. La délégation du personnel note qu’elle était mise devant un fait accompli en signant un document qu’elle ignore le contenu. Reportage.

Désormais, le personnel d’Esso Tchad peut reprendre le travail après un long périple de conflit social avec son employeur. Un accord a été signé, mercredi 22 décembre entre les deux parties en présence de M. Brah Mahamat, ministre tchadien chargé de l’emploi. Seulement, le porte-parole de la délégation du personnel d’Esso Mme Dahasseal Dekoundou déplore la manière avec laquelle les choses s’étaient passées. La déléguée du personnel d’Esso affirme qu’ils étaient mis devant un fait accompli. « On m’a convoqué à la direction générale pour me tendre un document à signer sans savoir le contenu. Ce document me disent-il tient lieu d’un accord pour dénouer le conflit social entre nous et l’employeur. J’ai signé ce document depuis le 20 décembre 2021 », dit Mme Dahasseal.

Pour le ministre en charge de l’Emploi, l’essentiel est le dénouement de la crise qui a opposé Esso Tchad à ses employés. Mme Carole J. Gall, PDG d’Esso Tchad estime que cet accord est important pour assainir l’atmosphère sociale entre Exxon Mobil et son personnel. Elle soutient qu’il y eu  collaboration du gouvernement tchadien et des délégués du personnel pour arriver à cet accord. Mme Dahasseal rappelle que ce conflit social fait suite la vente des actions d’Esso Tchad à la compagnie Savannah Energy. Les employés, dit-elle, ont présenté leurs réclamations sur les questions de « paiement des primes de séparation, des crédits immobiliers, des soldes de tout compte, le règlement du plan, les primes additionnelles exceptionnelles ». La position d’Esso a conduit le personnel à entamer une grève qui a duré plusieurs mois.

En rappel, le 25 novembre passé Esso Tchad a assigné ses employés devant le Tribunal de grande Instance de N’Djamena. Selon l’avocat des employés, la firme américaine réclamait une somme faramineuse de 30 milliards FCFA. Selon Esso, cette somme pourrait compenser la perte qu’elle aurait subie pendant la période de grève. Or le 5 novembre dernier, l’Union des Syndicats du Tchad (UST) avait déjà réagi contre les intimidations d’Esso à l’égard de ses employés. Le syndicat avait demandé au gouvernement du Tchad de prendre ses responsabilités.

Selon la porte-parole des délégués, plus tard, lorsqu’elle a pris connaissance de l’accord, aucune mention n’est faite sur la question de réhabilitation de leurs 4 collègues licenciés. C’est dommage, conclut-elle.

Moyalbaye Nadjasna

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse