mercredi 25 mai 2022

L’église catholique lance le 1er marché de Noël

Déc 23, 2021

L’église catholique du Tchad a lancé depuis le 11 décembre dernier la première édition d’un marché de Noël dénommé « MANOEL ». C’est un marché de Noël dédié aux chrétiens et aux non-chrétiens qui souhaitent s’intéresser à l’entrepreneuriat chrétien. MANOEL a été lancé par l’archevêque de N’Djamena Edmond Djitangar Goetbé le 11 décembre dernier et prendra fin le 31 décembre. Reportage. 

Le projet de marché de Noël catholique, en abrégé MANOEL, s’inscrit dans le cadre de la lettre pastorale de l’archevêque métropolitain, Monseigneur Edmond Djitangar Goetbé, adressée aux chrétiens du Tchad afin qu’ils s’intéressent à la gestion de la cité. Ce marché qui se déroule du 11 au 31 décembre prochain, en la paroisse du Sacré-Cœur de Chagoua, a pour objectif de contribuer à la promotion de l’entrepreneuriat et à l’autonomisation financière des entrepreneurs chrétiens au Tchad.

Pour Khadidja Lydie, vendeuse de sacs et de robes pour enfants, c’est une bonne initiative. Elle explique qu’elle vend les articles de sa fille. Selon elle, sa fille vend ces habits en ligne, mais quand l’Église catholique a parlé d’un marché de Noël pour les chrétiens, elle a trouvé l’idée intéressante. Et elle a profité pour exposer ses produits. Khadidja Lydie encourage les chrétiens du Tchad à s’intéresser aux commerces et surtout à œuvrer pour l’entrepreneuriat chrétien. 

Doubé Barro a appris la nouvelle à la radio. Il est venu visiter les stands. Pour lui, c’est une incitative à encourager. Il affirme que cette initiative permet de faire un brasage entre les chrétiens et les non-chrétiens. Il soutient aussi que les prix abordables, comparé au marché classique. Toujours selon lui, en achetant à la foire chrétienne, cela contribue au développement de l’entrepreneuriat chrétien. Il exhorte les chrétiens du Tchad à investir dans le commerce, une de solutions contre le chômage.

Abondant dans le même sens, Jeannette Nénodji, détentrice d’un stand des sacs artisanaux affirme que c’est l’occasion aux chrétiens de montrer leur savoir-faire dans le domaine commercial et entrepreneurial. Elle souligne qu’elle avait déjà assisté à ce genre de foire chrétienne au Benin et au Togo. Elle souhaite que les autorités pastorales continuent avec ce projet salvateur qui pourrait déboucher à la création de grands espaces commerciaux. Jeannette Nénodji invite les chrétiens et les chrétiennes à épouser cette bonne initiative qui fera des chrétiens du Tchad, dans l’avenir des hommes et des femmes économiquement autonomes. La jeune diplômée de l’université du Kalabi au Benin a souligné que le projet du marché de Noël pourrait déboucher à une organisation qui ressemblerait comme celles du peuple juif dans le domaine des affaires ou encore au peuple bamiléké au Cameroun voisin qui ont opté pour ce modèle communautaire d’entrepreneuriat.

Pour le vicaire général, Ab Samuel Mbairabé Tibingar, le marché de Noël, c’est le marché de tous les chrétiens du Tchad, c’est le marché de lutte contre la pauvreté. Le vicaire général soutient que c’est un premier test pour l’entrepreneuriat chrétien. Il exhorte tous les chrétiens du pays, surtout ceux qui ont de moyens, de créer des entreprises pour soutenir les jeunes chrétiens.

Jules Doukoundjé

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse