jeudi 19 mai 2022

« Les Tchadiens doivent se supporter », Sultan Mohamad Kachallah Kasser

Jan 17, 2022

Le nouveau sultan de N’Djamena, sa majesté Mohamad Kachallah Kasser en fonction depuis le 15 décembre, focalise ses efforts sur la cohabitation pacifique. Selon lui, la guerre ne résout aucun problème, les Tchadiens doivent se supporter. Ils doivent aller au-delà des considérations pour rebâtir un Tchad meilleur. Entrevue.

« En ce qui concerne les activités du sultanat, je suis encore novice. Tout de même je suis à l’école du savoir de percepts de la tradition. Mon encadrement se fait grâce à mon oncle Béchir. C’est lui qui me guide en ce moment. Ensemble nous nous harmonisons sur les principes du travail. Ce n’est pas du tout aisé comme vous pouvez le penser de gérer N’Djamena », confie Sa Majesté Mohamad Kachallah Kasser. Deux notables, Béchir Bichara et Dr Abderaman Cherif ne quittent d’un pouce le jeune sultan Mohamad Kachallah Kasser. Ils affirment que ces sages font chaque jour un travail remarquable à ses côtés. « Grâce aux notables, je focalise plus mes efforts sur la cohabitation pacifique. Pour le contexte actuel de notre pays avec le dialogue qui s’annonce, je crois, il faut que les Tchadiens s’acceptent au-delà de toutes considérations. Ce n’est pas facile certes, mais nous devons tous savoir que nous cherchons la paix pour développer notre pays », dit le sultan.

Sa Majesté Mohamad Kachallah Kasser demande aux Tchadiens de s’asseoir ensemble pour chercher la solution à leurs problèmes. Il estime ensuite que personne d’autre ne viendra le faire à leur place. « C’est notre pays et nous le connaissons mieux que quiconque. La guerre n’est pas une solution, nous devons asseoir des stratégies pour dynamiser notre paix. Les Tchadiens doivent se supporter quoi qu’il en soit, car l’avenir de notre nation en dépend » évoque-t-il.

Le nouveau sultan de N’Djamena Mohamad Kachallah Kasser est entré en fonction le 15 décembre 2021, déjà un mois. Il succède à son feu père Kachallah Mahamat Kasser décédé le 13 décembre 2021, après 36 ans de règne. Né le 8 février 1977 à N’Djamena, il a passé une majeure partie de son adolescence à Maiduguri au Nigeria où il a fait ses études primaires, secondaires et supérieures à Maiduguri. Sultan Mohamad est titulaire d’un master en sciences politiques. Il est intégré dans le cadre régulier de la fonction publique. Il était affecté au ministère des Affaires étrangères, de l’intégration africaine et des Tchadiens à l’étranger comme conseiller aux Affaires étrangères. Ensuite, il a été nommé 1er secrétaire de l’ambassade du Tchad à New York. Il est passé par la Direction des affaires juridiques de la documentation et des archives, la Direction générale du protocole d’État. Le nouveau sultan de N’Djamena fut aussi, Chef de division des visas et des cartes diplomatiques. Il devient ensuite, 2e secrétaire à la mission permanente du Tchad auprès des Nations Unies. Sultan Mohamad brigue en plus, le poste de Chef de protocole à l’aéroport international Hassane Djamous. Après un an et demi de fonction, il fut détaché comme chef de protocole à la commission du bassin du lac Tchad CBLT. Le sultan Mohamad parle trois langues l’anglais, le français et l’arabe.

Sultanat de N’Djamena, sultanat du Tchad

Selon l’oncle du sultan Mohamad, M. Béchir Bichara, le sultanat de N’Djamena est le plus grand peut-être au Tchad. Il gère la capitale tchadienne et toutes les provinces du Tchad sont représentées à N’Djamena, dit-il. Le notable Béchir affirme qu’il a travaillé plus de 30 ans avec le sultan défunt Kachallah Kasser. « J’occupe toujours la cour en termes de représentant et on gère toujours les problèmes de la population. Nous jouons un rôle de conciliation dans le règlement des conflits. Nous constatons toutes les conciliations par de procès-verbaux signés de deux parties », clarifie le notable. M. Bichara poursuit en précisant quand ils sont en difficulté, toujours par procès-verbal, ils renvoient l’affaire au procureur de la République. Il soutient que le sultanat de N’Djamena est vaste. La ville de N’Djamena comprend 10 arrondissements et près de 2 millions d’Habitants sans oublier les étrangers qui vivent sur le territoire de ce sultanat, dit le notable. Il rappelle que le sultanat de N’Djamena est né depuis longtemps sous le règne de feu grand père Mahamat Idylle, mort depuis 1921. Le sultan Kasser a succédé depuis 1934. A cette époque, le Tchad n’existait pas. « Nous étions sous le parapluie des colons (blancs) », Kachallah Kasser a mis 36 ans au trône. Il était au sultanat depuis 1985 », dit-il.

Dr Abderaman Cherif, un autre notable au service du nouveau sultan raconte que plusieurs cantons ont été rattachés au sultanat Kasser. C’est le 2 avril 1934 que le sultanat Kasser est devenu sultanat de Fort Lamy puis de N’Djamena jusqu’aujourd’hui. « En réalité c’est le sultanat du Tchad, car N’Djamena est représentatif de toutes les autres provinces », se résume-t-il..

Moyalbaye Nadjasna

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse