lundi 4 juillet 2022

Insécurité routière : ONASER sensibilise les usagers de la route

Mai 19, 2022

L’Office national de la sécurité routière (ONASER) en collaboration avec des organisations citoyennes entame la dernière manche de la campagne de sensibilisation des usagers de la route ce 19 mai 2022 à N’Djamena, Tchad. Une opération relative à la semaine mondiale des Nations unies pour la sécurité routière lancée le 17 mai dernier par la ministre tchadienne de transport. Reportage.

La caravane de sensibilisation de l’office national de la sécurité routière (ONASER) s’est immobilisé ce matin en face de l’échangeur de Diguel, derrière, le palais du 15-janvier. Jeunes filles et jeunes hommes tenaient en main des pancartes avec des messages spécifiques. Selon Moustapha Younouss, responsable d’une ONG citoyenne sans frontière, ils font cette sensibilisation dans le cadre de la semaine mondiale des Nations Unies sur la sécurité routière. « Nous sommes trois organisations de la société civile constituées, à notre tête ONASER. C’est une campagne de mobilisation et de sensibilisation contre les mauvaises pratiques causes de l’insécurité routière. Nous avons commencé depuis le 17 mai aujourd’hui, cela fait déjà 3 jours et c’est déjà la fin de la campagne », dit-il. D’après lui, les messages forts de cette sensibilisation visent : le téléphone au volant, l’excès de vitesse, l’alcool et la conduite, le non-respect du Code de la route, la non-maîtrise du volant, etc. À son avis, les gens ignorent que les accidents font beaucoup de morts au Tchad. Aujourd’hui, dit-il, les regards sont tournés vers le VIH-Sida, le coronavirus, mais les accidents endeuillent plus les familles au Tchad. M. Moustapha demande aux usagers de la route de prendre conscience et d’être responsables dans la conduite. Il souligne également que les parents ne laissent pas leurs enfants mineurs conduire. C’est un risque pour eux et les autres usagers de la route.

Pour M. Moustapha Younouss, un autre phénomène est a relevé. Il évoque l’attroupement autour d’un accidenté. « C’est une mauvaise manière de faire. Certains vont faire même de selfie avec les accidentés. C’est bien dommage, l’important à mon avis c’est de lui apporter les premiers secours. Il faut récupérer l’accidenté de la voie et bien le placer. Vérifier s’il n’a pas de choc grave ou de traumatisme. Si possible dépêcher l’accidenté et l’amener dans un centre de santé le plus proche », recommande M. Moustapha aux usagers de la route. L’insécurité routière au Tchad est réelle et quotidienne, affirme-t-il. L’agent sensibilisateur déplore que la population soit chaque jour en danger.

Lors de sa déclaration le 17 mai dernier, Fatimé Goukouni W. ministre tchadienne de Transports, dévoilé le thème national qui est « Comportement responsable sur la route ». Selon elle, « la route tue et elle le fait sans pitié ». Pour sous-tendre l’affirmation de la ministre, un célèbre artiste africain a rapporté, « La route ne tue pas, mais c’est nous qui tuons. Soyez prudents tous les jours. » Selon la ministre, le bilan montre que les accidents de circulation au Tchad font plus de 3000 morts en moyenne par an soit, 79% de personnes de moins de 30 ans. Chacun doit jouer le rôle qui est le sien pour préserver la vie de nos concitoyens, a dit Mme Fatimé Goukouni.

Moyalbaye Nadjasna

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse