lundi 4 juillet 2022

Massacres à Kouri-bougoudi

Mai 25, 2022

Certaines localités de la province du nord du Tchad précisément à Kouri Bougoudi semblent être considérées comme des zones de non-droit. Il se passe des pratiques inhumaines et dégradantes dans les zones d’orpaillages. Le gouvernement tchadien se dit préoccuper ce 25 mai 2022 par ce qui se déroule sur le site d’orpaillage. Une mission va être instruite pour mieux clarifier la situation. Pour l’analyste politique Prof. Ahamat Mahamat Hassan, ce dossier mérite un sujet complet. Reportage. 

Selon l’analyste politique Ahmat Mahamat Hassan, l’État a failli à ses responsabilités. Pour lui ce dossier mérite un sujet complet parce qu’il englobe la question de l’exploitation de l’or et la traite des personnes. De jeunes hommes, le plus souvent trompés, se retrouvent à l’extrême nord du Tchad au Tibesti. Ils sont employés comme manœuvres dans l’exploitation illégale de l’or par les petits entrepreneurs. « Le gouvernement a pourtant interdit, mais l’encadrement n’a pas été suffisant. Ce manquement pose un problème d’identité. »  En conséquence, dit-il, des conflits récurrents sont signalés simplement parce que le gouvernement n’arrive pas à remplir ses obligations de préventions et de répressions. Ces massacres causent de pertes en vies humaines. « Certains hommes politiques n’ont pas perdu de temps et ont bien précisé qu’il y a certaines zones du Tchad qui sont des zones de non-droit », informe Prof. Hassan. Ces zones, dit-il, échappent à la gouvernance centrale, à l’application de la loi et s’entend dans une impunité totale. L’enseignant chercheur estime que de telles passes n’inaugurent pas de bonnes choses pour notre pays. Il se justifie par le processus du dialogue inter tchadien qui se prépare pour trouver un nouveau Tchad.   

Dans une communication du gouvernement ce mercredi 25 mai 2022, le ministre tchadien de la Communication a exprimé la préoccupation des autorités de la transition suite aux affrontements sur le site d’orpaillage de Kouri Bougoudi. Ce conflit actuel, dit-il, a opposé des groupes d’orpailleurs entre eux faisant des pertes en vies humaines et plusieurs blessés.  Selon lui, le gouvernement entend dépêcher une mission sur le terrain aux fins d’évaluer la situation et ramener le calme dans cette zone frontalière de Libye. Cette enquête, selon les autorités, va élucider le grand public de toute désinformation. Le gouvernement précise que les forces de défenses et de sécurité ne sont, en aucun cas concernée par ces conflits.

Haoua Adoum Ibeth    

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse