vendredi 21 janvier 2022

Chronique

Chronique (44)

Le GMIP (groupe mobile d’intervention de la Police) est un nid de barbares. Vous trouvez le mot barbare fort? Pas du tout. Ils sont de vrais barbares parce qu’ils se sentent étrangers à tout traitement humain raisonnable. Ils sont brutaux, incultes, intolérants, violents et usent d’un langage qui relève de l’ordure. Pourquoi le GMIP est barbare?

Les faits parlent d’eux-mêmes. Hamid Kodi, cofondateur du GROUPE IALTCHAD MEDIA et actuellement Directeur Général Adjoint de la Communication du Conseil National de Transition (CNT) assiste à des scènes de ce que la Mairie de N’Djamena a appelé opération déguerpissement des kiosques de commerces qui ont poussé, comme des champignons, dans l’anarchie sur presque toutes les grandes avenues de la ville. Et surtout que les autorités municipales, en tête le Maire Ali Haroun, appelaient les médias à couvrir l’opération. Comme bien de passant, Hamid a eu le réflexe de photographier avec son téléphone l’opération. 4 à 5 policiers, armes chargées et gâchette à la main, encerclent sa voiture et le brutalise. Un autre collègue, le journaliste reporter Jules Doukoundjé, intervient pour filmer la scène, il est à son tour roué des coups. Malgré leurs protestations clamant leurs identités.

Rien n’y fait. Les éléments du GMIP ont agi en barbare. Ils n’ont voulu rien entendre. N’ont voulu rien comprendre. Ils croient dur comme fer que la force est pour eux. Peu importe le contexte. Peu importe, les citoyens, les journalistes, ils ont droit d’atteindre à l’intégrité physique de tout homme, de toute femme, parce qu’ils sont la police. Ils étaient arrogants, violents, baveux et barbares. Ils ont, aux mépris de la loi, embarqué mes collègues décidant de les conduire à leur quartier général. Devant cet arbitraire, ils ont refusé d’obtempérer. Ils décident d’appeler le maire. Une fois chez M. le maire Ali Haroun, ils se sont confondus rejetant ainsi la méprise sur la Mairie. Le Maire gêné s’est excusé du bout de ses lèvres. Quel mépris! Voilà les faits.

Dans cette affaire, la première responsabilité incombe à M. Ali Haroun. Il est directement engagé parce que les éléments du GMIP étaient sous sa responsabilité. De plus, il est le maître d’œuvre de l’opération. Il devait, en amont, s’assurer que la mission du GMIP est simplement de surveiller le déroulement de l’opération pour empêcher les commerçants de s’en prendre aux agents de la mairie. Elle ne consiste pas à se comporter en hors-la-loi semant la violence à la moindre présence de journaliste, au moindre clic d’appareil photo ou de téléphone des citoyens. Cette agression est grave. Le cas de Hamid est encore plus grave, car il est à la vielle d’une opération médicale. Le voilà brutalisé par des brutes qui n’ont ni le sens du service ni celui de la protection civile.

Presque toutes les interventions du GMIP se soldent par des abus. Pas plus tard qu’hier lors d’une de leur opération de déguerpissement, ils ont molesté des paisibles citoyens leur confisquant leurs téléphones du simple fait qu’ils étaient en train de photographier une opération publique. Tout le monde se souvient de l’affaire du diocèse de Walia où ils ont violenté un homme d’Église parce qu’il leur a signifié d’évacuer la cour de sa paroisse qu’ils avaient envahie sans avoir la politesse de demander l’accès. M. le Maire Ali Haroun doit expliquer au GMIP leur mission. À défaut de le faire, son opération déguerpissement risque d’être un fiasco médiatique. Et surtout une catastrophe pour l’image de la Mairie, premier palier administratif proche des citoyens. Nous soutenons totalement les démarches des familles et leurs avocats qui sont en cours. L’agression est documentée. Justice doit être rendue.

Enfin, Ialtchad Presse a reçu de la part de ses lecteurs et des autres médias un solide soutien. Trouvez ici dans cette chronique nos remerciements. Aux internautes tchadiens « alif choukourr ». Le métier de journaliste au Tchad est un métier dur, ingrat, dangereux mais passionnant plus que partout ailleurs. Ialtchad Presse se réserve le droit d’agir contre le comportement de ceux qui sont responsables de les protéger dans l’exercice de leur fonction. Informer a un prix, mais pas celui de la violence gratuite de certaines crapules en kaki.

Bello Bakary Mana

Le 15 février 2022, c’est la date de la tenue du prochain Dialogue national inclusif(DNI) au Tchad. C’est ce qu’a annoncé à la nation le 31 décembre 2021, Mahamat Idriss Deby, Président du conseil militaire de la transition (CMT). Décryptage.

Les Tchadiens attendaient la date de la tenue du prochain dialogue national inclusif (DNI). C’est chose faite. Le général Mahamat Idriss Deby, Président du conseil militaire de la transition (PCMT) a tranché, c’est le 15 février 2022. Le dialogue national est l’un des principaux axes de la transition en marche après le décès du maréchal Idriss Deby Itno, le 20 avril 2021.

Dans son adresse à la nation ce 31 décembre 2021, le président du CMT évoque un dialogue sans tabou et souverain. « Les conclusions seront pleinement exécutoires, à l’issue duquel, une nouvelle Constitution va être adoptée par voie référendaire et des élections générales, transparentes, libres, crédibles et démocratiques vont être organisées », a dit le général. Il rappelle que de larges consultations de différentes composantes de la société tchadienne ont été organisées, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays à la satisfaction de tous. Le PCMT estime que toutes les forces vives de notre nation ont adhéré de façon unanime au principe du dialogue. « C’est une étape importante franchie, dans la marche pour la réconciliation nationale », a-t-il soutenu.

Le président de la transition soutient que les Tchadiens vont continuer à reconstruire des ponts et des passerelles. Selon lui, chaque citoyen doit trouver satisfaction à ses attentes au sein de la République. Il insiste sur le respect des règles qui régissent les institutions. « Il nous faut donc consolider les acquis de la transition en cultivant la paix et le vivre ensemble par un comportement responsable et patriotique. Tous les Tchadiens, de tous les bords, ont le devoir de se sentir concernés par le processus », a dit le PCMT. Le général Mahamat Idriss Deby dit que le DNI est un processus qui doit construire un nouveau Tchad, réconcilié et fort de l’apport de tous.

Il faudra remarquer que le PCMT n’a nullement fait mention dans son discours de l’épineuse question de révision de la charte de transition. Pourtant, une modification réclamée par plusieurs mouvements telle que la Coordination pour des actions citoyennes « Wakit Tama ». Cette plateforme a toujours insisté sur la révision de la charte, l’une aussi des exigences du Conseil Paix et Sécurité de l’Union africaine.

« Nous sommes tous, embarqués dans un même bateau à destination d’un seul port : un Tchad fort par l’unité de ses fils, un Tchad stable, en paix et tourné résolument vers le développement durable, un Tchad de justice et de fraternité », a conclu le général Mahamat.

Moyalbaye Nadjasna

2022 est là. Le Tchad aussi est là, mais en pleine phase de transition. Beaucoup de choses se passeront au cours de la nouvelle année. Je me suis dit, cette fois-ci, ce pays soit il se redresse pour tous les Tchadiens, soit nous allons tous sombrer. Je ne suis pas un oiseau de malheur, mais un observateur du « yougou yougou » de la scène politique tchadienne. D’ailleurs, bien malin serait celui qui lira l’avenir. Avec cette chronique, j’ajoute mon grain de sel dans la marmite bouillante de la transition. Alors que réserve 2022 aux Tchadiens?

D’abord, le Dialogue national inclusif aura lieu le 15 février. C’est décidé à la surprise de tous par le président du Conseil Militaire de transition (PCMT) Mahamat Idriss Deby Itno. Il a choisi le moment et l’endroit seul sans concertation. Signe qu’il a pris confiance en lui. Il donne le tempo. Il a quelques coups d’avance sur ce rendez-vous. Et fort probablement, il veut être le maître d’œuvre et en sortir gagnant. Les autres acteurs et participants n’ont qu’à suivre le rythme. Les questions importantes à se poser sont : de quoi accouchera cette rencontre? Sera-t-elle inclusive? Souveraine? Les décisions et recommandations qui en sortiront seront-elles appliquées? Il faudra maintenant débattre des outils qui feront que ce dialogue ne soit accaparé par aucun groupe ou individu pour asseoir ses seuls intérêts. Tous ceux qui défilent à N’Djamena reprennent la chansonnette « dialogue inclusif », mais personne ne discute des outils qui feront le succès de cet évènement. Il est temps de commencer le débat.  Je crois que la seule façon d’y parvenir est de s’atteler à modifier la charte de transition pour disqualifier tous ceux qui sont impliqués dans cette transition en cours. Oui les disqualifier pour les futures échéances électorales. Le premier qui doit donner l’exemple, c’est le président de la transition Mahamat Idriss Deby Into. Je crois qu’il n’y a aucune autre alternative que celle-ci. Sinon le pays risque de basculer dans l’instabilité et les rancunes hostiles. 2022 sera l’année de tous les dangers. Mahamat Idriss Deby Itno ne modifiera pas la charte. Il tentera de se présenter. Et les mêmes d’hier feront tout pour garder le pouvoir demain même au prix de la violence et des tripatouillages.

Il y a aussi l’Amnistie qui est acquise, le pré-dialogue avec les politico-militaires se tiendra. On ne sait ni quand ni comment. Seule certitude, cette rencontre se tiendra au pas de charge parce qu’il manquera du temps pour bien faire. En un mois, rencontrer les politico-militaires, s’entendre avec eux et organiser le grand DNI me paraît serré. La liste des amnistiés est publiée. Des grandes figures de la lutte armée y figurent; si le CMT arrive à une entente, ils pourront enfin rentrer chez eux. Des flammèches se produiront certainement, car ces leaders ne se laisseront pas faire. 2022 promet de l’action politique. L’autre inconnue est la rébellion du Front pour l’Alternance et la Concorde au Tchad (FACT). Elle ne rentre pas dans la case amnistie. Pourtant elle est la plus dangereuse des mouvements politico-militaires. C’est un casse-tête pour la transition. Il faudra trouver une formule pour amener cette rébellion à la table du DNI. J’espère qu’elle ne sera pas le foyer d’un incendie qui enclenchera la encore de la violence pour la conquête du pouvoir.

Aussi, la prolongation de la transition aura-t-elle lieu ou n’aura-t-elle pas lieu? Cela se saura dans les prochains jours. Mais le CMT et ses amis politiques auront-ils besoin d’une prolongation? Oui si la machine se grippe quelque part. Non si tout baigne dans l’huile pour eux comme cela semble être le cas pour l’instant. Le CMT a les cartes entre ses mains. C’est le suspense sans suspense de l’année qui commence.

Ensuite, la forme de l’État, voilà un thème qui reviendra au cours de l’année. Et j’espère que le débat amorcé continuera pour que les Tchadiens se fassent une tête sur le sujet. Faut-il à ce pays le fédéralisme pour tenter un autre système? Ou faudra-t-il continuer avec l’État unitaire? Les partisans de deux options doivent affûter chacun leurs arguments. Déjà, il me semble que certains tentent d’escamoter le débat en remuant les vieux démons de la division. Ils tentent de faire croire que fédéralisme rime avec division. Ce qui est faux. D’autres, plus mesurés, croient que le Tchad a besoin d'abord de justice et de bonne gouvernance. Ces positions augurent un excellent débat. Le prochain DNI doit en tenir compte et faire ressortir les deux options. Aux Tchadiens d’en décider après une campagne référendaire.

Enfin, le débat sur médias publics s’impose dans cette transition. Dire que les médias publics tchadiens sont les plus médiocres de la planète est un compliment. Ils sont en dessous de la médiocrité. Le journalisme pratiqué dans ces organes de presse n’est pas du journalisme. C’est maintenant que les acteurs politiques tentent, de façon hypocrite, d’en parler. La preuve de cette médiocrité est étalée aux yeux de tous par l’interpellation du ministre de la Communication par le Premier ministre (PM). Ne sont-ils pas tous en conflit d’intérêts? Ou du moins en apparence de conflit d’intérêts? Vu leur rôle et leurs casquettes de président de parti? Bref, le dossier des médias publics est un véritable enjeu démocratique. Les assises du DNI doivent s’en occuper. Tout est à construire dans ce secteur. Il faudra innover, mais avec des vrais professionnels, des vrais passionnés du métier. Parce que les médias publics appartiennent à tous les Tchadiens et ne doivent pas servir de relais d’un groupe politique au détriment de l’intérêt public.

Bonne année.

Bello Bakary Mana

C’est la suite de la première chronique : Les grands perdants de la transition. Ce second papier je l’ai intitulé : Les grands gagnants de la transition. Le titre s’est imposé de lui-même. Alors qui sont les gagnants de cette première manche de la transition? J’ouvre la boîte aux enveloppes. Je saisi la première enveloppe.

Je l’ouvre ….

C’est Mahamat Idriss Deby Itno dit l’agneau-loup. Surnommé affectueusement « Mahamat Kaka », Kaka un sobriquet qui signifie au Tchad fils de grand-mère. Presque tous ceux élevés par une grand-maman, le porte. Subtilement cela veut dire enfant dorloter, enfant gâté, etc. Ces enfants sont souvent curieux, ou turbulents, intelligents, sages, et taiseux à force de côtoyer les personnes âgées qui leur consacre beaucoup d’attention, d’affection et leur donne la liberté d’expérimenter la vie réelle dans l’enfance. Le président de la Transition semble être dans la catégorie des taiseux. Plusieurs le prenaient pour un agneau de sacrifice. Je parie ma langue aux chats qu’ils mordront la poussière comme on dit.

À 37 ans le pouvoir lui est tombé sur la tête, dit-on. Il était un fils parmi d’autres. Je me suis renseigné sur le « pourquoi lui » ? Pourquoi en République cela est-il possible de s’accaparer du pouvoir par la force, quelles que soient les circonstances? J’ai reçu les mêmes réponses : « il est mieux que les autres », comme si cela lui revenait de droit. Aussi, je me suis rendu compte que le Tchad n’est une République que de nom. La République s’est « monarchisée ». Les esprits aussi. Je relance ma question sous une autre forme. Qu’est-ce que le président de Transition a de plus que ses autres frères ? Il semblerait, selon les mêmes sources, qu’il n’est pas flamboyant. Qu’il est simple, courtois, reconnaissant, calme, etc. C’était un jeune général qui recevait tout le monde sans distinction. Il écoutait les doléances de tous ses soldats, les aide à trouver des solutions, etc. J’avais envie de leur répondre : et alors? Aucun des arguments avancés ne répondaient à des critères objectifs.

Bon voilà, il est président de la transition parce qu’il est le plus gentil. Parce qu’il est le « fils de l’autre ». C’est tout. Et la République et sa Constitution alors ? Il y a même une source qui me répond en disant, sans sourciller, que le pays est au-dessus de la Constitution. Bizarre. Moi qui croyais naïvement que le pays, c’est un territoire, ses habitants et sa Constitution. J’ai lâché prise en concédant que la première manche du rendez-vous historique est remportée par le président du Conseil Militaire de Transition (PCMT). Peut-être même malgré lui.

Les jours passent, l’agneau du sacrifice cravache dur durant cette seconde manche. Il est transformé. Il est désormais un jeune loup. Il tente de mordre. De s’imposer. La démonstration a été faite lors de son entrevue à la télévision française France 24. Sur le fond, il ne s’est pas amélioré. Ses réponses sont courtes, sans entrain et presque sans argumentations. Elles sont pointées par des « oui », des « non », des « on verra ». Elles finissent presque toujours abruptement. Il semble répéter des réponses apprises par cœur au grand dam du journaliste. Il invoque Allah en justifiant son fauteuil et la légitimé en jurant la main sur le cœur que c’était le contexte sécuritaire qui l’a propulsé président. Il a, par contre, gagné en assurance. Il refuse de dire clairement comme, par exemple, le président de la transition de la Guinée Mamady Doumbouya qu’il ne se présentera pas. J’invite les partisans de Mahamat Idriss Deby Itno de regarder et d'écouter ce autre jeune président de transition, éloquent dans ses propos, clair dans ses pensées et juste dans ses actions. J’envie les Guinéens. Le nôtre, le PCMT, est resté flou. Et quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup disent les Français. Il confirme par ce flou qu’il sera bel et bien candidat. L’agneau est devenu loup. Les autres agneaux dans l’enclos sont avertis. Toutefois, il faut toujours espérer qu’il a le temps de changer et d’être clair comme Doubouya. S’il s’exécute, en organisant les élections sans se présenter, il sera un grand gagnant. Le Tchad aussi. Il évitera ainsi une autre tragédie au pays. Il a sa jeunesse pour lui. Il lui faut droiture et conviction pour tenir. Un pari difficile, mais pas impossible.

Ensuite, je saisi la seconde enveloppe et l’ouvre…

C’est Succès Masra dit l’ambitieux gourou. Tel un pasteur méthodiste il applique sa stratégie avec de la méthode. Il trace son chemin vaille que vaille et bouscule tout sur son passage. Beaucoup des Tchadiens l’ont regardé commencer presque seul. Le pouvoir du défunt Maréchal et ses amis le prenaient pour un illuminé mais rien n’y fait. La politique c’est comme une religion pour lui. Et son parti Les Transformateurs est pour lui presque une révélation divine. Lui, le gourou presque messianique y croit. Il a construit son parti comme une foi religieuse : croire, croire et croire. Le salut est dans la croyance. Et le Tchad transformé par les Transformateurs est la Terre promise aux enfants d’Israël, les Tchadiens. Il fait souvent référence à cette histoire religieuse. Le chef des Transformateurs fascine et fait peur en même temps. Comme journaliste, j’étais curieux de l’évolution de ce jeune politique. Je suis allé le rencontrer, échanger avec lui en lui proposant une entrevue « One to One », il a marqué son accord de principe. Avant cette rencontre, j’ai même écrit une chronique lorsque le défunt président l’a invité au palais pour lui serrer les mains, faire des photos. Une rencontre surprise qui a fait couler beaucoup d’encre et de salives. Un proche conseiller a même quitté le parti, clamant être trahi par le simple fait que son chef a rencontré le défunt président. Cette histoire a fait ruer dans les brancards comme on dit. Succès a fait le dos rond. La tempête a passé avec elle Idriss Deby Itno. Une nouvelle donne s’est installée. Masra est sorti des bois, ragaillardi. Il est jeune. Il incarne la nouveauté, la rupture avec le passé. Surtout avec tous ses vieux collègues qui soit se sont précipités dans les bras du CMT, soit sont dépassés par la méthode Masra. Il parle aux jeunes. Il sait les dénicher dans les réseaux sociaux. Cette stratégie à l’avantage de reléguer les autres politiques dans l’Ancien Monde.

Succès a donc du succès. Il s’est imposé sur la scène politique. Il a su garder le cap et est resté cohérent. Il a refusé d’embarquer dans la transition sans qu’on accepte ses préalables. Il réclame entre autres choses la modification de la charte en écrivant noir sur blanc que les membres de la junte ne se présenteront pas aux futures élections. Il exige un dialogue inclusif et souverain. Au sujet du Conseil national de transition (CNT), il a une formule lapidaire « pas de charrue avant les bœufs ». Masra c’est aussi l’Ancien Monde avec ses meetings sous le balcon devant le siège de son parti. Souvent, c'est après que la foule soit chauffée à blanc qu’il apparaît tel un messie haranguant ses jeunes militants majoritairement du sud du pays. Ils slament en s’interrogeant en Arabe locale « mâla mâa bi dorouna? » (Pourquoi ne veulent-ils pas de nous?) Cette « méthode Coué », version Transformateur, hypnotise ses militants et fait peur ses adversaires, les railleurs d’hier. Ce qui les terrifie c’est lorsque le leader s’adresse à cette foule compacte en affirmant, « plus rien ne se fera comme avant. Plus rien ne se fera sans nous. On rendra ce pays ingouvernable », en ces temps où l’option du Fédéralisme commence à contaminer le septentrion, les esprits en haut lieu commencent à s’interroger.

Enfin,  les meetings des Transformateurs ont déjà transformé la façon de faire de la politique. Une gaieté contagieuse au rythme des pas de danses et du son du tam-tam traditionnel.  Cela annonce, je l’espère, la naissance d’une nouvelle génération d’hommes et des femmes politiques intrinsèquement démocrates. Elle n’annonce pas, je le souhaite, la naissance des leaders politiques obtus, calculateurs et sectaires que le pays a connus depuis le matin de l’Indépendance. Succès a, également comme le PCMT, gagné la première manche de cette transition. Il gagnera encore plus en implantant son parti dans le septentrion tchadien. Et en intégrant dans son organisation beaucoup de jeunes militants nordistes. Le Tchad y gagnera.

Bello Bakary Mana

Il y a 6 mois et quelques jours depuis que le Président Idriss Deby Itno est mort. Et bientôt le pays aura consommé la moitié du délai de 18 mois réclamé par la junte militaire. Je réfléchissais à haute voix en monologuant comme un fou : qu’est-ce qu’il faut retenir de ces 6 mois?  Je repose la question autrement. Qui sont les perdants et les gagnants de ces 190 jours? J’ai décidé d’écrire 2 chroniques. Vous lisez la première chronique, en 3 volets, que j’ai intitulée : les grands perdants.

Bon, les faits sont là. Ils sont têtus, mais ils sont vrais. Le fils du défunt président Mahamat Idriss Deby Itno a pris le pouvoir par la force pour dit-il, à voix basse, le rendre plus tard aux civils. Et puis clopin-clopant, il risque de le garder pour lui, rien que pour lui. Les fâcheries étouffées du palais commencent à sortir dans la rue et dans les réseaux sociaux. Les informations provenant du bord du fleuve Chari confirment qu’une lutte fratricide entre les enfants Deby est engagée pour héritier de la République. Oui la République du défunt papa Maréchal. Un des fils a même créé son parti politique. L’ambiance n’est plus à la fraternité parmi la ribambelle des princes. Le Roi est mort, vive le Roi. Pour l’instant, l’entreprise d’accaparement du pouvoir tourne à plein régime pour le président de la transition. Ceux qui l’ont aidé et soutenu, volontairement ou involontairement, sont définitivement des perdants. Oui, ils sont des grands perdants. Pourquoi? Pour 2 raisons. Un, ils n’ont pas compris l’enjeu. Deux, ils ont raté un rendez-vous avec l’histoire.

Et ces perdants sont, j’ouvre la première enveloppe…

C’est Haroun Kabadi, dit « le Druide ». Que dire de lui? Il avait tout à gagner, il a presque tout raté. La Constitution l’autorisait d’assurer automatiquement l’intérim et d’organiser des élections dans les 90 jours, il refuse prétextant le contexte sécuritaire complexe du pays. Pourtant, il était le dauphin constitutionnel légal. Comment interpréter ce refus? Haute trahison? Peur? Sagesse? Si j’étais à sa place, j’aurais assumé mes responsabilités. Pour les questions sécuritaires, il aurait pu appeler à un cessez-le-feu entre les rebelles et l’armée loyaliste pour éviter de transformer la capitale en poudrière. Tout le monde aurait intérêt. À sa place, je forme un gouvernement d’union nationale en prêtant serment et en démontrant n’avoir aucune velléité de confisquer le pouvoir. Il pouvait, compte tenu du contexte, demander un délai supplémentaire de 2 ans de transition. Il amnistie tout le monde s’il le faut, réorganise l’armée, lance une conférence nationale souveraine entre tous les Tchadiens, limite, pour 10 ans, la création des partis à 4 grandes familles politiques. Et à la fin organise des élections législatives et présidentielles et passe la main aux vainqueurs. Il sera un héros et peut se retirer tranquillement au village ou à l’étranger en ayant le sentiment d’avoir rendu un ultime service à son pays. Ça, c’est le scénario idéal. Même dans le pire des scénarios, il pouvait s’imposer et tenir son « bout de bâton » comme on dit. Advienne que pourra.

Ben non! Kabadi a fait un autre choix. Celui de continuer à éreinter sa vie du haut de sa respectable longévité. Il a préféré être perdant que gagnant. Peut-être qu’il a été forcé à être perdant. Peut-être il aurait aimé au fond de son cœur être gagnant. Et faire gagner pour une fois le Tchad. Toutefois, il est encore là. Il est remis à la tête du Conseil national de transition (CNT), organe législatif, après avoir refusé d’être à la tête du pays. 6 mois plus tard, je tente de comprendre la logique de son raisonnement, je n’arrive toujours pas.

…j’ouvre la deuxième enveloppe…

C’est Saleh Kebzabo, dit « Leuk, le lièvre ». On dit de lui qu’il est calculateur, fin politique, c’est le Maradona de la politique me disait un confrère journaliste. C’est le Djédjé Okocha renchérit un homme politique. J’avoue que Kebzabo est bluffant d’intelligence, de classe, de manière et de politesse. Il écoute beaucoup, mais au fond de son regard brille une malice particulière qui rassure et effraie. Au pays de ses parents peuls on l’aurait surnommé « Djiré », « Sabara » en Arabe locale. Il me rappelle le mythique livre des contes d’Abdoulaye Sadji et l’ancien président Léopold Sedar Senghor et l’histoire de « Leuk, le lièvre ». Un malin lièvre qui s’en sort toujours face à l’adversité. 

Depuis plus de 10 ans, Kebzabo dit avoir pris ses distances avec le défunt président Deby Itno. Il dit l’avoir toujours accompagné en période crise, mais seulement en période crise. Et en signant des accords comme parti politique. Il clame n’avoir rien fait en son nom et contre la volonté du Bureau politique de son parti, l’Union nationale pour le Développement et le Renouveau (UNDR). À l’arrivée de la junte militaire, il a été ciblé, calculé pour aider. Il a lui aussi comme disent les Camerounais « calculé » la junte en quittant le mouvement Wakit Tama. On l’attendait comme Premier ministre du gouvernement de transition. Il rate le poste de peu. Il refuse alors d’être ministre. Il a préféré faire entrer deux de ses lieutenants. Il se réserve pour les futures échéances. Il est convaincu que son heure a sonné. Mais n’a-t-il pas raté la dernière marche du pouvoir en collaborant? Il aurait pu, définitivement, incarner l’avènement d’un Tchad nouveau sans se lier à la junte. Ainsi, il pourra jouer le rôle de garde-fou des dérives de la transition et émergera alors comme une autorité morale et politique incontestable. Il aurait gagné en se « présidentialisant » encore plus. Peut-être que les électeurs tchadiens lui sauront gré en lui confiant la destinée du pays lors des futures élections. Il semble avoir déçu beaucoup des Tchadiens. Il apparaît de plus en plus comme un perdant malgré qu’il souffle le chaud et le froid. La stratégie du « lièvre », qui consiste à dormir d’un œil, risque de l’emporter définitivement.

…et enfin, j’ouvre la troisième et dernière enveloppe.

C’est Mahamat A. Al Habbo , dit « l’intransigeant prof ». À son sujet, je me suis posé cette question : diantre, qu’est-il allé chercher dans cette galère? Il y a presque 20 ans qu’il a quitté le gouvernement Deby. L’intransigeant professeur a tenu 20 ans de privations et d’intimidations du père Deby. Il a jeté rancune et rancœur au fleuve Chari pour aller embrasser le fils Deby. Il est entré dans ce gouvernement, certainement, avec des intentions louables. Il a lui aussi cru comme son ami Kebzabo que le président de la transition est jeune, innocent et n’a aucune intention de s’éterniser au pouvoir. Il a visé un grand ministère régalien. Il l’a obtenu, le ministère de la Justice dans un pays où presque personne ne croit à cette institution. Son entrée au gouvernement a été fracassante. Les Tchadiens se souviennent de sa mémorable allocution lors de la passation de service. Une sortie qui a suscité de l’espoir et qui a été unanimement saluée. Au lendemain de sa sortie, il a été recadré en conseil des ministres, disent plusieurs sources. La solidarité gouvernementale a eu raison de l’intransigeance du professeur qui sentait que les Tchadiens avaient soif de justice. Et qui voyait dans les premières paroles du Grade des sceaux, une rédemption. Hélas, le prof a plié.

Depuis lors, il est à l’étroit et mal à l’aise dans ce gouvernement. Pourtant c’est une forte tête qui n’hésitera pas à démissionner aux premiers accros pensaient plusieurs observateurs. Le prof réalise que la politique en période de transition est plus abstraite que les chiffres et les théorèmes mathématiques. C’est du concret, du coup pour coup. Pourtant il a les ressources nécessaires comme lorsqu’il enfanta l’Alliance Victoire en professant la théorie du candidat unique de l’opposition face à Deby et où son collègue Kebzabo trébucha pour céder la place à Me Théophile Bongoro. À sa place j’aurais démissionné pour me consacrer à rebâtir mon parti (le Parti pour les Libertés et le Développement, PLD). Un parti cassé, saccagé par le défunt président. Le PLD n’a presque plus des militants, ils sont partis ailleurs. Très peu sont restés. Il semblerait que ce sont eux qui insistent pour qu’Al Habbo reste encore ministre espérant que le PLD se refait des forces. Le ministre de la Justice a beaucoup à gagner en reprenant sa liberté. Il est minuit moins 5 minutes pour lui et sa formation politique. Parce qu’il continue de bénéficier de son image d’homme intransigeant et de celui d’homme intègre de son ex-chef leader disparu, le prof Ibni Oumar Mahamat Saleh. Le temps passe et Al Habbo semble de plus en plus pris dans la mélasse de la junte. S’il se défait de ce piège, il gagnera et fera gagner le pays en jouant le contrepoids à la junte. Sinon il restera un perdant de plus de cette tragique transition qui ne compte ni transiter ni transiger tellement le chef de la junte est embarqué dans une logique de confiscation du pouvoir.

Bello Bakary Mana

Le cancer du sein est le cancer le plus diagnostiqué chez les femmes dans le monde, avant et après la ménopause. Selon l’organisation mondiale pour la Santé (OMS), une femme sur 9 sera atteinte d’un cancer de sein au cours de sa vie et une sur 27 en mourra. Au Tchad, comme dans bien d’autres pays en développement, ce mal tue et continue de traumatiser les femmes. Le mois d’octobre, appelé aussi octobre rose, devrait permettre à toutes les forces vives de la nation de faire bloc et de se pencher sur ce fléau qui menace notre pays. Chronique.

Octobre rose, ou mois de campagne de communication destinée à sensibiliser sur le dépistage du cancer de sein. Au Tchad, il n’y a pas un chiffre officiel, mais l’augmentation des cas donne froid au dos. Selon le président de la ligue tchadienne de lutte contre le cancer, plusieurs nouveaux cas sont enregistrés chaque année au Tchad. L’annonce du Dr Manikassé devrait sonner fort et pousser toutes les parties prenantes à peser sur la cloche et agir urgemment.

Phénomène encore méconnu ou sous-estimé, ce type de cancer continue pourtant inexorablement sa progression, surtout dans les pays en développement comme le nôtre, plus que partout dans le monde. Si le taux de survie dans ces pays est exceptionnellement bas, c’est parce que la honte de la maladie, le manque d’informations sont autant d’obstacles qui dissuadent les malades à consulter un médecin avant que cette maladie n’atteigne un stade avancé et incurable.

Dans le cadre de la lutte contre ce fléau, force est également de constater que de nombreux obstacles existent pour mener à bien le combat. Notamment le manque de sensibilisation de la population, le manque de ressources, l’absence de programmes et de politiques de lutte contre le cancer, mais aussi le manque d’infrastructures médicales et des personnels qualifiés, sans parler des coûts élevés des thérapies anticancéreuses.

Le cancer jette dans la précarité les malades, on a besoin de fonds et d’un engagement en faveur de l’amélioration du traitement des femmes, une fois qu’elles sont diagnostiquées. L’absence d’accès au diagnostic et de matériel de radiologie en particulier pour les femmes en zones rurales est un réel problème.

Il a été constaté que les progrès sont lents, malgré l’immense connaissance dont disposent les médecins qui s’accordent à dire que l’heure est plus que jamais à la sensibilisation si l’on sait que les nouveaux médicaments contre le cancer, surtout du sein, permettent de prolonger la survie, mais pas de les guérir complètement parce que les tumeurs deviennent résistantes. Donc notre principal espoir par rapport à ce mal, c’est de prévenir la maladie, plus que de la soigner.

Au-delà de la recherche médicale et des traitements adaptés, certaines pratiques et quelques habitudes saines de vie, peuvent diminuer les risques de développer un cancer du sein ou d’en mourir. L’observation régulière des seins et la mammographie de dépistage sont des exemples pratiques qui peuvent faire la différence.

Il est donc primordial que les femmes tchadiennes soient conscientes du fait qu’elles peuvent juguler cette tendance à la mortalité en étant de vraies actrices dans le combat. Il faudra aussi adopter des habitudes saines de vie pour mettre toutes les chances de leur côté.

Les Ministères concernés, tels que le Ministère de la femme, de la famille et de la petite enfance et enfin le Ministère de la Santé publique devraient mettre en place un programme de sensibilisation visant à apprendre aux femmes à pratiquer l’auto-examen de leurs seins. Ces ministères devraient aussi aller dans les écoles, les marchés, dans les mosquées et dans les églises pour parler davantage de ce mal qui menace sérieusement la santé des femmes du pays. Aujourd’hui, la lutte contre le cancer du sein au Tchad reste un vaste chantier.

Jules Doukoundjé

Les coupures intempestives de l’électricité par la Société nationale d’Électricité (SNE) reprennent de plus belle. Qu’est-ce qui peut être à l’origine de cette impasse opérationnelle?

Pourtant, lors d’un point de presse fait, le 3 avril passé, à la Direction de la production à Farcha, son Directeur Général M. Mahamat Adoum Ismaël, s’est excusé pour les manquements et désagréments causés aux clients. Il l’avait si bien signifié en affirmant que « l’électricité est un important levier de développement d’un État qu’on ne peut au 21e siècle, s’en passer. », par la même occasion, il informait la presse que, la SNE a réceptionné un nouveau moteur MBH en provenance d’Allemagne d’une puissance de production de 4MW.

De plus un autre générateur était commandé et devait être fourni. Ces acquisitions devraient, en principe, permettre d’avoir une puissance disponible de 80 MW, supérieure à celle annoncée en septembre 2020, qui était de 70MW. Les abonnés avaient cru à ces déclarations comme des paroles d’évangile. Et voilà que la SNE renoue avec ses vieilles vilaines habitudes. Dans les « causeries N’Djamenoises », on entend les mêmes refrains enduits de grande lassitude, «  la SNE nous fatigue, cette société ne vaut rien du tout. Il faut, peut-être, de la concurrence qui la forcera à améliorer ses services. Les clients souffrent ». Surtout les petites et moyennes entreprises (PME) comme les commerçants, les tenanciers des ateliers de soudure, etc.

La ville a repris avec la saga des groupes électrogènes. Ils rythment le pool de la ville de leurs sons inconfortables à l’oreille et de leurs odeurs de carburant qui picotent les narines. Récemment, une vaste opération de contrôle des abonnés a été effectuée. Pour quel résultat s’interrogent les N'Djamenois ? Certains disent qu’ils font des abonnements des chaînes de télévision qui s’épuisent sans qu'ils en profiter. Souvent c’est à 1h ou 2h du matin que certains foyers sont ré-alimentés en électricité. D’autres recours aux petits lampadaires pour s’éclairer. Ce qui engendre d’autres dépenses hors budget. Pendant la période de chaleur intense, la SNE, justifie ses délestages par la température élevée, œuvre de Dame Nature. «  La température ambiante est de 45°C en période de chaleur et cela monte jusqu’ à même à 70°C dans la salle des machines. Cela impacte fortement le rendement des moteurs», avait expliqué le DG de la SNE le 04 avril dernier à Farcha. Mais nous sommes actuellement en saison de pluie et la température oscille entre 25°C à 30°C. Et les délestages ont repris à un rythme effarant.

Un autre problème à la Une des causeries, c’est la baisse de tension électrique. L’électricité de la SNE est toujours de très faible tension. On a beau fait recours aux stabilisateurs, ils n’indiquent jamais 220 voltes. Les lampes ampoules s’allument et s’éteignent toutes seules. Autre problème, c’est la question des factures. Certains ménages qui utilisent les comptoirs mécaniques disent qu’ils reçoivent des factures arbitraires qui ne reflètent pas à leur vraie consommation. Le 04 avril dernier, M. Mahamat Adoum Ismaël, disait à la presse que la baisse de tension dans certains quartiers est due à la fraude. « Plus d’un tiers de personnes s’alimentent au mépris des règles élémentaires établies par la SNE. Cette délinquance prive la société de ses ressources pour garantir sa pérennité », avait-il précisé.

A la même date, le DG de la SNE dévoilait sa stratégie d’électrification à court, moyen et long terme adopté par le gouvernement à travers le Plan d’Urgence d’Accès à l’Électricité(PUAE) 2021-2023. Le taux d’électrification devrait passer de 6,4% à 38,12%. Pour l’instant, disent certains clients de la SNE, c’est le concret qui les intéresse et non les projections. La preuve, chaque jour ils sont plongés dans le noir. « La SNE doit nous satisfaire. Nous ne sommes pas contents de sa prestation. Ces coupures intempestives détruisent quelquefois nos appareils. Sous d’autres cieux, les gens porteraient plainte pour de tels désagréments. Nous sommes très gentils au Tchad. Il faut que cela change », lance tout furieux M. Rongarti Banyo, un habitant de Moursal, dans le 6e arrondissement de N'Djaména. Espérons que les « dieux africains » de l’électricité entendent ces plaintes.

Moyalbaye Nadjasna

La nomination par décret le 17 août dernier de l’ancien président Goukouni Weddey, comme président du Comité Technique Spécial, relatif à la participation des politico-militaires au Dialogue National Inclusif (DNI) n’a pas fait l’unanimité. Certaines associations des droits de l’homme et certains intellectuels expriment leur inquiétude par rapport aux choix des membres de ce comité.

L’ancien président Goukouni Weddeye a été nommé président du comité spécial. Il est composé de 29 membres. Ce comité à pour mission de négocier avec les politico-militaires et les convaincre à participer au DNI.  Un forum qui, selon plusieurs sources, aura lieu en novembre prochain. C'est une rencontre importante qui permettra de déboucher sur un gouvernement de transition qui se chargera d’organiser des élections libres, transparentes et démocratiques. Mais, après la publication du décret, certains membres du comité technique sont l’objet de vives critiques des associations de défenseurs de droits de l’homme et de une frange d’intellectuels.

Pour certaines associations des droits de l’homme et certains intellectuels, ce n’est pas la nomination de l’ancien président qui pose problème, mais c’est l’utilisation de son image en tant qu’homme charismatique pour servir et protéger les intérêts d’un clan qui inquiète. Se prononçant sur la nomination du comité technique spécial, le secrétaire général de la convention tchadienne des droits de l’homme (CTDH), M. Mahamat Nour Ibedou, affirme que ce décret n’a aucun sens. Et que l’opportunité d’aller vers les opposants armés doit relever du DNI et non de la décision du président du CMT. « Il faut regarder la liste de la délégation pour comprendre que le CMT a des objectifs obscurs. Cette liste est dominée par certains groupes ethniques dont les membres appartiendraient en majorité à l’opposition armée », soutient le SG de la CTDH. Selon M. Ibedou, ramener des mécontents armés de l’extérieur pour les faire participer au dialogue devrait être pris au sérieux. Le défenseur des droits humains estime que le problème des politico-militaires semble devenir un problème familial et clanique. « Les gens sont choisis sur la base de leur proximité avec la rébellion. Ce décret est nul. Et je répète n'a aucun sens », dit ce dernier. Mahamat Nour Ibedou a également évoqué aussi les coûts financiers que le trésor public va décaisser. A son avis, les membres du comité technique auront des indemnités pharaoniques et seront aussi des porteurs de valises pour l’achat des consciences de la rébellion.

Analyse d’un analyste

Que dire face à ce tiraillement? Certains intellectuels soutiennent que la nomination de l’ancien président Goukouni Weddey comme président du comité technique spécial en charge de négocier avec les politico-militaires n’est pas en soi une mauvaise chose. Seulement elle donne l’impression que le pays n’a pas tellement évolué car les acteurs qui ont fait partie de troubles fratricides se sont recyclés en juges et parties. Il y a une espace schizophrénie collective indicible. Toutefois, beaucoup d’analystes pensent que l’ancien président serait la personne la mieux indiquée pour conduire ce comité, vu son âge et son expérience. Pour le sociologue Mbété Félix, l’ex-président apparaît comme un homme intègre pour ce poste. Selon lui, même si pendant longtemps l’ancien président n’apparaît pas en public, cette nomination est logique, en ce sens que Goukouni Weddeye a l’expérience de la rébellion. Il serait dit-on  écouté et respecté dans le milieu de la rébellion. S’agissant de la divergence du comité d’organisation du dialogue, il souligne que les divergences devraient enrichir le débat. Au final aller au dialogue sans une partie de la classe politique serait regrettable pour le pays. Et qu’il faudrait arriver à mettre tout le monde d’accord sur un minimum avant l’organisation de ce DNI. Vaste mission tellement les acrimonies, les rancunes et les rancœurs ont jalonné la vie de ce pays. Peut-être, peut-être que ce dialogue sera l’occasion de se vider le cœur. Et de repartir du bon pied, enfin peut-être…

Jules Doukoundjé

Sur les 18 mois prévus pour une transition militaire après la mort du maréchal Deby Itno le 20 avril dernier, plus de 100 jours se sont écoulés. Une feuille de route a été adoptée le 29 juillet passé en conseil des ministres. Trois points fondamentaux en sont ressortis. Certaines plateformes des organisations de la société civile et certains leaders de l’opposition rejettent le décret portant création du comité du dialogue national inclusif. 

Les trois axes de la feuille de route de la transition sont : la sécurité, la défense, le dialogue national inclusif, la réforme de textes juridiques issus du dialogue, l’organisation d’un référendum et des élections générales libres et transparentes. Selon le document, la Feuille de Route vise à assurer notamment la continuité de l’État, à préserver les acquis de paix et de stabilité, à poursuivre les projets et programmes de développement.

Premier point, la sécurité et la défense : c’est dans le but de préserver l’intégrité du territoire national et d’assurer le désarmement effectif des civils. « La sécurité des institutions de la transition, des personnes et des biens, la consolidation de l’État de droit et la démocratie, la gouvernance économique et financière doivent être garantis. Le climat sociopolitique apaisé ; les engagements internationaux respectés par le Tchad » sont aussi les autres objectifs de cet axe. Selon le document, cet axe prévoit 22 actions pour un coût de 298,63 milliards de FCFA, soit 30,0% du coût global de la Feuille de Route.

Deuxième point, le Dialogue national inclusif (DNI). La feuille de route note que le gouvernement va veiller à ce que la période de Transition ne soit l’occasion ni d’exactions ni d’actes de vengeances préjudiciables à la cohésion de la Nation. Toujours selon le guide transitoire, les responsables de la transition vont poursuivre les efforts de sensibilisation afin d’apaiser les tensions communautaires et parvenir ainsi à une cohabitation pacifique entre tous les Tchadiens. « Ce dialogue n’éludera aucun sujet d’intérêt national. Il décidera d’un nouveau contrat social pour notre peuple. Le Conseil Militaire de Transition (CMT) et le Gouvernement seront les garants d’un dialogue apaisé, inclusif et bénéfique pour le pays. Ce dialogue pourrait être organisé durant les mois de novembre-décembre 2021 », précise la feuille de route. Pour les finances, le DNI prévoit 46 actions estimées à 424,27 milliards de FCFA, soit 42,6% du coût global de la Feuille de Route.

Des contestations de certaines organisations de la société civile

Plusieurs acteurs déclarent que la composition du comité du DNI n’est pas représentative des acteurs majeurs de la vie politique, sociale et économique. Ils soutiennent que, si ces acteurs ne sont pas suffisamment représentés, cela pourrait rendre exécutoire les décisions et recommandations issues du DNI. Lors de son point de presse, le 05 août dernier monsieur Salibou Garba, président national du parti ADN propose que le DNI revête le caractère de la conférence nationale souveraine de 1993. « On ne ruse pas avec le sort de tout peuple pour la sauvegarde ou la conquête des intérêts personnels ou des petits groupes », déclare Salibou Garba. La plateforme Wakit Tama, rejette purement et simplement le décret 101 du 2 juillet 2021, portant création du comité d’organisation du Dialogue national inclusif, même refrain repris par plusieurs plateformes comme la République en marche. Wakit Tama exige que les politico-militaires soient impliqués à ces assises nationales. Pour eux, la préparation d’un évènement si important pour l’avenir de notre pays doit faire l’objet d’une attention particulière. Lors de son adresse à la nation le, 10 août, le président du CMT, le général Mahamat Idriss Deby fait mention de la participation des politico-militaires au dialogue national. Un comité technique a été mis sur pied le 13 août passé pour examiner les conditions de participation. Les membres du Comité d’organisation sont connus également, le président de l’UNDR Saleh kebzabo occupe le poste de 1er vice-président.

Le dernier axe de la feuille de route consiste à réformer les textes juridiques suivant les résolutions issues du Dialogue et organiser un référendum constitutionnel ainsi que des élections générales libres et transparentes. La mise en œuvre des actions de cet axe a un coût de 273,65 milliards de FCFA, soit 27,5% du coût global de la Feuille de Route. Le document dit aussi que la prise en charge des organes de transition est estimée à 40 milliards
de FCFA.

La coordination, le suivi-évaluation de la Feuille de Route seront assurés par deux (02) organes notamment, un Haut Comité de Pilotage et un comité technique. Les recommandations soulignent les missions de négociations bilatérales et l’organisation d’un colloque ou une conférence avec les bailleurs de fonds. La grande question est : qui acceptera de financer ce budget faramineux? Est-ce une stratégie du CMT et du gouvernement pour reporter la Transition? Pour la noyer? Mystère et boule de cristal.

Moyalbaye Nadjasna

Le dialogue national inclusif en vue risque d’être transformé en un ring de combat national inclusif. Chronique.

« Le problème que le dialogue va créer risque d’être plus grand que le problème que le dialogue veut résoudre » a posté le slameur Didier Lalaye alias Croquemort sur sa page Facebook. Il a peut-être raison d’exprimer une telle inquiétude. Car, déjà, rien qu’avec les réunions préparatoires au sein des forces vives de la nation, des scènes dignes des films ont été offertes aux Tchadiens.

« Je n’ai peur de personne moi », se bombe le torse un chef de parti politique qui prend position devant un autre. « Il y a de grandes personnes qui raisonnent comme des gamins », sermonne un autre. Le climat n’était pas convivial ni amical entre les chefs des partis politiques qui se sont comportés comme des fanatiques. Bon, revenons aux faits.

Jeudi 15 juillet. Les chefs des partis politiques se sont réunis suite à l’appel du ministère de la Réconciliation nationale et du Dialogue. Objectif : désigner 15 représentants des partis politiques au sein du comité d’organisation du fameux dialogue national inclusif. Dès l’ouverture des travaux, la salle s’est enflammée. Les débats autour de la procédure et des critères de désignation ont été houleux, au point où des responsables politiques ont failli venir aux mains. Il a fallu que le ministre en chargé de la Réconciliation, Acheikh Ibn-Oumar intervienne pour les recadrer avant que la tension ne baisse. La procédure a été suspendue. Ce n’est pas tout.  

Samedi 24 juillet. C’est autour des jeunes de se réunir pour désigner leurs cinq représentants. Comme leurs aînés, ils ont réédité le même scénario. Eux ont mieux fait mieux que leurs aînés en se donnant des coups. Des candidats boutés ont déchiré tous les documents relatifs à la procédure des élections. Des tiraillements à chaud, des bousculades, heureusement que des coups de poing n’ont pas été distribués. Une image « honteuse » laissée par ces leaders des associations de la jeunesse. La procédure, elle aussi, a été suspendue. 

À quoi s’attendre le jour du dialogue où toutes les forces vives de la nation vont se retrouver ? La question reste posée. Mais déjà, on a un avant-goût du climat qui va régner lors de ces assises. Il est fort probable qu’on se retrouve avec des Jet Li, Jacki Chan, Jean-Claude Vandame, Bruce Lee, dans la salle le jour J du grand jour vu ces tensions. Si c’est le cas, il faut s’attendre à un « combat national inclusif » au lieu d’un dialogue national inclusif. Comme quoi le dialogue risquerait d’être transformé en un grand ring national. Et personne ne clamera que le slameur Didier Lalaye alias Croquemort n’a pas prévenu. Pourvu qu’il n’y ait pas des morts.

Christian Allahadjim   

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse

Votre Publicité sur Ialtchad Presse