jeudi 19 mai 2022
Reportage

Reportage (782)

Les bavures des Forces de sécurité intérieure (FSI) ce dernier temps ont sapé les relations de confiance entre elles et la population. Pour rétablir cette confiance, l’association COGINTA en collaboration avec l’Association pour la promotion des Libertés fondamentales au Tchad (APLFT), poursuivent la vulgarisation du code de déontologie avec les FSI. Ce 31 mars à la maison de quartier de N’Djari à N’Djamena, 35 agents de sécurité de trois différents corps (la police, la gendarmerie et la garde nomade) sont en formation. Reportage.

Une trentaine des éléments de forces de sécurité intérieure (FSI) dans un cercle restreint suivent activement une formation. Selon Mbai-ilam Doctor, garde de nomades, c’est depuis hier qu’ils ont entamé la formation sur la vulgarisation du Code de déontologie des FSI. Les FSI, dit-il, regroupent trois corps : la Garde nationale nomade du Tchad (GNNT), la Police et la Gendarmerie. Selon lui, l’accent est mis sur l’objectif et la mission des FSI. « Les trois corps doivent collaborer dans une mission de protection de la population, les biens et les édifices publics. Cette formation a permis de dégager les bonnes et les mauvaises pratiques. Nous cherchons ensemble les stratégies pour ramener la confiance entre la population et les FSI », dit M. Mbai-ilam. Il souhaite que ces genres de formations se prolongent. D’après lui, le nombre est minime, mais ils vont restituer dans leurs corps respectifs ce qu’ils ont appris.

Pour l’Experte en FSI et Genre, le commissaire divisionnaire de Police Mme NGueslam Djera Esther, le rôle des FSI c’est de protéger les personnes et les biens. Elle explique que c’est important que les FSI se familiarisent à certaines valeurs et principes issus du Code de déontologie. Selon elle, ces valeurs et principes sont : l’intégrité, l’impartialité, la neutralité, la compassion, la probité, la non-discrimination, le respect de la diversité, etc. L’Experte soutient que les FSI ont l’obligation de gagner la confiance de la population. Elle insiste sur le fait que seule la population peut leur fournir des informations inhérentes à leurs missions. Quand tu te respectes, la personne en face de toi te respecte aussi, a-t-elle dit.

Mme Esther affirme que les bonnes conduites doivent guider la mission des FSI. « La sécurité n’est efficace que si elle est bien informée. Nous demandons aussi à la population de nous faire confiance, c’est grâce à leurs informations fiables que nous pouvons bien faire le travail », lance-t-elle. Mme le commissaire rappelle que c’est pratiquement un mois qu’ils sont à pied-œuvre.  Elle précise que d’autres activités notamment les foras des quartiers et des causeries-débats sont organisées entre FSI et population. Les causeries éducatives ont lieu aussi dans les collèges et les lycées. « Nous expliquons aux élèves que notre rôle premier c’est de sécuriser. C’est quand on est dépassé que nous venons à la répression. Nous sommes obligés de coopérer avec la population. Il faudrait que celle-ci nous dise à quel niveau elle a mal afin qu’on intervienne. Naturellement nous ne pouvons qu’être des partenaires »,.

Collaborer c’est mieux sécuriser

Mme Esther estime que la sécurité n’est pas l’affaire seulement des FSI, mais de tout le monde. A son avis, chacun doit développer des valeurs sécuritaires. Sans sécurité il n’y aura pas de développement, indique-t-elle.

L’Experte en FSI et Genre note que dans cette dynamique, il y a une lueur d’espoir. Elle assure les activités lancées portent déjà de fruits. Mme le commissaire estime que mêmes les élèves comprennent bien leur logique et en présence parfois de leurs censeurs. Elle informe que les bonnes pratiques seront récapitulées et compilées dans un document final. La formatrice indique que les écoles de formation des FSI vont inclure la vulgarisation des bonnes pratiques imbues dans la déontologie.  Elle soutient qu’au niveau des communes, des structures sont mises en place. Il s’agit des conseils locaux de sécurité et de prévoyance de la délinquance (CLSPD). Elles vont continuer à faire le travail de proximité, explique-t-elle. L’Experte cite aussi le diagnostic local de sécurité. Cette entité, selon elle, a fait un bon travail qui a permis de connaître le niveau de sécurité dans chaque commune. Un plan local de sécurité accompagne également ce diagnostic. « On ne va pas résoudre tout le problème, mais on fera ce qui est dans la mesure du possible. Cinq (05) communes à N’Djamena sont concernées. La commune du 1er, 7e, 8e ,9e et 10e arrondissement. En province ce sont les communes de Moundou, Sarh, Abéché et Bol », révèle Mme Esther. Elle justifie qu’ils ont fait un choix sélectif en fonction des constats sur le terrain. Mais cela peut s’étendre en fonction de résultats obtenus, assure-t-elle. A l’instant dit-elle, ils déroulent ce qui se trouve dans le projet. « Sur les 11 séances, on a réussi à avoir 35 et le faible nombre c’est 22 donc la barre de la cible à toucher est atteinte », a conclu mme le Commissaire divisionnaire de Police.

Moyalbaye Nadjasna

Le personnel soignant du centre hospitalier universitaire Mère et Enfant (CHU-ME), et surtout les contractuels, donnent 5 jours à compter du 30 mars au 5 avril prochain aux autorités en charge de la santé publique de résoudre définitivement toutes les revendications syndicales en suspens. Ils exigent au Ministère de tutelle le payement immédiat et sans délai de 4 mois d’arriéré de primes. Reportage.

Les 300 contractuels du Centre hospitalier universitaire Mère et Enfant (CHU-ME), ne supportent plus les promesses faites par les ministres de tutelle qui se sont succédé. Ils donnent 5 jours au gouvernement à compter du 30 mars au 5 avril prochain pour résoudre définitivement toutes les revendications. Les travailleurs réunis en Assemblée générale (AG), exigent la prise en charge des personnels malades nécessitant un traitement.

Pour le secrétaire général (SG) de la cellule syndicale du CHU-ME et représentant du personnel, Moustapha Tchari Mahamat, ce qui les a poussés de menacer d’aller en grève, c’est une vieille revendication et de fausses promesses non tenues. Selon lui, les travailleurs réclament les acquis sociaux, c’est-à-dire les indemnités de risques, de logement et de transports pour les contractuels. Il affirme aussi que beaucoup de leurs camarades ont été infectés par la Covid-19 dont 2 sont décédés et 13 de ceux ont été choisis pour la prise en charge des malades de Covid-19 n’ont pas eu leur indemnité.  Il affirme que l’ancien ministre de la Santé les avait reçus et avait pris en compte 5 points sur les 7 réclamés. Au sujet des acquis sociaux, il souligne que le ministre leur avait demandé de surseoir à leur grève et ils seront intégrés pour le compte du budget de 2022. Mais ajoute Moustapha Tchari Mahamat, le nouveau ministre de la Santé n’a pas pris en compte leurs réclamations. Il précise que les 5 jours de préavis de grève devraient permettre de préparer le service minimum à l’hôpital.

Le président du syndicat national des travailleurs des affaires sociales et de la Santé du Tchad (SYNTAST) Younous Mahadjir s’est prononcé sur cette menace. Il explique qu’il y a effectivement des mouvements de grève qui sont annoncés dans plusieurs cellules syndicales dont celui de l’hôpital Mère et Enfant. Pour le cas de la CHU-ME, il souligne qu’il a échangé avec les responsables de la cellule syndicale pour porter leur doléance au ministre de la Santé publique. Le syndicaliste estime que leurs revendications sont légitimes parce que l’ancien ministre de la Santé avait promis de payer certains avantages, mais malheureusement cela n’a pas été inscrit au budget 2022.  Il promet que le SYNTAST va rencontrer le nouveau ministre de la Santé et discuter avec lui sur les raisons du mouvement d’humeur qui risque de paralyser nos hôpitaux dans les jours à venir. Il suggère que la situation soit réglée de façon globale et non sectorielle. Younous Mahadjir exhorte les autorités à prendre au sérieux les revendications et d’apporter des solutions idoines et pérennes.

Jules Doukoundjé

La plate-forme des diplômes sans emploi a fait un point de presse ce 30 mars 2022 à N’Djamena. Elle prend acte de son implication dans la commission spéciale de recrutement des 5000 jeunes à la Fonction publique. Elle suspend sa marche prévue ce jeudi 31 mars et dénommée jeudi noir sur toute l’étendue de territoire national. La cause de cette suspension est la poursuite des négociations avec les autorités. Reportage.

 Les diplômes sans emploi en instance d'intégration à la Fonction publique ont suspendu leur marche prévue aujourd’hui, 31 mars 2022. Cette marche dénommée « jeudi noir » compte dans le cadre de leurs revendications. Malgré la promesse du gouvernement de les impliquer dans la commission spéciale de recrutement de 5000 jeunes dans l’emploi public, ils s’insurgent. Et donne 10 jours aux autorités de transition de s’occuper de leur sort. Les diplômés déclarent qu’en cas de non-respect de ce délai, les seuls responsables de leurs actions seront le Conseil militaire de transition (CMT) et son gouvernement. Les diplômés sans emploi demandent à tous leurs camarades de rester mobilisés pour d'autres mots d'ordre.

Au sujet de recrutement par voie de concours à la fonction publique annoncé par les autorités, les diplômes sans emploi en instance d'intégration comme leurs camarades du « Collectif des lauréats des professionnels de l'éducation » rejettent cette option en bloc. Ils demandent aux autorités de reconsidérer l'ancien système par étude des dossiers. Ils estiment qu’à l’heure actuelle des choses une telle option risque d’engendrer des soulèvements des diplômes sans emploi.

Ousmane Bello Daoudou

Le mois du jeûne, mois du ramadan ou mois saint de l’islam est pour bientôt. À son approche le, Cheik Dr Mahamat Khatir Issa, Président du Conseil Supérieur des Affaires islamiques (CSAI), appelle les commerçants au réalisme du prix des articles et conseille les fidèles à plus de responsabilités pendant ce mois de la miséricorde d’Allah. Reportage.

Ça y est, le jeune pour le ramadan pointe à l’horizon. Les fidèles musulmans s’activent depuis quelques jours pour s’approvisionner et ainsi faciliter la rupture des jeûnes du coucher du soleil. Seulement les prix des produits de première nécessité vont croissant. Le Cheikh Dr Mahamat Khatir Issa, Président du Conseil supérieur des Affaires islamiques n’a pas perdu ce problème de vue. Il souhaite un bon début de ramadan aux gouvernants et à tous les Tchadiens. Le président du SCAI implore la bénédiction et la miséricorde d’Allah sur tous les fidèles musulmans, « le Ramadan est une école à travers laquelle, ceux qui jeûnent apprennent beaucoup de choses », indique le Cheik. Il conseille la tolérance et un comportement responsable aux musulmans du Tchad. L’objet du jeûne dit-il, n’est pas seulement de s’abstenir de la nourriture, moins encore la rupture, mais il faut être correcte pour tirer le meilleur.

Pour Cheikh Mahamat Khatir Issa, tous les membres du corps doivent se maintenir purs, exemptent des souillures. Selon lui, il faut éviter des regards malveillants, des paroles impures, la médisance, la haine, bref tout ce qui est obscur. Le chef du CSAI lance un appel aux commerçants et leur demande d’être justes. Il leur conseille de ne pas augmenter les prix des articles et au besoin de diminuer afin de favoriser la rupture de jeûne du soir. Cheik estime que c’est un moment qu’il faudra faire plus de bénéfice moral et non pécuniaire. Selon le leader religieux, la miséricorde d’Allah en dépend. Le président du CSAI encourage les commerçants, les associations et d’autres organisations à faire de dons aux démunis afin de les accompagner pendant ce mois de jeûne.

Selon lui, grâce au ministère tchadien de la Communication, le CSAI réalise beaucoup d’émissions télévisées et radiodiffusées dans les médias publics. Ce sont des émissions d’orientation et de sensibilisation en faveur des fidèles pour un suivi efficient de ce mois saint de ramadan. L’enjeu c’est de leur prodiguer des conseils dans le domaine religieux et de la vie en société. Pour le Cheikh, les Tchadiens doivent s’unir dans toutes leurs diversités (ethniques et religieuses) pour la construction de la paix de notre pays. Il souligne que c’est l’occasion pour les musulmans de prier pour tous les défis de transition dans notre nation.

Les règles du jeûne comme l’abstinence à la nourriture et à l’eau, le respect des temps de prières, le moment de ruptures doivent être observées, dit-il. Cheikh Mahamat Khatir Issa précise que ce sont des recommandations du Coran et de Hadjis. « Surtout avoir de bons comportements avec les autres mêmes envers les non-musulmans. Toute personne doit être respectée », confie-t-il. Le président du CSAI soutient que, les personnes de troisième âge, les malades, les femmes enceintes, les femmes allaitantes, les voyageurs sont dispensés. Mais pour les malades, les femmes enceintes, les allaitantes et les voyageurs, ils peuvent rembourser le jeûne dès que possible, dit-il. Le ramadan fait partie des cinq (05) piliers de l’Islam, avant d’affirmer qu’au cours du jeûne, tous les musulmans sont égaux et peu importe qu’on soit riche ou pauvre.

Moyalbaye Nadjasna

Le prix des produits alimentaires de base comme la farine, la pâte alimentaire, l’arachide, le sucre l’oignon, etc, ont augmenté à l’approche du ramadan. Ialtchad Presse est allé au marché de Dembé vérifié. Reportage.    

La farine de blé, la pâte alimentaire, l’arachide, le sucre, l’oignon, l’huile sont des produits consommés presque par tous pendant le mois de ramadan. Mais à quelques jours du ramadan, les prix de ces denrées ont augmenté sur le marché. Le sac de farine de 50kg qui se vendait à 20.500FCFA se vend aujourd’hui à 29.000FCFA. Le sucre passe de 31.000 à 36.000F le sac de 50kg. Le bidon d’huile de 20 litres se vend à 28.000F au lieu de 24.000FCFA. Les consommateurs n’ont pas d’autre choix que de se procurer ces produits alimentaires malgré le prix élevé. Nous avons rencontré madame Amné  Youssouf au marché de Dembé. Elle est venue faire les provisions pour le mois de ramadan. Elle se plaint de l’augmentation des produits de première nécessité. « Ramadan de cette année-là ça va être difficile. Tout est cher au marché. Rien n’est à la portée des pauvres ménages que nous sommes. On ne sait pas comment on va faire pour finir cette période de ramadan cette année », se lamente-t-elle. Madame Amné ajoute aussi que les détaillants avancent les raisons du conflit entre la Russie et l’Ukraine pour augmenter le prix des produits. Cette raison ne la convainc pas. Elle demande aux autorités de faire quelque chose pour ramener les détaillants à la raison.

Même les vendeurs ne sont pas d’accord avec cette augmentation. Ils disent être aussi des consommateurs. Abakar Bourma est vendeur de farine de blé, de sucre et des œufs. Pour lui, ce n’est pas de leur faute si le prix des denrées alimentaires a augmenté. Il affirme que les commerçants sont victimes d’arnaque de la douane et cela a des répercussions sur les prix et donc sur les consommateurs. « Chaque jour que Dieu fasse, le prix du dédouanement augmente. Les commerçants n’ont plus d’autre choix que d’augmenter le prix des produits pour espérer récupérer leur investissement et le bénéfice. De toutes les façons, nous ne le faisons pas de gaieté de cœur. Nous sommes aussi consommateurs », a-t-il indiqué.

Bourma Abakar accuse aussi les autorités face à cette hausse de prix. Selon lui, le conflit en Ukraine a fait à peine un mois et puis le pays est déjà affecté.  Nous sommes en face d’un gouvernement qui ne sait pas prévenir, dit-il. « Imaginez-vous dans une capitale où il n’existe nulle part un magasin pour un stock même d’un mois pour la consommation de la population. Ailleurs, les gens font des stocks pour 3 à 5 ans voir plus. Si on prévoyait les choses, la crise russo-ukrainienne n’aurait pas d’influence sur nous de sitôt. Mais dans ce pays, on vit au jour le jour. C’est grave ». Au-delà du fait qu’il accuse le gouvernement par rapport à la cherté de vie, il propose que les autorités se penchent sur la question de la douane.

Kouladoum Mireille Modestine

Les réfugiés camerounais installés dans la forêt de Farcha Milezim ne savent que faire à l’approche de ramadan. Ils interpellent les autorités publiques, les ONG et les bonnes volontés de les aider en vivre pour préparer le ramadan. Arrivés depuis plus de 3 mois, ils attendent toujours leur enrôlement et leur prise en charge par HCR. Reportage. 

Le ramadan est l’un des 5 piliers importants de l’islam. A moins d’une semaine de ce mois saint, les réfugiés camerounais qui avaient fui le conflit intercommunautaire et installés dans la forêt de Farcha, dans le premier arrondissement appellent à l’aide. Ils demandent aux bonnes volontés, aux ONG et aux autorités publiques de les aider à préparer le ramadan. Installés dans des tentes de fortunes et exposés aux intempéries, ces réfugiés composés à majorité de femmes et des enfants manquent de presque tout. En attendant leur installation et la prise en charge par le HCR, ils peinent à trouver à manger. Ils affirment qu’avec le ramadan qui se pointe à l’horizon, ils s’inquiètent de ne pas pouvoir avoir d’aliments pour rompre le Jeûne.

Pour Mahamat Abdoul Kadiri, porte-parole des réfugiés de la forêt de Farcha Milezi, il leur manque tout et depuis leur arrivée plus de 3 mois, ce sont les autorités tchadiennes qui leur viennent en aide. Il souligne que le HCR a promis de les enrôler avant de les conduire dans un autre camp. Il affirme que dans ce camp de fortune, ils manquent de tout et sont exposés à des aléas climatiques insupportables. Mahamat Abdoul Kadiri qui égraine un long chapelet de problèmes craint que lui et les siens ne puissent pas passer le ramadan dans la quiétude comme auparavant dans leur pays. Selon lui, le ramadan est un moment important pour un musulman et les réfugiés comptent respecter, malgré un manque cruel de denrées de première nécessité comme le sucre, le lait, le riz et autres. Le jeune réfugié explique que depuis leur arrivée dans ce camp provisoire, le HCR ne fait que leur faire de promesses, mais rien n’est fait concrètement. Il soutient aussi que certaines familles n’ont pas de couvertures pour se couvrir contre le froid et les moustiques. Il ajoute que cette situation précaire les expose à diverses maladies, alors qu’ils n’ont pas de moyens nécessaires pour se prendre en charge médicalement. Entouré des personnes âgées, le jeune réfugié issu de la communauté arabe, révèle cette situation a contrainte une trentaine de ses compatriotes réfugiés à rebrousser chemin. Ils reconnaissent avoir reçu des aides des ambassades des pays arabes accrédités au Tchad. Mais pour le ramadan, l’horizon est sombre. « Nous allons prendre le ramadan, Dieu est grand, il ne va pas nous abandonner », espère-t-il.

Autre cri de cœur de Gamboya Adoum une femme âgée qui supplie les humanitaires de leur donner les nattes et les couvertures pour se protéger. Au sujet de ramadan, elle dit que c’est pour la première fois qu’elle va jeûner hors de son pays. Elle craint de ne pas pouvoir avoir des aliments pour rompre le jeûne. La réfugiée demande aussi aux bons musulmans de penser à leurs coreligionnaires réfugiés qui manquent de tout pour commencer le ramadan. Une autre jeune dame, mère de 4 enfants se plaint aussi de l’état de santé fragile de ses progénitures, mais elle n’a rien pour les conduire dans un centre de santé pour la consultation. Dans le camp de fortune de Farcha, il n’y a pas de structure de santé pour la prise en charge des réfugiés malades.

En attendant leur enrôlement et leur prise en charge par le HCR, les 700 réfugiés camerounais qui ont fui les conflits intercommunautaires et installés dans la forêt de Farcha tendent leurs mains aux bonnes volontés pour leur permettre de jeûner dans les normes voulues par l’islam.

Jules Doukoundjé

L’Ambassade de France au Tchad et l’Ordre National des Architectes Tchadiens ONAT lance le projet workshop architectural. Ce projet consiste à laisser s’exprimer sans contrainte les architectes tchadiens au sein d’un espace, propriété de l’Ambassade de France. La cérémonie de lancement a eu lieu ce mercredi 30 mars lors d’un point de presse au campus France sis au quartier Étoile. Reportage. 

 N’Djamena la Capitale tchadienne, est une ville en pleine croissance démographique. Ses deux millions d’habitants sont repartis sur une surface urbanisée de plus de sept mille hectares. Malgré une politique du logement volontariste depuis deux décennies, le déficit en logements sociaux y est estimé à plus de 700.000 unités. Comparé aux autres pays sahéliens, tels que le Mali, le Burkina Faso ou le Niger, le Tchad a mené très peu d’actions pour la sauvegarde, la valorisation et la modernisation de son architecture traditionnelle. C’est dans ce contexte que l’Ordre National des Architectes du Tchad ONAT et l’Ambassade de France ont décidé d’initier ce projet de workshop architectural. Ceci pour donner aux architectes tchadiens, l’opportunité d’expérimenter des solutions, de confronter leurs idées et d’exprimer pleinement leur art sur un site qui leur sera dédié pour ce travail.

L’ambassadeur de la France au Tchad Bertrand Cochery affirme que le point de presse marque le lancement du partenariat entre l’ONAT et l’ambassade de France. Aussi, il annonce le début des travaux expérimentaux sur le site mis à disposition par l’Ambassade de France. L’occasion pour lui de faire part de l’appui de son Ambassade à ce projet. « Mise à part la disposition du lieu, l’Ambassade de France attribue une subvention directe à l’ONAT de 44 millions de francs CFA et financera la venue d’experts et homologues architectes d’Afrique centrale et d’Afrique de l’Ouest », a-t-il précisé. Il ajoute que les résultats de ces premiers travaux seront présentés en mai prochain à l’occasion du congrès marquant le 10e anniversaire de l’ONAT.

La présidente de l’Ordre National des Architectes du Tchad Hayatte Abderahim Ndiaye indique que le logement constitue le 2e besoin après la nourriture sur lequel les familles consacrent leurs budgets mensuels. Aussi, plus de 53% des ménages tchadiens vivent en location dit-elle. « L’essor démographique ces dernières années est un phénomène qui bouleverse nos économies et crée des tensions sociopolitiques. La transition en cours dans notre pays nous donne l’opportunité de repenser nos modèles de développement social économique et environnemental », remarque-t-elle. Elle a également abordé la question de cherté de matériaux de construction au Tchad. Pour madame Hayatte, considérant l’extrême faiblesse des revenus de la majorité des populations tchadiennes, il devient évident que le salut de ces ménages ne vienne pas d’une architecture conventionnelle, mais plutôt d’une architecture alternative.

Après ces interventions a suivi la signature de la convention de partenariat entre l’ONAT et l’Ambassade de France et la remise des clés du campus France à la présidente de l’ONAT. Une visite du campus France a été la première étape de l’exécution du projet pour sa rénovation. Tout au long de ce partenariat, les professionnels de la construction, les étudiants, les passionnés d’architecture ainsi que tous ceux qui s’intéressent à l’Habitat pourront se retrouver tous les deux semaines, pour débattre lors de rendez-vous dénommé samedi d’architecture.

Ousmane Bello Daoudou

Après l’expiration des 72h donné pour trouver des solutions par le ministère de l’Éducation nationale au problème des lauréats professionnels de l’Éducation, ces derniers reviennent à la charge ce 29 mars. Ils ont campé au rez-de-chaussée du ministère de l’Éducation nationale à Moursal. Il n’est pas question, selon eux, de passer un concours pour pouvoir accéder à la fonction publique. Reportage.   

L’annonce du recrutement à la fonction par voie de concours n’est pas du goût de tous. Les lauréats professionnels de l’éducation rejettent la proposition. Pour les lauréat c’est une injure et de la poudre aux yeux. Nous n’allons jamais accepter cela pour la simple raison qu’on a fourni nos dossiers avec des engagements décennaux, disent-il. Autrement dit, après notre formation, nous serons automatiquement déployés sur le terrain, ont-ils précisé. Un lauréat très remonté sort parmi la foule et lance, « s’il s’agit de passer un concours pour entrer à la fonction publique, il faut commencer par le président du Conseil Militaire de Transition, le Premier ministre, les ministres et les décrétés à titre d’exemple avant de venir sur nous. Le concours dans ce pays on sait comment cela fonctionne. Qu’ils arrêtent de nous endormir ».

Il n’y a qu’une seule mort, trop c’est trop scandent les campeurs.  Nous voulons notre arrêté sinon on ne pas bouger pas du ministère, affirment les lauréats professionnels de l’éducation. Sous le drapeau du ministère de l’Éducation, ils déposent un cercueil qui représente pour eux le système éducatif tchadien tué par les autorités. Ils entourent le cercueil, pleurent, sifflent et quelques-uns déposent des feuilles d’acacia sur le cercueil sous forme de gerbe de fleur. Ils demandent ensuite au ministre de l’Éducation de venir prendre le corps pour enterrer. Au cas contraire, il a intérêt à réanimer ce corps en intégrant à la fonction publique les lauréats. Ces derniers affirment qu’ils ont trop souffert et décident de mourir s’il le faut.

Selon les campeurs, ils ont en face d’eux un gouvernement qui n’a aucune concordance dans ses propos. « Les propos du président du Conseil Militaire de Transition (CMT), du Premier ministre et du ministre de la Fonction publique sur la question de recrutement des lauréats des professionnels de l’éducation sont différents. On ne sait plus quelle version croire. C’est de la navigation à vue et nous sommes fatigués de tout cela », a fait remarquer le président de la plateforme des lauréats Neusilka Emmanuel. Il ajoute que si les autorités pensent qu’il faut avoir d’abord les armes pour être écouté dans ce pays, ils vont prouver le contraire.

Il souligne qu’imposer un concours est une manière pour le gouvernement de trainer les choses, mais ils ne sont pas prêts à céder. Ils qualifient d’égoïstes les syndicalistes qui sont restés insensibles à leur lutte. Sous d’autres cieux, les syndicalistes revendiquent le recrutement des jeunes à la fonction publique comme c’est le cas au Gabon et au Niger. Ils ont obtenu gain de cause. Pourquoi pas ici, s’interrogent-ils. Le ministre de l’Éducation nationale et de la Promotion civique est resté coincé pendant longtemps dans son bureau. Nous avons sollicité d’avoir sa version sur la question, mais son directeur de cabinet nous a fait savoir qu’il n’est pas disponible. 

Kouladoum Mireille Modestine

Pour trouver de solutions et lutter contre la mortalité maternelle, néonatale et infantile, le Ministère de la Santé publique et de la Solidarité nationale organise un dialogue national. Cette rencontre qui a réuni les experts, des ONG, les leaders religieux et traditionnels, mais aussi la société civile de toutes les provinces du pays pour débattre sur cette épineuse question. Ce serait l’occasion aussi de dégager des pistes de solutions pour faire basculer ce taux de mortalité trop élevé dans notre pays. Reportage.

La naissance d’un enfant devrait constituer un moment de bonheur. Mais le plus souvent, au Tchad, ce n’est pas toujours le cas pour beaucoup de familles. Or, il n’y a pas de raison pour qu’une femme qui donne la vie perde la sienne pour des complications obstétricales et autres causes. Ni que les enfants soient exposés à un risque de mortalité sur lequel l’on peut agir.

Pour la directrice générale adjointe des ressources, des infrastructures et de l’équipement au Ministère de la Santé publique et de la Solidarité nationale, Mme Ronel Grâce, il n’y a pas un décès qui fait plus mal quand une femme meurt en couche. Selon elle, cette rencontre de 5 jours va permettre de trouver des résolutions pour réduire la mortalité maternelle, néonatale et infantile. Parlant du taux trop élevé au Tchad, elle affirme qu’il y a plusieurs facteurs qui constituent la cause.

D’abord, il y a la cause liée aux 3 retards dus à une prise de décision pour amener une femme enceinte à l’hôpital, les retards liés aux moyens de transport, c’est-à-dire quand une femme est en travail, pour l’amener à l’hôpital, les gens mettent trop de temps pour prendre la décision. Et enfin le 3e retard, c’est à l’hôpital, selon elle, la prise en charge pose problème. La directrice souligne que tous ces retards contribuent au décès de la femme. Mme Ronel Grâce suggère qu’on combatte d’abord ces trois retards et les autres facteurs liés aux hémorragies. Elle estime que ce dialogue va permettre d’identifier les principales causes qui contribuent à la mortalité maternelle, néonatale et infantile. Au sujet de la difficulté d’accéder dans les zones plus reculées en saisons pluvieuses, elle ajoute que le Ministère est en train de faire de plaidoyer pour que le personnel soignant soit motivé, en augmentant leurs primes.

Selon M. Mohamed Touré, chef de projet santé à Expertise France pour le Tchad, les travaux sur la mortalité maternelle sont intéressants, ça arrive à point nommé parce que c’est une problématique qui est réelle et pour laquelle il faut apporter de solutions. M. Touré met plutôt l’accent sur le problème des ressources humaines. Selon lui, les ressources humaines constituent un maillon important dans la prise en charge de la mère et de l’enfant et de la réduction de la mortalité. À propos de sages-femmes, il affirme que si le pays enregistre un taux trop élevé de mortalité, parce qu’il n’y a pas assez de sages-femmes disponibles dans les centres de santé, et ensuite le problème de la formation des sages-femmes. « Une sage-femme bien formée, c’est 30 ans d’exercice de la profession des sages-femmes au cours desquels elle peut accoucher des femmes dans de bonnes conditions et peut naître des enfants dans de bonnes conditions. Par contre une sage-femme mal formée, c’est pendant 30 ans qu’on tue des femmes pendant qu’elles doivent donner la vie », explique Mohamed Touré. Il souhaite qu’on mise sur la formation pour avoir des produits, c’est-à-dire des sages-femmes et les maïeuticiens de qualité.

Dr Clémence Epokno, pédiatre néonatologiste, vient du Cameroun pour assister au dialogue sur la mortalité. Elle exprime sa satisfaction de ce qu’on a invité à ce dialogue les chefs traditionnels. Selon elle, les chefs traditionnels disent ce qui se passe réellement dans les zones rurales, les problèmes que les femmes et les enfants ont dans la communauté. Elle estime que la rencontre permettra au gouvernement et ses partenaires de trouver ensemble des solutions qui tiennent compte de la réalité.

Pour Géneviève Ehono, chargée de programme à l’ONUSIDA, ce dialogue met le doigt sur un problème crucial qui a trait à la mortalité de la mère et de l’enfant et du nouveau-né. Selon elle, le Tchad reste l’un des pays où les indicateurs sont très bas et que le pays est mal vu sur le plan statistique mondial. La chargée de programme de l’ONUSIDA estime que c’est une opportunité de donner la parole à tout le monde. Elle souligne que les débats sont ouverts et transparents, et toutes les personnes qui prennent la parole disent ce qui se passe réellement. « Cela va permettre aux décideurs de voir sur quel levier il faut mettre le doigt pour pouvoir améliorer la condition de la femme et de l’enfant. », dit-elle. Dr Géneviève révèle qu’au Tchad, chaque jour 19 femmes meurent en couche, sans compter les nouveau-nés qui meurent et qu’on n’arrive pas à chiffrer. Elle ajoute que c’est énorme et qu’il faut déclarer une urgence au Tchad. La chargée de programme explique les raisons sont à plusieurs niveaux. D’abord le poids de la tradition, la femme ne décide pas, la communauté et puis le mariage précoce. Elle cite aussi le système d’accès aux soins de santé qui sont loin et les structures de santé ne sont pas bien équipées et le manque des ressources humaines de qualité.

Jules Doukoundjé

Une formation à l’initiative du Centre de Formation et de Perfectionnement (CFP) de la Direction générale des Impôts, ce 28 mars 2022. Ialtchad a rencontré les formateurs et les participants ce 29 mars pour approfondir les enjeux de cette formation. Reportage.

Trente et cinq (35) agents d’Impôts, gestion des bureaux suivent depuis hier une formation sur le thème : « contrôle fiscal : contrôle sur pièces, contrôle ponctuel et vérification générale (de la comptabilité des sociétés). » Déjà ce matin 29 mars, deuxième jour de formation, les participants apprécient le niveau des encadreurs. Ils admettent que certaines zones d’ombre de leur métier se dissipent. 

Pour M. Derrom Mbaïadoum, Inspecteur des Impôts et Chef de centre de Formation et de Perfectionnement (CFP) de la Direction générale des Impôts (DGI), cette formation sur le contrôle fiscal vise trois catégories. La formation se fera en trois vagues. Elle dure une semaine. Pour l’instant, dit-il, c’est le volet contrôle sur pièces. La première vague de formation d’après lui ne vise que les gestionnaires des bureaux. Car ce sont eux qui reçoivent les dossiers de contribuables, a-t-il précisé. « L’objectif de cette formation c’est de permettre aux bénéficiaires de confronter les déclarations des contribuables et les bilans qu’ils déposent. Les gestionnaires seront aussi à mesure de ressortir les chiffres réels et trouver ce qu’il fallait. Ils pourront ensuite, prouver les redressements à faire et recouvrer l’argent à mettre dans la caisse du trésor national », a répondu le chef du CFP-DGI.

M. Derrom Mbaïadoum évoque qu’il va falloir outiller leurs agents pour bien faire le travail de manière professionnelle. Il ajoute qu’un autre enjeu de cette formation est le respect des procédures légales. À son avis, chaque contrôle obéit à des procédures spécifiques. L’inspecteur affirme qu’il faut éviter l’amalgame dans les différents contrôles fiscaux. « Si c’est un contrôle de pièces, il y a la limitation de procédure qui définit clairement comment il doit s’opérer. Donc tout est spécifique et clairement défini », assure-t-il.

M. Derrom Mbaïadoum remarque que dans le passé leurs agents font un peu de chevauchement. Il précise que suivant leur organisation interne, de recyclages périodiques sont programmés en faveur de leurs agents. « Chaque année, la Direction générale des Impôts(DGI), reçoit des agents qu’elle déploie partout pour le travail ». Certains, dit-il, ont la théorie sans la pratique, d’autres ne sont pas du domaine. Seuls les recyclages permettent de concilier la théorie et la pratique. Le chef du CFP-DGI exprime ses soucis en tant que responsables, c’est bien faire son travail en respectant la déontologie. « Un travail mal fait est un manque à gagner pour l’État. Mêmes les contribuables en tant que partenaires seront frustrés. Nous travaillons d’une manière très structurée avec eux. Il faut alors éviter de tels désagréments de relation partenariale », dit l’inspecteur.

Former les inspecteurs d’Impôts à l’échelle nationale

Pour M. Doguiné Yondé, formateur et ancien DGI, la formation se passe bien. La salle est enthousiaste et les participants sont réceptifs et curieux. Ce qu’il faut signaler ce que les formateurs sont des anciens responsables de la DGI. Le formateur assure que la DGI leur a fait confiance et ils croient satisfaire les attentes de cette formation. « Je vous avoue qu’on a assez de compétences au Tchad. Je vous informe qu’on voudrait créer une école qui forme les inspecteurs des Impôts sur place. On a même formé une première vague d’une trentaine d’agents qui est opérationnelle. Un bon produit fini avec la collaboration de l’Union Européenne », soutient-il.  L’ancien DGI affirme qu’ils devraient avoir deux vagues de trente (30) donc soixante (60) inspecteurs d’impôts formés par les cadres nationaux. Malheureusement dit-il qu’un souci de financement s’était posé pour la deuxième vague de 30 inspecteurs à former. « Ne perdons pas de vue, à l’extérieur on nous forme par rapport à la fiscale étrangère. Arrivée au pays, il faut vous faut modeler par rapport à notre législation fiscale ».  Pour compléter son collègue, M. Ousmane Abakar un autre formateur lui aussi ancien DGI maintenant Conseiller, indique que les 30 inspecteurs d’impôts qui ont été formés dans la première vague par les nationaux sont reconnus par la Fonction publique tchadienne. « Ils sont devenus actuellement des chefs de division et font normalement leur travail. Ce qui prouve que le Tchad est capable et dispose des compétences pour former ses ressources humaines », conclut-il.

Moyalbaye Nadjasna

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse