dimanche 2 octobre 2022

Reportage

Reportage (1070)

Les chrétiens du monde commémorent bientôt la Pâque. Au Tchad, la pâque est moins célébrée par les églises protestantes. Par contre, les chrétiens catholiques ont toujours respecté cette importante fête qui marque la crucifixion et la résurrection de Jésus-Christ. Après 40 jours de carême, un Vendredi saint est observé le 02 avril, avant la célébration dimanche prochain de la pâque. Reportage.

Selon Abbé Achille Djimwoï Teldjim, Curé de la Paroisse Notre-Dame-de-la-Paix, le Vendredi saint marque le jour de la mort du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ pour les chrétiens qu’ils soient catholiques ou protestants. « Vendredi saint fait partie du triduum pascal, les trois jours qui précèdent le jour de la pâque. Le Vendredi saint, prépare l’avènement de la résurrection de notre Seigneur Jésus-Christ,», dit le Curé. À l’église, dit-il, ils sont appelés à jeûner parce que c’est un jour où ils ont perdu une personne qui leur est chère, le Christ. Pour mon père Achille Djimwoï Teldjim, en cette occasion, tout ce qui touche à la douleur de l’humanité au Seigneur. Car rajoute-t-il, c’est à travers la mort du Christ que jaillit la joie et la victoire sur la mort. « Les activités qui constituent le Vendredi saint sont entre autres : le jeûne et la prière, le chemin de la croix, et la vénération de la croix. Étant donné que c’est sur cette croix que le Seigneur a rendu l’âme, cet élément important qui a porté le Seigneur», précise Abbé Achille. D’après lui, dans l’Église romaine, la messe est célébrée qu’au jour où le Seigneur est sorti vivant du tombeau. 

Concernant la pâque, le Curé de la Paroisse Notre Dame de la Paix affirme que c’est une fête juive à l’origine. Cependant, la résurrection du Seigneur lui a donné un autre sens, lance-t-il. « Avec l’événement de la résurrection, la pâque devient la victoire sur la mort. Car de la résurrection, renaît une vie rayonnante et triomphante sur le mal », a expliqué père Abbé Achille Djimwoï Teldjim. Il ajoute que la pâque est un évènement fondateur. Autrefois, selon le religieux, la pâque commémorait la sortie des israélites de l’esclave en Égypte vers la terre promise Canaan.

« Les protestants ont besoin d’un enseignement… »

Selon le révérend pasteur Batein Kaligué, SG de l’Entente des Églises missionnaires et évangéliques au Tchad (EEMET), les chrétiens protestants font la pâque, mais à leur manière de façon très timide. « Ils ne suivent pas les pas du Seigneur pendant 40 jours et la dernière semaine difficile que le Seigneur a traversée. On le lit dans la Bible, mais on ne l’exprime pas ouvertement comme le font les frères catholiques », dit-il. Pour lui, les catholiques célèbrent très bien la pâque et respectent textuellement ce que la bible dit. « Je crois que nous avons besoin de faire un enseignement fort sur cette question afin d’amener les églises protestantes à comprendre la pâque. C’est une façon de matérialiser et d’actualiser les souffrances du Christ en marchant sur ses traces », confie Rev. Batein Kaligué.   Pour le SG de l’EEMET, la genèse de la pâque remonte dans l’Ancien Testament précisément du livre d’Exode écrit par le prophète Moise.

Dieu a parlé à Moise à travers un buisson ardant de repartir en Égypte dire à Pharaon de libérer son peuple qu’il tient en esclavage, dit le Rev. Batein Kaligué. « Dieu frappe l’Égypte par 10 plaies, dont la dernière, concerne l’extermination des premiers nés d’animaux et humains. Dieu, à cette occasion a recommandé à Moise que ménage Israélien immole un agneau sans défaut et d’en asperger le sang sur les linteaux de leurs portes afin d’être épargné de l’Ange destructeur. Les israélites doivent préparer les viandes et en manger tout en ceignant la ceinture et chaussure aux pieds. Un signe annonçant leur départ d’Égypte », explique le Rev. Tel a été la genèse de la pâque dans l’Ancien Testament, dit-il.  Selon lui, Jésus est aussi appelé l’Agneau pascal, c’est-à-dire l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde. « Le mot pâque signe passer au travers, c’est-à-dire au-dessus.  Alors aujourd’hui, Christ est mort pour nous délivre de l’esclavage du péché. Donc paque signifie également délivrance du péché ».

Pâque vient de l’hébreu pessa’h, le passage devenu pascha en latin célèbre la fuite d’Égypte et le passage de la Mer Rouge. Au 16e siècle, Pâques s’écrit au pluriel par les chrétiens pour se distinguer de la fête juive afin d’évoquer à la fois, la passion, la crucifixion et la résurrection de Jésus-Christ mort à la veille du Sabbat. Pâques était aussi, selon les historiens, une fête païenne qui célèbre le printemps, le retour de la lumière après les longs et tristes mois d’hiver. Dans l’antiquité, plusieurs légendes illustrent cette joie par le retour sur terre et le réveil d’une déesse ou d’un dieu.

Moyalbaye Nadjasna

La Société nationale d’Électricité tchadienne (SNE) renoue les délestages intempestifs de l’électricité en période de chaleur. Depuis quelques jours, les N’Djamenois sont en colère. Ils sont nombreux à dénoncer « la mauvaise pratique habituelle de la SNE », disent-ils. Reportage.

« C’est la misère. Dans ce pays, l’énergie qui est une nécessité vitale est un luxe. Je suis désolé, la SNE joue la comédie. Elle donne le courant tard la nuit pour reprendre au petit matin. Une telle pratique n’est possible qu’au Tchad », dit, Jérôme Togyangar Gustave. En colère, il rajoute qu’après des décennies, les gouvernants sont incapables de résoudre le problème de l’énergie. C’est dommage.

Dans les quartiers nord comme sud de la capitale, N’Djamena, les ménages, les petites et moyennes entreprises et les petits commerçants se plaignent des coupures de la SNE. Dans un atelier de soudure non loin de l’avenue Charles de Gaulles, les employés et patron racontent, « vous le remarquer, même maintenant nous n’avons pas d’électricité. Lorsqu’on l’a, il faut attendre 72 heures après. Et le ravoir pour 2 à 3 heures. L’entreprise tourne à perte. » Comment ? Vous tournez à perte ? Ils répondent, « nous démarrons notre groupe électrogène qui consomme assez de carburant. Tous nos bénéfices sont engloutis dans l’achat de carburant. Les clients font pression pour avoir leurs produits. Ils sont rois donc il faut les satisfaire. »

Lui, Opportun Nadjasbé, résident au quartier Ridina. Il rappelle que le Président Deby Itno avait durant le 1er confinement dit que le gouvernement a injecté des milliards à la SNE. De quoi cette société se plaint-elle ? Pourquoi priver ainsi la population d’électricité au moment où elle en a plus besoin, s’interroge-t-il.  « Nous sommes fatigués de la SNE. Ceux qui la gèrent et nous font souffrir ne sont mêmes pas inquiétés, qu’est-ce que vous voulez M. le journaliste », dit-il résigné.

Diversifier l’énergie, rendre chaque localité indépendante

Selon Mahamat Saleh Issa, ingénieur spécialiste en production énergétique, les efforts du gouvernement dans ce domaine sont à saluer. Mais nous avançons dit-il, vers l’émergence. Il nous faut une permanence énergétique, « ce qui va amener les industries, les zones agroalimentaires et autres à « booster » notre développement ». Le jeune ingénieur explique et affirme qu’il est possible que le gouvernement rende l’énergie opérationnelle en trois temps. Par exemple explique-t-il, actuellement nous sommes en période de novembre-décembre-janvier-février, c’est l’hiver. Et les groupes électrogènes ne fournissent pas assez de températures donc ne se chauffent pas. « L’air ambiant et celui des moteurs sont favorables et peuvent déjà contrôler le groupe électrogène qui peut avoir en tout temps la production. En mars-avril-mai, c’est la chaleur. L’air ambiant et celui du moteur sont chauds. Il y a problème et le rendement du générateur est très faible, source de délestage intensif », dit Mahamat Saleh Issa.  D’après lui, le gouvernement devrait corriger ce mécanisme en basculant vers l’énergie photovoltaïque en période de forte chaleur.

Le spécialiste en production énergétique conseille vivement la diversification de l’énergie. C’est-à-dire, rendre chaque localité indépendante, dit-il. « Si nous voyons bien, la plupart de certaines localités au Tchad dépendent des sources d’énergie de N’Djamena. La centrale produit à partir de Ndjamena et envoie », explique l’ingénieur. Pour lui, même si on a des centrales à Moundou, Abéché, Sarh cela ne couvre pas la totalité des besoins de ces localités. Avec l’énergie renouvelable, on peut implanter des centrales photovoltaïques dans presque toutes les provinces et résoudre ainsi cette épineuse question d’énergie, affirme-t-il.

Moyalbaye Nadjasna

Aziz Adoum est un enfant de 10 ans. Il est victime des sévices corporels infligés par son père. La scène s’est déroulée durant 72 heures du vendredi 19 au dimanche 21 mars à N’Djamena, capitale du Tchad. Traumatisé par ses sévices, l’enfant a profité d’un moment d’inattention pour s’évader de chez son papa tard dans la nuit. Il est conduit par un bon samaritain chez une de ses parentes maternelles. Sa mère témoigne.

Des plaies, des enflures au dos et sur la tête sont les sévices subis par Aziz, un petit garçon de 10 ans, indique sa mère sous couvert de l’anonymat. Une torture infligée par son père, un homme habitant à N’Djamena, a-t-elle précisé. Selon elle, cette pratique dégradante s’est déroulée pendant 72 heures : « L’enfant aurait été faussement accusé par sa demi-sœur d’avoir volé sa carte mémoire dans sa voiture. Voilà la cause de la maltraitance de mon fils », dit-elle. Elle rajoute que cette dernière a frappé l’enfant, mais cela n’a pas suffi. Elle informe son père. Le papa sans vérifier la véracité des faits, frappe à son tour le petit garçon, affirme la mère d’Aziz. Elle poursuit son témoignage en affirmant que tard dans la nuit, alors que l’enfant dormait, le père est revenu pour tenter de l’étrangler, l’a battu à coups de chicottes et l’a mordu au dos.

Le Samedi 20 Mars, le supplice continue mais dans la journée seulement.

Dimanche 21 mars. L’enfant entend sa grande sœur confier à quelqu’un qu’elle aurait retrouvé la carte mémoire dans la même voiture, « lorsque ses informations nous ont été rapportées, la tante maternelle a appelé le père pour lui dire, qu’il n’est pas interdit de corriger un enfant. Mais le torturer, le mordre et l’étrangler c’est cruel ».

Selon la mère d’Aziz, le père tout furieux que l’enfant l’ai dénoncé et a informé son entourage avoir subi des sévices corporels, il recommence de plus belle et cette fois, en utilisant la manche de son pistolet pour frapper l’enfant. A minuit, l’enfant s’est enfui. « Dieu merci, il est tombé sur un bon samaritain qui l’a conduit chez sa tante. Pas content de la fuite de l’enfant, le papa appelle la tante et lui dit : il s’est enfui après que je l’ai corrigé encore et aller le chercher car je ne serais pas responsable de ce qui pourrais lui arriver », dit-elle.

Fâchée, la mère d’Aziz raconte « j’étais choquée en tant que mère. Un père qui va jusqu’à mordre son enfant, c’est plus que la haine. Mon enfant est victime de la folie de son papa. On s’est séparé il y a plus de 8 ans, il n’a jamais accepté cette séparation. Maintenant il se venge en maltraitant mes enfants ». Pour elle, le monsieur a demandé la garde des enfants, lorsque cette dernière s’est remarié et a obtenu la garde de ses enfants seulement en 2019. Et en moins de 2 ans, il les maltraite. Elle soutient que son garçon est certes turbulent, mais la correction infligée par son père à cause d’une carte mémoire est disproportionnée. Elle dit être effarée qu’un père puisse faire une telle chose à son enfant. D’après elle, ce monsieur déverse la haine qu’il a envers elle sur son fils.  « J’ai deux enfants avec ce monsieur. J’ai peur pour leur avenir. Je veux que justice soit faite. Les enfants ont des droits. On ne peut pas les torturer comme ça. Je suis une mère et je ne peux pas me taire et accepter une chose pareille ». Elle rajoute que les enfants sont des imitateurs. Elle a peur que ses deux fils ne copient négativement leur père pour le reproduire, adultes, dans leur propre famille.

C’est dommage déplore-t-elle, c’est un homme qui est censé éduquer, informer et de sensibiliser les citoyens sur de tels actes. Il est en déphasage, « mon enfant vit présentement avec nous. Il est en sécurité mais traumatisé ».

Affaire à suivre….

Moyalbaye Nadjasna

Le président du parti les Transformateurs, Dr Succès Masra a rencontré la presse, hier 17 mars dans son QG sis à Abena. Cette conférence de presse fait suite à sa rencontre la veille avec le président Idriss Deby Itno au Palais présidentiel. Cette rencontre a soulevé un tollé sur les réseaux sociaux tchadiens. Reportage.

Il est 10 h passé lorsque le président des Transformateurs commence sa conférence de presse en entonnant « ta liberté naîtra de ton courage » un ver de l’hymne national tchadienne. Ses militants reprennent en chœur la phrase. C’est la plus belle phrase du monde et s’applique dans tous les domaines, précise-t-il. Nous ne négocierons pas, le samedi prochain nous allons marcher, lance Dr Succès Masra. Pour illustrer leur lutte, Masra raconte l’histoire de prophète Moise, en mission en Égypte pour libérer les enfants d’Israël en esclavage. Selon lui, il a eu plusieurs dialogues avec Pharaon en lui infligeant des plaies. Cela est impossible jusqu’à ce que cela soit fait, dit Nelson Mandela, rajoute Masra.

Selon Dr Succès Masra, l’objectif de la rencontre avec le président Idriss Deby a consisté à parler de la transition et de l’alternance. « Pour être transparence, nous avons publié sur notre page Facebook l’information. Pour moi c’est de l’humilité, mais aussi de la grandeur. Le président Deby Itno a dit qu’il est un humain, qu’il peut mourir à n’importe quel moment. Bref, qu’il n’est pas éternel. Pour lui, la discussion a commencé par un constat et le président Deby a avoué qu’il suit régulièrement les Transformateurs sur les réseaux sociaux. « Je lui ai répondu que les transformateurs le suivent aussi littéralement. »

D’après le président des Transformateurs, le Tchad a des problèmes et eux (les transformateurs) de « solutionneurs ». « Nous sommes allés avec une bonne foi pour écouter. Il a juré la main sur le cœur dont il n’a jamais reçu les correspondances qu’on lui a envoyées. Nous lui avons cité les noms des membres de gouvernement qui ont reçu la correspondance avec décharges, explique-t-il.

2h d’horloge entre Deby Itno et Masra pour se parler. Pour M. Masra, jamais au Tchad on a combattu un parti pour sa reconnaissance comme c’est fut le cas des Transformateurs, dit-il. « Nous avons dit au président qu’il est le garant de la loi et séance tenante il a dit devant nous tous que les Transformateurs sont un parti totalement légal et personne ne doit nous emmerder ». Il déclare que son rôle en tant que président des Transformateurs est d’inscrire le parti dans la durée. « Nous ne sommes pas naïfs, il faut croire aussi qu’il le dit avec bonne foi ». Dr Succès affirme que les transformateurs ont insisté sur le dialogue national, la réconciliation, la protection de l’avenir de tous les Tchadiens y compris les anciens présidents, etc.

Le chef des transformateurs a souligné avoir demandé au président de surseoir à la campagne et reporté les élections. Il rajoute avoir demander de dialoguer, de définir un nouveau calendrier avec des nouvelles institutions pour créer des conditions ou tout le monde peut conquérir aux élections.

Libérer les militants

Dr Yombatinan Sitack Beni, Vice-président, c’était rendu à Krim-krim et Donia dans le Logone occidentale pour s’enquérir de l’arrestation de certains de leurs militants.  Le leader a demandé que les jeunes de Moundou arbitrairement gardés en prison. Pour le président des Transformateurs, le droit de marcher c’est le premier droit après le droit de ramper.

 Aux questions des journalistes, pourquoi n’avez-vous pas proposé un autre candidat plus âgé pour vous remplacer? Le poste de vice-président ne vous a-t-il pas été proposé? Pourquoi vous n’avez pas annoncé publiquement votre invitation par Deby? En résumé, le président des Transformateurs clame la discrétion. À l’en croire, même s’il devient président il ne dirait pas certaines choses. Même pas à son épouse. Et si elle est mécontente, elle peut être libre de le quitter. En conclusion, il affirme être allé dire au président Deby Itno que le temps de l’alternance est arrivé.

Moyalbaye Nadjasna

La plateforme syndicale revendicative a convoqué une réunion avec la base, vendredi 12 mars à la Bourse de Travail. Objectif : faire le point sur leur rencontre du jeudi, 11 mars avec le gouvernement. Reportage.

Bourse du Travail non loin de marché à mil, ce matin 12 mars. Il est 11 heures passées de quelques minutes. La cour du Quartier Général des travailleurs du Tchad grouille de monde. La base syndicale veut prendre connaissance des propositions du gouvernement. Barka Michel, porte-parole de la plateforme syndicale revendicative affirme que le gouvernement a reculé. Il propose dit-il, de payer un 1/12ème du montant total du titre de transport communément appelé le 13ème mois en avril au lieu de mai. « Nous sommes revenus à la base. Les camarades sont venus nombreux et nous avons échangé sur la question. Ce n’était pas du tout facile, le débat était âpre ». D’après M. le syndicaliste, après des discussions houleuses, les syndicalistes sont parvenus à ce consensus : les travailleurs exigent que le paiement s’effectue d’ici à la fin mars au lieu d’avril si le gouvernement est de bonne volonté. Sinon, la grève se poursuit. Au huitième jour, la plateforme va se retrouver pour une évaluation et voir ce qu’il y a lieu de faire, dit le porte-parole.  « La plateforme est chargée de renvoyer cette proposition vers le gouvernement », précise-t-il.

Selon Ngartoidé Blaise, Secrétaire National du Syndicat des Enseignants du Tchad (SET) la médiation des religieux a échoué malgré les 23 jours francs accordés par la plateforme. Pour lui, les deux rencontres qui ont eu lieu avec le gouvernement et la plateforme n’a rien donné. « Cela veut dire que les religieux eux-mêmes sont arrivés à la limite de leur négociation », affirme-t-il. Il rajoute que le gouvernement veut que la plateforme signe un pacte social sans aucune garantie. « Si les enfants restent à la maison, c'est la faute du gouvernement et non des syndicats ».

« La paix exige le dialogue et la patience »

Contrairement aux syndicalistes, les religieux ne parlent pas d'échec de leur médiation. Selon Cheick Abdadayim Abdoulaye Ousmane, SG du Conseil Supérieur des Affaires islamiques du Tchad (CSAI), les négociations sont avancées. Il n’est pas un échec. « Nous voulons que gouvernement et syndicats sortent satisfaits », précise-t-il.

Pour le Pasteur Batein Kaligue, Secrétaire général de l'Entente des Églises Missionnaires et Évangéliques au Tchad (EEMET), une étape est passée, une autre viendra. « Le dialogue est un processus. Nous n’avons pas démissionné de cette médiation même si la plateforme n’est pas satisfaite et veut relancer la grève », argumente-t-il. Nous croyons, dit-il, qu’un jour nous arriverons à mettre fin à toutes ces grèves. « Nous confions ce processus à Dieu qui a le dernier mot. Le gouvernement et ses partenaires sociaux sont tous des fidèles. Les religieux sont des partisans de la paix, de dialogue et non la violence ».

Pour lui, s'opposer au dialogue ne serait pas un comportement sage. Il se dit déçu d'écouter les gens les taxer déjà d’être progouvernementaux. D’autres disent que les religieux viennent à la Présidence pour sortir avec des enveloppes. C'est déplorable de dire de pareilles choses. « On n’a pas désarmé. On n’a pas non plus plié bagages. Nous sommes toujours en train de négocier ».

Moyalbaye Nadjasna

Les établissements publics d’enseignement sont en grève depuis 24h suite au mot d’ordre de sous-section de la plateforme revendicative des enseignants de la province de N’Djamena. Reportage

Il est 10h. Les cours des établissements publics sont presque vides. Il y a des moutons, chèvres, et quelques élèves traînent encore dans la cour. Motif : les enseignants sont en grève. Aux Lycées de Walia, Félix Eboué, le constat est le même. Mais, ce n’est pas le cas du Lycée la Liberté dans le 5e arrondissement où il y a eu quelques échauffourées entre les élèves et les forces de l’ordre.

A l’entrée de ce Lycée, les véhicules du Groupement militaire d’intervention police (GMIP) sont visibles. Un enseignant de la 6e est assis un bâtiment, corrige les copies. Il explique sous le sceau de l’anonymat, « on était surpris lorsque les forces de l’ordre sont montées à l’assaut de l’établissement. Le problème ne vient pas des élèves ».

Selon lui, le mot d’ordre de la grève vient des syndicats, mentionne l’enseignant. Il répète que cette grève ne concerne pas les élèves. « Quand les élèves étaient venus ce matin, on les a libérés. Ce sont les policiers qui ont attaqué nos élèves », dit-il. Toujours selon l’enseignant, cette manifestation ne vient pas des élèves, mais cel vient plutôt d’une bande inconnue. « C’est une manifestation est venue de dehors. Et comme le Lycée est en face du marché, les élèves qui étaient hors de l’établissement fuyaient pour regagner la cour intérieure. Les policiers ont profité pour jeter du gaz lacrymogène. C’est malsain, » déplore l’enseignant.

Un homme voisin de l’établissement qui a assisté à l’affrontement affirme, « cela est lamentable et regrettable que jusqu’à nos jours, les policiers continuent à tirer de lacrymogène sur les élèves et les paisibles citoyens ». Pour lui, les élèves rentraient, les policiers les ont repérés. Ensuite, ils ont commencé à tirer de gaz lacrymogène.

Dans une salle, un élève de la terminale D, seul, avec un livre de mathématique en main, nous reçoit.  « Tout est allé très vite. Cela à engendrer des désordres, » dit-il. Pour lui, les cours ont à peine repris. Et la grève reprend « le gouvernement ne se soucie pas de l’avenir de l’école tchadienne. Les policiers sont venus nous chasser dans notre cour de l’école à coup de gaz lacrymogène. »

Selon des sources sécuritaires, 3 véhicules des forces de l’ordre sont cabossés par les manifestants. Il n’y a pas eu, semble-t-il, des arrestations.

Djilel-tong Djimrangué  

Au Tchad, la tomate est produite en abondance, mais elle est une denrée périssable. La plupart des producteurs et les grossistes jettent les invendus qui risquent de pourrir entre leurs mains. N’existe-t-il pas des techniques de conservation ? Reportage

La tomate est produite dans plusieurs zones du pays. Le Tchad ne dispose qu’une seule usine de transformation de fruit à Doba. Elle est fermée depuis plusieurs années. La plupart des producteurs des tomates après un dur labeur voient pourrir leurs produits. Selon Moustapha Djibrine, tout le monde est perdant : producteurs, grossistes et même les consommateurs. « Vous voyez, ils sont dans des caisses, sinon pendant le transport tous vont pourrir. On dit qu’une tomate pourrie pourrit toutes les autres. Malgré cela, c’est difficile. On finit toujours par en jeter », déplore-t-il.

Pour Mahamat Abdelkrim Ahmadaye, technicien à Direction de la Nutrition et de la Technologie Alimentaire (DNTA), il est possible de conserver les produits agroalimentaires comme la tomate. D’abord, c’est un problème de volonté, le vouloir c’est déjà le pouvoir, dit-il. Pour lui, la tomate fait partie des fruits qu’on peut conserver d’une manière élémentaire sans avoir besoin de connaissances techniques agro-industrielles très approfondies Il propose aux producteurs trois techniques de conservation artisanale et ancestrale de la tomate. Il faut d’abord pellée la tomate.

La première technique consiste à sélectionner les tomates mûres, les laver, les chauffer, laisser refroidir et les éplucher. Les pétrir puis les passer à la stérilisation à un degré souhaité, le laisser refroidir, embouteiller et étiqueter.

La deuxième technique explique-t-il, c’est la conservation sèche. « On sèche la tomate après avoir découpé en tranche », dit le technicien.

Travailler en amont

« En période de pic, de forte production, il faut un travail en amont. Il faut former les producteurs. Quel type de tomate produire ? Parce qu’il y a plusieurs variétés », déclare Mahamat Abdelkrim Ahmadaye. Pour lui, l’agriculture n’est pas un métier de pauvre. Selon lui, au Soudan, au Nigeria et aux États-Unis, c’est de grosses fortunes qui investissent dans l’agriculture. « Lorsque le Président de la République demande aux Tchadiens de s’investir dans l’agriculture, le message n’est pas agressé au petit paysan sans moyens au fond du village qui vit avec moins d’un dollar par jour ». Il rajoute « je demande aux opérateurs économiques d’aimer la terre, la main d’œuvre est là. Ce sont des milliers d’emplois pour les jeunes. Et nous, en tant que nutritionnistes et technologues nous feront le suivi », dit-il. M. Mahamat Abdelkrim Ahmadaye demande à la population et aux producteurs de venir vers eux, les techniciens pour recueillir de conseils. Au lieu de jeter les tomates invendues, « nous allons leur proposer des solutions ».

Le technicien de la DNTA affirme que la DNTA est un service public. Il est ouvert à la population. Il indique que la direction dispose des ressources humaines compétentes pour former les producteurs.

Il interpelle les autorités et les partenaires techniques et financiers de se rapprocher de la DNTA pour voir ensemble les faisabilités de vulgarisation de plusieurs techniques au plus grand nombre.

Moyalbaye Nadjasna

Depuis une semaine les femmes tchadiennes réalisaient des activités diverses relatives à la SENAFET. Ce lundi, 8 mars les femmes de différentes corporations sont sorties à la place de la nation pour commémorer la journée internationale de la femme (JIF). Reportage.

Difficile d'avancer et pénible pour elles de supporter la chaleur accablante de ce matin du 8 mars à la place de la nation. Elles sont venues de différentes composantes sociales, des ministères, des compagnies de téléphones mobiles. Banderole et pancartes en mains, elles sont belles dans leurs uniformes bigarrés. Des policières sur des motos font de parades impeccables. L'ambiance est festive. Le public curieux était témoin oculaire.

Mme Falmata Danembaye, la cinquantaine est chef de service Apprentissage du Fonds national d'appui à la formation professionnelle (FONAP). Selon elle, la SÉNAFET/JIF a marqué les souvenirs des souffrances des femmes. « Au début nous l’avons résumée à l'habillement, mais au fil du temps, nous découvrons que c’est une lutte », dit Falmata. Pour elle cette célébration porte ses fruits depuis quelques années. Elle estime que la femme autrefois marginalisée est plus consciente et doit continuer la lutte pour faire sa place dans la société. « Nous remercions les autorités qui nous soutiennent dans cette dynamique qui nous permet de libérer la parole », affirme-t-elle joyeusement.

Falmata soutient qu'aujourd'hui, les femmes sont responsabilisées dans presque toutes les institutions publiques comme privées. Elles jouissent des mêmes droits et devoirs que les hommes.

Autre son de cloche. Pour Denemadji Joséphine, 28 ans, c’est le contraire. Pour elle la SÉNAFET /JIF, ne représente rien pour elle. Elle affirme n’être qu’une pauvre petite dame qui cherche à manger à ses enfants. « Je vois une foule nombreuse alors je fonce pour vendre mes boulettes. Je profite pour faire des bonnes affaires. Je le fais pour nourrir la maisonnée. C'est la fête des femmes qui travaillent. Et non pour les pauvres femmes comme moi ».

La journée internationale de la femme (JIF), pointe cette année le leadership féminin. Un défi institutionnel, mais aussi social. Les sociétés se doivent être justes et équitables sur les questions de genre.

Moyalbaye Nadjasna

Assyongar Masra Succès, président du parti Les Transformateurs a déposé sa candidature à la présidentielle d’avril 2021. Et ce, en dépit de son âge. Reportage.

Il l’a annoncé le 6 novembre 2020 dernier. Le président du parti Les Transformateurs, Dr Assyongar Masra Succès a officiellement déposé sa candidature, le jeudi 25 février, à la Cour suprême à l’élection présidentielle d’avril prochain. Il est le 4e candidat à faire acte de candidature.

Pour cela, il a donné rendez-vous ce jeudi à 9h 30 mn à ses militants à la Cour suprême, lieu de dépôt des candidatures. C’est finalement à 10h09mn que le leader des Transformateurs s’est présenté. Vêtu en bleu, un cache-nez aux couleurs du tricolore tchadien, le candidat Masra Succès était accompagné par les membres du Bureau Exécutif de son parti et une dizaine de militants. L’artiste Raïs Kim était présent.

Dans la salle d’audience où siège la commission de réception des candidatures, Succès Masra est reçu par les membres de cette commission. À huis clos, le dépôt s’est fait. À 10h29mn, celui qui a fait acte de candidature officielle, en dépit de la clause d’âge qui l’exclut, est ressorti tout souriant.

Dans sa déclaration à la presse, faite sur l’estrade de la Cour suprême, Dr Masra Succès explique que sa candidature est motivée par l’inclusion. « Nous sommes ici au nom de l’inclusion électorale. Ça veut dire que tous ceux qui veulent être candidats ont le droit de l’être. Sinon ce sera de l’apartheid électoral », dit-il. Pour lui, les trois conditions pour que l’élection présidentielle soit utile au Tchad sont la Justice électorale, l’inclusion et l’alternance. « L’heure de l’alternance est arrivée. Et les Tchadiens veulent que le président sortant Deby les voie continuer le chemin qu’il a commencé », affirme-t-il avant de proposer le poste de conseiller à la sécurité à Deby.

Candidature à polémique

L’annonce de la candidature du leader des Transformateurs est sujette à polémique. Certains affirment d’ores et déjà le rejet de sa candidature. D’autres soutiennent qu’elle est recevable sur la base de la hiérarchie des normes. Les premiers évoquent la constitution du 4 mai 2019, modifiée en 2020, a, dans son article 67 fixe l’âge à candidater pour la présidentielle à 40 ans. Les deuxièmes, la charte de la jeunesse de l’Union Africaine (UA) fixe cet âge à 35 ans. Pourtant le candidat des Transformateurs n’en a que 38. Interrogé à cet effet, il rétorque : « vous avez vu que ma candidature vient d’être enregistrée. Donc, parlons de ce qui est accepté pour le moment. » Reste à la Cour suprême de juger de sa recevabilité ou non.

Le dépôt des candidatures s’est ouvert le 13 février. Il restera ouvert jusqu’au 26 février à minuit. La liste des candidats retenus sera publiée le 9 mars conformément au chronogramme de la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

Christian Allahadjim

L'association tchadienne pour la promotion et la défense des droits de l'homme (ATPDH) s’inquiète du climat social et politique au Tchad qui, selon elle, se dégrade continuellement. C’est ce qui ressort du communiqué de presse signé du Vice-président, Djekourninga Kaoutar Lazare, ce 23 février 2021.

Selon le communiqué de presse de l’ATDPH, depuis quelques mois, les manifestations de rue, les grèves des travailleurs du public rendent la vie sociale et économique du pays morose. Pour le vice-président de l'ATPDH, Djekourninga Kaoutar Lazare, les libertés d'opinions, d'expression, de manifestants et de réunion sont constitutionnelles. « L’article 28 de la constitution, les articles 19 et 20 de la Déclaration universelle des droits de l'homme, et l’article 21 du pacte international relatif aux droits civils et politiques, entre autres, constituent les garanties », dit-il. Il soutient que, le Tchad est dans la période électorale et les candidats qui concourent aux suffrages doivent exercer leurs activités dans le respect de la loi.

Selon lui, le respect de la souveraineté et de l'unité nationale ainsi que la démocratie pluraliste sont plus que nécessaire. Le vice-président de l'ATPDH s'indigne des décisions du ministre de la Sécurité publique interdisant les réunions publiques. Il se demande comment les candidats à l’élection pourront mener leurs activités. Pour lui, l'argument covid-19 n’est plus acceptable. «…alors que le Président de la République et le Mouvement patriotique du Salut (MPS ) effectuent régulièrement des activités et des tournées politiques dans le pays ».

Le Tchad est signataire des instruments juridiques internationaux et a l'obligation de les respecter, relève le communiqué.  Les autorités tchadiennes doivent appliquer les lois garantissant aux Tchadiens leurs libertés d'opinion d’expression, de manifestations et des réunions en vigueur au pays affirme le vice-président de l'ATPDH.

Moyalbaye Nadjasna

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

-Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

  1. Divertissement
  2. Sports
  3. Mon Pays