dimanche 2 octobre 2022

Reportage

Reportage (1070)

L’accès à la cour du palais du 15-janvier n’est pas permis à tous. La cause : le coronavirus. Et pourtant ça fait la fête dehors à l’entrée du Palais du 15 janvier. Reportage.

C’était du spectacle gratuit devant le Palais du 15 janvier où le parti au pouvoir investit son candidat. C’était comme un rendez-vous des cultures, musiques modernes et traditionnelles rivalisaient de mélodie. Chacun cherche à captiver l’attention des participants. Les passants ne peuvent pas se passer de l’effervescence en dehors du palais. Les différents bureaux de soutien ne pouvant pas avoir accès, ont fini par constituer une haie le sur une distance pour accueillir le président fondateur du MPS, Idriss Deby Itno

A la droite, sur la pelouse, entourée des fleurs, un groupe d’enfants de la rue organisé dans un orchestre dénommé « Tchado Stars », tient les gens en haleine. Ces enfants dansent au rythme une chorégraphie sous les applaudissements d’un public conquis. Juste à côté, un autre groupe des « fananis » avec un rythme ensorcelant. Au loin on voit des bras levés et des têtes qui hochent. Adoum Mahamat est artiste-chanteur du groupe Djambadjoya. « Les artistes qu’ils aient accès ou pas sont derrière notre candidat. Les jeunes, les femmes bref tout le monde. C’est fini, rien n’est à craindre, on va gagner InChallah», dit-il.

Un groupe traditionnel au rythme du gourna Toupouri de Mont Illi remue la place. Torses nues, ils portent des peaux tannées autour de leurs tailles, bâton en main et des flûtes traditionnelles. Rythme, esquisse des pas de danse ne laisse personne indifférent. Le groupe étale toute sa richesse culturelle. Un message fort pour la jeune génération ressortissante du Mont i Ili qui n’a jamais été au village. « Cela fait deux heures que je suis en train de suivre la danse gourna qui m’a vraiment manqué. Je me rappelle de beaucoup de choses et de mon enfance au village », confie, Lorssala Vaïman qui refuse de se faire filmer.

Moyalbaye Nadjasna

Le candidat du Mouvement Patriotique du Salut (MPS) pour la présidentielle qui pointe à l’horizon sera bientôt investi. L’évènement officiel est prévu samedi 06 février. En attendant ce rendez-vous, les militantes et militants s’activent pour que la fête soit belle. Ialtchad Presse est allé prendre le pool des militants et de l’ambiance au quartier général des Jeunes du MPS. Reportage.

Quartier Klémat, 8ème arrondissement de N’Djamena capitale tchadienne. Le bureau du Rassemblement des Jeunes du Mouvement patriotique du salut (RJ/MPS) grouille de monde. Ça sent la fête politique, l’ambiance est à la confiance. Les militants sont en mouvement. S’entremêlent, des musiciens et artistes maintiennent le temps. Dans les bureaux les militants parlent stratégie politique sur les préparatifs du congrès d’investiture du candidat de leur parti.

Abdoulaye Mbodou Adam est représentant du RJ/MPS de Gabon.  «Je viens de Libreville pour assister au grand congrès extraordinaire de notre parti rassembleur, le Mouvement patriotique du salut (MPS). Au nom de la diaspora des jeunes du MPS du Gabon dont j’incarne j’en suis très fier. Nous sommes très reconnaissants pour tout ce que le grand camarade, président fondateur du MPS, le maréchal, Idriss Deby Itno fait depuis un moment à la jeunesse. Je suis le porteur du message des jeunes de Libreville qui soutiennent tous le grand camarade », signifie-t-il l’air jovial sûr de lui.

Pour le député Abdoulaye Choua, leur parti se rapproche d’un grand évènement. Un moment important selon lui dans la vie politique du pays. Il affirme que le MPS est le seul parti rassembleur et toujours bien organisé. « Vu le calendrier électoral publié par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), nous allons tenir notre congrès pour investir notre candidat. Je suis content et satisfait. On a mis les bouchées doubles pour arriver à ce rendez-vous. Tout est en ordre. Tout va bien marcher », dit-il. 

Bêtes de scène

Komndé Emmanuel, est artiste-comédien. «Je suis sollicité pour le congrès. Nous les artistes n’avons pas de salaire. Nous vivons de nos prestations. L’évènement s’annonce bien pour moi», a-t-il confié. L’artiste-comédien profite pour exhorter les Tchadiens à porter toujours leurs masques « le covid-19 est réel et circule toujours ».  Col Hassane Allamine, de son nom d’Artiste-chanteur d’Hassana Krick est un militant qui ne passe pas inaperçu. « Nous avons fait des précongrès. Les 10 arrondissements de la capitale sont favorables à la candidature du Maréchal du Tchad Idriss Deby Itno. Il a beaucoup fait pour le pays. Que Dieu lui prête longue vie », dit-il. L’ambiance festive a commencé depuis quelques jours et durera jusqu’au samedi, jour d’investiture de notre candidat.

Moyalbaye Nadjasna

Chaque année, en janvier, les tomates fraîches pullulent les marchés de N’Djamena, capitale tchadienne. Moins cher, ce fruit est prisé par la population. Reportage.

Le marché « Dombolo » est l’un des petits marchés de la capitale sis au quartier Ardep-djoumal sur l’avenue Malloum. À 7h du matin, les N’Djamenois affluent vers ce marché pour s’approvisionner en tomates fraîches. Des grossistes, des semi-grossistes, des détaillants et des consommateurs se disputent le prix des tomates, mais aussi la qualité, la quantité et la provenance. Les allées sont serrées, les véhicules, les tricycles et les clandomen se mêlent aux piétons. Certains cherchent à se frayer du chemin. D’autres à mettre la main sur le bon produit à bon prix.

Ali Abdoulaye est délégué des commerçants du marché Dombolo. Selon lui, les tomates viennent de plusieurs localités : Dourbali, Loumia, Karal, Abba Limane, Couk, Hadidé, Sangaria, etc. La tomate est en vedette. C’est sa pleine période entre les mois de janvier, février et mars. En avril dit-il, la quantité va baisser. Et la tomate du lac prendra le relais pour alimenter N’Djamena. « Les tomates se vendent par caisse. Avant quand il n’y avait pas assez de tomates, la caisse se vendait 10 000FCFA. Mais maintenant, les prix sont en baisse. Ils varient entre 7500F à 5000FCFA. Avec le couvre-feu fixé à 18h, les clients avaient déserté. Cela a été un peu difficile, mais tout est rentré dans l’ordre », a confié le délégué.

Kodjoudéné Martine, la cinquantaine révolue est détaillante. « Je n’achète que les tomates de Farcha. Elles sont grosses et de bonne qualité. J’ai habitué mes clients à cette qualité, mais c’est cher aujourd’hui. La caisse est à 7500FCFA », signifie-t-elle.

« Je suis venue de Gassi acheter les tomates pour 1000FCFA. J’ai une bonne quantité. J’achète tous les deux jours. Madame les prépare accompagnées de la salade, un peu de pâte d’arachide et du pain. C’est notre déjeuner de la journée. Écouter j’ai une petite famille donc je n’ai pas besoin de manger chaque jour la boule ou du riz », dit M. Masdongar Crépin tout souriant.

Issaka Brahim, est mécanicien. Il refuse d’être photographié et relève qu’il adore les tomates. Selon lui, parfois, il en mange sans condiment. « Sinon mon vendeur à la sauvette passe tous les jours, il me prépare un plat de 200FCFA. C’est vraiment succulent, je mange pour prendre de la force. Et faire mon travail », conclut-il.

Moyalbaye Nadjasna

Un groupe des individus a perturbé ce mercredi matin, 27 janvier les cours dans certaines écoles privées de N’Djamena, capitale tchadienne. Cette perturbation est la conséquence de la grève de la plateforme syndicale revendicative lancée il y a quelques jours. Ialtchad Presse est allé constater. Reportage.

Certaines écoles privées de la capitale tchadienne ont reçu des mauvaises surprises ce mercredi 27 janvier. À peine les élèves installés dans les salles de classe, une pluie de cailloux s’est abattue sur les toits. C’est l’œuvre d’un groupe d’individus non identifié. Ils ont réussi à perturber les cours. Par mesure de sécurité, les responsables des établissements ont libéré leurs élèves. « Une pluie des cailloux s’est abattue sur les toits de nos salles de classe faisant un bruit énorme. Nous ne savons pas exactement comment cela s’est passé. C’était au moment où nous faisions normalement cours », ont rapporté certains élèves de l’école des Assemblées chrétiennes.

Dans d’autres écoles, les cours se déroulent normalement, mais les directions sont prudentes. Selon un responsable d’établissement, « nous sommes au courant de ce qui s’est passé. Nous n’avons pas encore été touchés. Donc nous travaillons tout en restant vigilants. Nous verrons comment soutenir nos amis du public en signe de solidarité pour 1 ou 2 jours », dit-il.

Le complexe scolaire junior la pyramide au quartier Ridina a été victime des perturbations de ces individus. M. Oumar Sanda, l’intendant de cette école affirme avoir mis tous les enfants étaient en salle. « Notre sentinelle est venue rapidement nous alerter qu’il y a des individus qui jettent des cailloux sur les toits. Aussitôt, nous avons alerté les forces de l’ordre, lorsqu’ils sont arrivés, les perturbateurs ont pris fuite. Les forces de l’ordre ont tenté de les retrouver, mais ils ont réussi à s’échapper. Il n’y a pas des dégâts ». Selon lui, alertés les parents se sont précipiter pour retirer leurs enfants. « Rien de grave n’est à signaler ».

Rappelons que le jeudi 14 janvier dernier, l’allègement des mesures de confinement de la ville de N’Djamena par les autorités a autorisé la réouverture des établissements publics et privés. Suite à cela, toutes les écoles privées ont ouvert le lundi, 18 janvier. Par contre, les établissements publics sont restés fermés pour cause de grève. La plateforme syndicale revendique le paiement des effets des actes de carrière, bloqués depuis 2016, et les transports des agents de l’État.

Moyalbaye Nadjasna

La ville de N’DjamÉna est désormais déconfinée suite à un décret présidentiel le 22 janvier dernier. Le transport interurbain reprend de plus belle. Une décision qui donne une bouffée d’oxygène aux agences de voyages. Elle est aussi un soulagement pour les usagers. Reportage.

C’était vendredi passé que la décision du déconfinement de la capitale tchadienne est tombée : N’Djamena est déconfinée. Ce matin dans les différentes agences de voyages tous les bus sont alignés le long de la voie du contournement de Dembé. Il n’y a pas achalandage. L’industrie peine à reprendre. Les voyageurs ont déserté. L’ambiance est calme contrairement à d’habitude. Jeudi matin, la plupart des bus des agences de voyages stationnés au-delà de 20 km de N’Djaména selon les exigences de l’ancien décret sont tous de retour en ville.

Adoum Bakadi, est gestionnaire dans une agence. Selon lui, cette décision ressemble à une écaille de poisson longtemps calée à la gorge. « C’est un soulagement pour nous et pour nos clients. Vous savez, l’interdiction de voyages interurbains a eu beaucoup de conséquences. Surtout social, les employés et leurs familles ont beaucoup souffert et l’industrie les chiffres d’affaires des agences ont chuté », confie-t-il.

Pour Adoum Bakadi, il n’y a pas des clients parce que la décision de déconfinement est encore fraîche. « Les choses vont reprendre doucement et on reprendra le rythme d’antan ». Peut-être si les travailleurs gagnent leur salaire dans les jours qui suivent, la semaine prochaine, il y aura de changement, poursuit-il. « Nous n’avons pas augmenté le prix de transport. C’est difficile encore surtout que c’est le weekend. On espère la semaine prochaine sinon les jours à venir un changement », soutient le gestionnaire. 

Ndjenom Sévérine est en visite à N’Djamena. Et la décision l’a bloqué depuis 3 semaines. « Je suis venue à N’Djamena pour acheter des produits et repartir aussitôt, mais le confinement m’a bloquée. Je m’empresse à repartir avant qu’une autre décision me bloque. La vie à N'Djaména est très dure. Je repars à Moundou, c’est le même tarif. Il n’y a pas de problème », dit-elle souriante.

Pour Abdramane Senoussi, chauffeur d’une agence à Njari, « Taacha Abéché ».  « C’était très dur pour moi. Je suis chauffeur depuis des années. Lors de la suspension des activités, j’avais des problèmes à avoir 500FCFQ en poche. Si cela devait continuer encore ça allait être la catastrophe », dit-il.

Moussa, un autre chauffeur, témoigne. « J’ai beaucoup perdu. Et ce n’est pas l’État qui va me le rembourser. Franchement cette épidémie qui vient d’où on ne sait fait des dégâts. Dieu merci, on reprend Allah ».

Adam, secrétaire général du syndicat des transporteurs et FRET de N’Djamena, estime que le confinement de la ville est une décision difficile, mais comme il s’agit de la santé publique, il faut l’accepter. Selon lui, les conséquences économiques d’une telle décision sont évidentes. « Dieu merci, elle est levée. C’est salutaire pour l’industrie de transports et pour les personnes qui sont restées longtemps confinées à N'Djaména involontairement ».

Moyalbaye Nadjasna

 

Le transport urbain a repris service ce 14 janvier. Les conducteurs des motos taxis communément appelés « clandomen » se défendent d’avoir surenchéri durant le confinement strict. Reportage.

Les conducteurs des mototaxis ou « clando » démentent avoir haussé les prix de la course durant le confinement. Moursal. Avenue Mbaïlem Dana Thérèse, nom de l’ancienne Maire de la ville de N’Djamena. Bizarrerie tchadienne. Dans ce pays on immortalise les vivants. Sous un arbuste peu ombrageux, un groupe des clandomen attendent dans la causerie les éventuels clients. « Bonjour, les amis », ils répondent par un bonjour très appuyé et amical. Ils portent tous leurs cache-nez. Ils respectent cette mesure face au redoutable coronavirus. Il est particulièrement important surtout dans leur métier. Première interrogation : les clients estiment que vous, les « clandomen », aviez fait de la surenchère lors du confinement dur, que répondez-vous ?

Faux. Répondent-ils, unanimement. « Nous avons entendu une femme sur l’antenne d’une radio dire nous taxons 2000FCFA la course à l’absence des minibus et taxis. Peut-être ailleurs, mais pas ici à Moursal » disent-ils avec fermeté. Pour eux, les clients sont des rois même s’ils les taxent de profiteurs. Ils soutiennent ne jamais surtaxer les clients. « Cette désinformation vient des personnes de mauvaise foi qui veulent discréditer notre débrouillardise. Nous prenons que 250 FCFA pour des petites distances entre Moursal et le marché de Dembé. Et 500F si c’est une grande distance », confient-ils.

Deuxième interrogation (relance) : Il semble que vous vous frottiez les mains à chaque fois que les minibus ou « car Ha hiss » sont interdits de circulation pour raison de la Covid-19 ? « C’est tellement archifaux. Vous nous voyez tous ensemble on s’ennuie. Cela prouve qu’on n’a pas de clients. Ils rajoutent, « nous prenons souvent des risques. Et surtout lorsque le couvre-feu était à 18h00. Cela pour déposer nos clients en retard chez eux », notent-ils.

Remadji Céline est une usagère fidèle de mototaxi. Selon elle, ce n’est pas tous les clandomen qui font de la surenchère. « Ici à Moursal, je continue à être déposée au prix régulier et selon les distances. Je n’ai jamais payer au-delà de 500FCFA même durant la période sans minibus et taxis », a témoigné la jeune cliente.  Pour Maurice Djimtan, un autre client, les clandomen ont exagéré un tout petit peu avant de se rendre revenir à des meilleurs sentiments. « Ils ne sont pas malins. Ils auraient dû garder le même prix en travaillant plus vite pour faire plus de tournées. Peu importe les circonstances. Travailler plus et gagner plus disait un ex-président français », soutient-il en éclatant de rire. Et rajoute « …la France n’est pas le Tchad tara. Je viens de dire une bêtise, mais je maintiens mon affirmation ».

Pour les conducteurs des mototaxis, ces accusations sont gratuites. Ils affirment ne pas gagner beaucoup d’argent. Et de toutes les façons, il n’y pas ou il n’y a plus assez d’argent dans un pays en crise comme le Tchad, disent-ils.

Moyalbaye Nadjasna

L’allègement des mesures par les autorités autorise la réouverture de ces cadres éducatifs. Ialtchad constate l’effectivité de la reprise. Reportage.

Les établissements scolaires, universitaires publics et privés sont autorisés de nouveau à reprendre les cours. Ils avaient cessé les cours depuis quelques semaines suite au confinement de la ville de N’Djamena. Cette décision fait suite à l’augmentation des cas des personnes infectées dans la capitale tchadienne par le coronavirus.

Jeudi matin. 9h. Les grands lycées publics et privés de la capitale sont ouverts. Au Collège Évangélique, première étape de notre tournée. Le proviseur est absent nous informe le secrétariat. M. Batein, censeur du collège est présent. Il reçoit la rédaction avec beaucoup d’amabilité. « Nous avons convoqué une réunion avec les enseignants et tout sera décidé à l’issue de cette rencontre. Toutefois, nous entendons reprendre les cours, Dieu voulant le lundi matin », dit-il. Pour lui, il faut bien préparer l’esprit des enseignants afin de mieux accueillir les élèves dans le respect des mesures barrières. Le collège Évangélique est un établissement scolaire confessionnel créé en 1964. Il a fêté ses 50 ans en 2014. Plus de 1000 élèves sont inscrits. Et une cinquantaine d’enseignants y professent.

De côté de l’Avenue Mobutu se dresse le bâtiment du vieux et réputé Lycée Sacré-Cœur. Un des plus importants lycées privés de la ville. Ialtchad Presse est reçu, ici aussi par des censeurs. L’ambiance est studieuse, quelques élèves sont en classe. Selon l’administration, un établissement est comme une machine. Lorsqu’on allume, le processus s’installe doucement pour être enfin prêt à fonctionner normalement. « Nous avons commencé timidement avec la moitié de notre effectif. Les enseignants leur donnent des exercices. Nous comptons reprendre normalement le lundi si tout va bien », indique l’administration. Le téléphone n’arrête pas de sonner. Des parents appellent pour s’assurer de la reprise des cours, dit l’administration.

Écoles publiques bloquées par la grève

Rien à signaler aux Lycées Félix Eboué et Technique commercial. Selon les proviseurs, seule l’Administration est ouverte pour gérer des affaires courantes. « Nous avons les bulletins du 1er trimestre qui ne n’ont pas été totalement remplis dû au confinement de la ville de N’Djamena. À cela vient s’ajouter la grevé de la plateforme syndicale. On ne peut rien. On attend seulement puisqu’on ne peut rien dans un contexte pareil », dit M. le proviseur du LFE.

Dans la cour du LFE, un groupe des enfants jouent au football. Les portes des salles de classe sont hermétiquement fermées. En face, au LTC, rien. Au Lycée technique industriel et à la Faculté d’Ardepjoumal pas l’ombre d’un début du commencement de la rentrée scolaire. 

Dans les établissements scolaires confessionnels comme le collège Évangélique, le lycée Sacré-Cœur et le lycée Ibn Sina, une idée de rencontre de concertation fait son chemin. À la fin de celle-ci, il sera décidé s’il faut être solidaire durant 1 ou 2 jours en suspendant les cours en solidarité avec les collègues du public.

Moyalbaye Nadjasna

Le confinement de la ville de N’Djamena dû à la recrudescence de covid-19 est renouvelé pour deux semaines à compter du 14 janvier à 00heure. Cependant, des allègements sont consentis, parmi lesquels: les transports urbains. Les taxis et minibus ont repris ce matin. Ialtchad Presse est allé faire le constat. Reportage.

Ce matin, la reprise des minibus et taxis du marché à mil, de Dembé et à Chagoua ressuscite l’émotion des conducteurs et passagers. « Alhamdoulillah pour les uns, Dieu merci pour les autres » s’exclament usagers et chauffeurs.

Ousmane. 35 ans. Il est chauffeur de minibus, lorsque le gouvernement a brusquement décidé de l’interdiction des minibus et taxis de circuler, il était pris de court. Et les conséquences ont été énormes. « Nous empêcher de travailler équivalait à nous enterrer vivants. Personnellement, je n’ai aucune autre source de revenus ni une autre activité que celle de chauffeur de minibus », dit-il. Il est très content de la reprise des activités.

Brahim, lui, est passager. Il est embarqué dans un minibus au marché à mil pour le quartier Farcha. Il ne laisse pas paraître son émotion pour la reprise du transport urbain. « Vraiment, c’est un ouf de soulagement pour nous les passagers. Vous avez constaté que depuis 2 semaines on marchait. C’était très difficile surtout pour nous qui habitons loin du centre-ville. Qu’Allah nous préserve de cette dangereuse maladie », affirme-t-il. Cerise sur le gâteau, le prix n’a pas changé. 250F CFA pour un aller à Farcha.

Un autre conducteur de minibus, Moussa, dit très malheureux. « Il était temps sinon le feu ne va plus s’allumer sous la marmite. Vous savez, au Tchad, on ne vit pas, mais on survit au quotidien. Alors si le gouvernement a compris la souffrance de la population, c’est une bonne chose ».

Ahamat Issaka, conducteur de taxis, affirme que beaucoup de clients ne sont pas encore au courant de la reprise des transports urbains. « Nous jouons un rôle important dans la vie économique dans notre pays. Nous contribuons en payant nos taxes et cotisations. C’est une recette pour l’État. Donc je pense que les autorités ont enfin pris la bonne décision », signifie-t-il.

Moyalbaye Nadjasna

Le dur confinement de la capitale tchadienne, N’Djamena le 31 décembre passé a arrêté plusieurs activités non essentielles semant le désarroi. Depuis ce jeudi 14, les autorités ont levé certaines restrictions au grand soulagement de citoyens. Reportage

N’Djamena reprend peu à peu son rythme de vie. Il est 10h. La réouverture des boutiques, des marchés et bien d’autres activités des revenues génératrices reprend. Les rues sont bondées de monde. Les commerçants s’activent pour rendre propre leurs devantures et nettoient leurs produits pour les rendre plus attirants. Au marché de Dembé, à celui du marché à mile en passant par le marché central les constats sont les mêmes.

Moussa commerçant au marché de Dembé ne cache pas sa joie. Pour lui, le gouvernement est dans son rôle de protéger la vie de la population face à la pandémie. « On a fait 2 semaines à la maison c’est difficile, mais Dieu merci le gouvernement nous autorise à recouvrir nos boutiques ». Selon Moussa, c’est une perte économique en fermant les commerces, mais « la santé avant toute chose », dit-il.

Un groupe de commerçant au marché central accepte de parler, mais sous couvert de l’anonymat. Ils sont indignés. « Toutes ces décisions sont au profit du pouvoir. Nous ne méritons pas d’être enfermés pendant deux semaines pour rien », affirment-ils. Pour eux, ces mesures sont des manipulations gouvernementales.

Du côté des tenanciers des bars et alimentations, le constat semble le même.  Ngarmadji Jules propriétaire d’un bar de la place s’active avec ses proches collaborateurs à arranger les chaises et les tables. « Ouf! nous sommes soulagés de reprendre nos activités parce que c’était très difficile de joindre les deux bouts ». Nous avons compris les mesures du gouvernement. C’est normal puisqu’il y a la recrudescence de la maladie à coronavirus, et c’était trop inquiétant, souligne Ngarmadji. Pour lui, ce temps passé à la maison au chômage est difficile. Les tenanciers dépendent exclusivement de leurs établissements et alimentations, les fermés pour 2 semaines est un coup dur mais « nul n’est au déçu de la loi », ajoute-t-il.  

Tantine Romance, propriétaire d’une Alimentation, est satisfaite de la nouvelle autorisant les réouvertures des bars et restaurants. Pour Romance, cette décision, est une immense « Dieu merci le gouvernement est revenu sur ses décisions et cela nous soulage. On nous demande de faire la vente emportée on n’a pas le choix que de se plier à la décision », dit-elle. Pour la propriétaire, cette réouverture donne un nouveau souffle au secteur économique.

En terminant ses propos, Mme Romance est heureuse comme une petite fille de voir son la réouverture de son commerce. Dans l’euphorie, elle lâche, « je remercie les journalistes pour le travail abattu. Vous avez plaidé chaque jour notre sort auprès des autorités ».

Djilel-tong Djimrangué

Le confinement de la ville de N’Djamena suit son cours. L’arrêt des transports interurbains et urbains est un coup dur pour cette industrie. Reportage.

Deux semaines. C’est le temps que dure le confinement de la ville de N’Djamena, capitale du Tchad depuis 31 décembre. Le gouvernement a décidé de mettre en raison de la recrudescence des cas de contamination à la maladie à coronavirus. Non seulement la ville est isolée, mais les mesures sanitaires sont renforcées. Parmi celles-ci l’arrêt du transport interurbain et urbain. Depuis lors, la ville de N’Djamena est paralysée. Et l’impact économique se fait sentir pour les populations, pour les chauffeurs et les propriétaires des minibus et taxis. 

Mercredi 13 janvier. A la station des taxis de Dembé, Mahamat Nasradine fait la maintenance de sa voiture, une vieille 504 Peugeot. Il est chauffeur de taxi. « J’exerce ce métier depuis 1979 », dit-il. Avec les mesures édictées par le gouvernement, il ne peut pas exercer son activité pleinement. Cela, depuis deux semaines, « C’est tout ce que nous faisons les matins depuis l’entrée en vigueur des mesures sanitaires », nous fait-il savoir. Après la maintenance, Mahamat Nasradine vient bavarder avec ses collègues devant le siège de leur syndicat. « Comme nous n’avons pas d’activité, nous passons la matinée en papotant entre collègues avant de nous disperser ». 

Selon lui, parmi tous les secteurs ciblés par les mesures sanitaires, le secteur le plus touché est celui du transport. « Nous les transporteurs, nous sommes les plus touchés par cette mesure gouvernementale, surtout nous de la commune de N’Djamena », estime-t-il.  « Vous le constatez par vous-même. Nous tournons et retournons nos pouces. Il n’y a rien à faire ». 

Pour les transporteurs urbains, la santé c’est bien, mais il faut aussi gagner sa vie. « Cette activité nous permet de vivre au jour le jour. Restez sans activité durant 2 semaines, c’est trop pénible », souligne un autre conducteur, rencontré à la gare du marché à mil, sous couvert d’anonymat. Pour le moment, il dit vivre de ses économies. Jusqu’à quand pourrez-vous tenir ? « Pas longtemps ».

Même son de cloche chez Nasradine pour qui le transport urbain est une chaîne. Il permet de nourrir au moins cinq familles. « Un bus ou un taxi alimente le propriétaire, le chauffeur, l’apprenti, le commis de charge, le mécanicien, le laveur », dit-il. Avec l’arrêt du transport, ce sont des milliers de familles qui peinent à se nourrir et le coup économique est important.

Conséquences énormes

Hamat Mahamat est contrôleur général du syndicat national des transporteurs urbains et interurbains du Tchad (SYNAT). Selon lui, ces mesures sanitaires, salutaires, font perdre gros à l’économie nationale. « Imaginez, pour la location d’un minibus, il faut 20 000 à 30 000F CFA par jour. Faites un petit calcul et vous vous rendrez compte ce que les propriétaires des minibus perdent durant cette période de confinement », explique-t-il. Les pertes ne se limitent pas aux transports. Le syndicat dit également payer un coup, « comme il n’y a pas d’activité, les chauffeurs ne versent pas les cotisations journalières pour le fonctionnement de notre sous-bureau », soutien Hamat Mahamat. Il y a aussi les chauffeurs qui subissent les contre coups du Covid-19. « Je faisais une recette de 40 à 60 000F par jour. En défalquant ce que je dois au propriétaire, à l’apprenti et pour le carburant, il me reste 15 à 25 000F. Et maintenant, rien depuis 2 semaines. C’est terrible », dit Nasradine.

Plaidoyer

Pour l’industrie du taxi, il faut un allègement des mesures pour permettre à ses membres d’exercer leur métier.  « On sait que c’est pour lutter contre la pandémie. C’est normal que l’État se soucie de la santé de la population, mais on peut alléger les mesures », dit Mahamat Nasradine. Le 14 janvier sera la fin du deuxième confinement de la ville de N’Djamena. Sera-t-il renouvelé ou pas ? Dans tous les cas, le secteur du transport implore la clémence du gouvernement.  « Le gouvernement doit alléger un tant soit peu les mesures en nous permettant de reprendre notre activité dans le respect des mesures barrière comme la dernière fois », affirme le contrôleur du SYNAT.

Christian Allahadjim
Djilel-tong Djimrangué

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

-Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

  1. Divertissement
  2. Sports
  3. Mon Pays