dimanche 25 février 2024

Référendum : La classe politique se divise en 2 blocs

Nov 24, 2023

Issu des résolutions et recommandations du dialogue national inclusif et souverain qui s'est tenu en septembre 2022 à N'Djamena, le référendum constitutionnel invitant les Tchadiens le 17 décembre prochain à définir, par les urnes la forme de l'État, suscite des vives réactions et divise la classe politique nationale. Le premier bloc est le Groupe de Concertation des partis politiques (GCAP) constitué de 13 partis politiques s'oppose à la tenue de ce référendum. Le second bloc est la  coalition pour un « OUI » au référendum constitutionnel est mise sur pied par plusieurs formations politiques à leur tête le Premier ministre, Saleh Kezbabo (SK).

Le premier bloc le GCAP et plateforme républicaine, a lors d'un point de presse ce 24 novembre appelé les Tchadiens à l'opération « sifflet et tintamarre » pour exprimer leur désapprobation du référendum prochain qu’ils estiment être  «imposé». Selon eux, ce référendum constitutionnel n'a pour seul objectif que de perpétuer le pouvoir militaire d'un homme, accompagné par une horde de gens sans scrupule, dit M. Koursami, président national du parti les patriotes, membres de GCAP. Il affirme que l’opération sifflet et tintamarre qui sera suivie d'autres actions d'envergures a pour but d'empêcher la tenue d’un exercice électoral « irrégulier et illégitime » le 17 décembre prochain. « C'est un appel à l'engagement pour exiger un processus référendaire transparent, inclusif , participatif et égalitaire. Sifflez et tambourinez avec tout objet, vieilles tasses, vieilles casseroles le 16 et 25 décembre de 5h à 5h30, de 19h à 19h30 », dit M. Koursami.

Le deuxième bloc, la coalition pour le « Oui » est composée des partis politiques et des anciens mouvements politico-militaires. Il a été mis sur pied le 22 novembre dernier. Il est dirigé par l'actuel Premier ministre de transition, Saleh Kebzabo qui justifie ce choix en clamant l'unité des Tchadiens. « Nous devons démontrer et prouver à nos compatriotes que c’est seul dans un État unitaire, décentralisé, dans la bonne gouvernance, la paix et l’unité nationale qu’ils peuvent trouver leur salut », a expliqué M. Kebzabo. Certains partisans du fédéralisme ont fait défection en rejoignant le camp d'en face. C’est le cas de Takilal Ndolassem, conseiller national de transition. Il défend son choix en soutenant que le contexte géopolitique qui entoure le Tchad n’est pas favorable au fédéralisme. Il indique la forme de l'État unitaire fortement décentralisé qui  intègre certaines revendications comme le vote des gouverneurs, l’autonomie financière est une bonne chose.

Abderamane Moussa Amadaye

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays

    Votre Publicité sur Ialtchad Presse