DT

DT

Six jours après la publication des résultats du baccalauréat, les candidats admissibles au second tour prévu pour le 20 juillet,  travaillent fort pour ne pas rater leur seconde chance. Reportage.

Ils sont 14 993 candidats attendent le second tour sur toute l’étendue du territoire national. Aux Lycées Félix Eboué et Sacré-Cœur, ils sont nombreux, toutes séries confondues, qui s’apprêtent à affronter les épreuves du baccalauréat.  Encore abattus par les résultats du premier tour, certains sont stressés par la seconde épreuve qui se déroulera le 20 juillet prochain. D’autres sont concentrés, assis sous l’ombre des arbres des cours des établissements. Ils font de dernières révisions en groupe ou individuellement.  

« On se prépare pour le deuxième tour qui débutera le samedi. Et on espère que tout ira bien par la grâce de Dieu. Les difficultés sont nombreuses dans certaines matières comme en histoire, philosophie, français. Dans toutes ces matières, j’ai eu des problèmes, car l’année scolaire a été perturbée. Mais Dieu merci, je suis au deuxième tour. Et j’espère que cette fois-ci, j’aurais mon bac »,  dit Mahamat Mahmoud, candidat en série A4.

Abba Maï, de son côté souligne qu’il va redoubler d’efforts pour affronter les épreuves. « On se débrouille quand même pour affronter le second tour. Actuellement, je n’ai pas de difficultés. On se prépare en groupe avec les amis et certains camarades pour réussir. Même au premier tour, on a bien préparé. Comme dit un adage, l’Homme propose, Dieu dispose. Je suis au deuxième tour, je remercie Dieu, parce que le pourcentage de réussite cette année est catastrophique », affirme M. Maï

« On se débrouille en relisant les cours de soutien avec les enseignants », ajoute Laremodalbaye Chanceline.
Les préparatifs vont bon train

Selon Dr Minda Mahamat Saleh, présidente du centre du Sacré-Cœur, les préparatifs vont bon train. «  Nous avons déjà commencé avec les préparatifs. Au niveau de Sacré-Cœur  nous avons 575 candidats qui sont revenus pour composer le second tour toutes séries confondues sauf la série A4. Jusqu’à là, il n’y a aucun problème ». Toujours selon la présidente, la liste des candidats est affichée, celle des surveillants aussi, les tables-bancs sont numérotés, l’établissement est prêt. Elle souligne qu’au niveau de Sacré-Cœur, il n’y a pas d’entraînements pour les candidats. « Je crois que les candidats sont prêts pour affronter l’examen. Concernant les matières, nous avons plusieurs séries qu’on va travailler  qu’en un seul jour.  Nous allons  commercer  à 8h pour finir à la fin de la journée », dit-elle. Dr Minda conseille aux candidats d’être sereins, sérieux parce que c’est la dernière chance, « ne tricher pas. Concentrez-vous sur les matières à traiter ».

Nadège Riradjim

Très tôt dans la matinée du jeudi 18 juillet, les hangars aux abords de l’Avenue Elie Roumba dans le 3e arrondissement, derrière le Lycée Technique Commercial, ont été déguerpis. Reportage.

La tractopelle de la mairie a ravagé sur son passage des étals et kiosques installés de manière anarchique sur la voie publique. Dans un climat de colère et de tristesse apparente sur leurs visages, les propriétaires des boutiques détachent leurs hangars détruits par les bulldozers.

Djénobé Jean-Yves, tenancier d’un restaurant ne cache pas sa désolation. « En réalité, nous sommes déjà des victimes. La mairie, elle-même donne des autorisations et c’est la même mairie qui vient nous déguerpir. L’administration de la commune de N’Djaména est tordue. Si on dit que l’administration est une continuité et que l’autorisation a été donnée par le maire sortant, l’actuelle mairesse doit respecter les termes du contrat. Puisque c’est suite à une autorisation que nous avons créé notre petite entreprise. Nous avons eu un délai, mais ce renvoi est fait avant l’expiration du délai. Chaque fin du mois, ils viennent prélever 5 000 F CFA. Juste après ce dernier prélèvement, ils sont revenus casser nos hangars », dit-il.

M. Djénobé poursuit en soutenant qu’il y a beaucoup de choses à faire, mais la Mairie ne le fait pas. « Au lieu de nous donner du travail, ils ne veulent pas. Qu’est-ce qu’ils veulent dans ce pays ? Nous sommes des diplômés sans emploi et nous faisons ces activités pour survivre, mais ils viennent nous renvoyer. Qu’allons-nous faire ? C’est à cause de cela que les jeunes deviennent des brigands. Et ils n’ont pas tort ».

Un autre jeune entrepreneur Hissein Bani affirme que cette opération est irréfléchie. « Ils nous ont donné un délai, mais nous ne savons où aller. Les pertes sont énormes et le gouvernement doit nous dédommager. En principe, ils devraient nous chercher un endroit où nous installer. Nous n’avons pas refusé de quitter, nous sommes des débrouillards qui collectons 100 F CFA et 200 F CFA pour subvenir à nos besoins, mais ils viennent nous déguerpir. Qu’allons-nous devenir », se plaint-il.

Entre temps, la tractopelle qui déchiquetait les hangars est tombée en panne, à la grande satisfaction des vendeurs qui se moquaient des agents de la mairie.

Ousmane Bello Daoudou

Le Tchad rédige souvent des beaux textes et prend des décisions importantes pour régler certains problèmes. Toujours est-il que le respect et le suivi de ces décisions ne sont pas toujours au rendez-vous à cause du laxisme de l’État et de l’incivisme de la population.

À tout moment, les délais donnés pour l’application de telle ou telle autre décision sont soit reportés, soit suspendus. Pour preuve, la nouvelle mesure concernant le contrôle des pièces des engins à quatre roues et plus devrait entrer en vigueur pour la première fois le 25 juin dernier, mais vu la forte demande, le contrôleur général de la Police avait reporté une deuxième fois pour le 15 juillet. Selon les termes du communiqué du report, ce temps permettra aux retardataires de se conformer aux exigences.

Les usagers dénoncent les dérives de la force mixte, chargée du contrôle qui inflige des amendes importantes aux personnes en infraction et même celles en règle. Les forces de l’ordre, la gendarmerie, la police et la garde nationale et parlent d’un désordre orchestré par les usagers eux-mêmes.

Dans cet imbroglio, la responsabilité est partagée. L’incivisme des citoyens n’est pas tolérable. Il est difficile aux Tchadiens de respecter les moindres mesures hygiéniques. Les exemples sont légion : le déversement des ordures dans la rue, la défécation à l’air libre, le port de casque, l’interdiction de port d’armes à l’école ou dans des lieux publics, la corruption sont des interdits qui sont toujours d’actualité. Les forces de l’ordre qui sont censées faire appliquer les lois commettent elles-mêmes parfois des infractions. Du haut niveau des autorités jusqu’aux citoyens, les lois sont piétinées. Chacun y voit seulement son intérêt. Sinon comment comprendre que des lois, décisions et circulaires sont prises à chaque occasion sans impact considérable ?   Alors que nul n’est au-dessus de la loi. Peut-on développer un pays sans le respect les textes de la République ? Non. Impossible.

Amadou Voundia

L’espace champ de fil situé dans le 5e arrondissement de la ville de N’Djaména, la capitale tchadienne, réputée dans la vente des pièces détachées des engins de tout calibre, a aussi subi l’opération de déguerpissement de la ville le 8 juillet passé. Mécaniciens, « petits débrouillards » et boutiquiers sont vent debout contre cette décision. Reportage.  

Sur le lieu, les endroits autrefois occupés par des pièces des engins et des véhicules sont remplacés par une clôture en tôle. L’ambiance qui y régnait a laissé place aux véhicules de la police stationnés. Les mécaniciens, les chefs de garages sont chassés de leur lieu de travail. Le 11 juillet dernier, quelques jeunes mécaniciens mécontents ont saccagé la clôture en tôle qui a délimité ce l’endroit qu’ils considèrent comme leur espace de travail. Pour eux, le délai accordé pour quitter les lieux est très court. Et, certains disent avoir appris que leur espace est attribué temporairement aux vendeurs de « Wall Street ou marché Dubai Garr Tigo », eux aussi déguerpi du centre-ville. Cette situation est une pilule difficile à avaler pour les déguerpis de Champs de fil qui se sont installés depuis plusieurs décennies. Certains disent être informés avec un retard. C’est le cas de Béchir, propriétaire d’une entreprise de fabrication des briques en parpaings. « C’est de l’injustice, cet acte posé par l’État. Nous avons reçu le préavis à seulement 4 jours du déguerpissement sans même voir les preuves de ce préavis », fustige-t-il.

« Ils nous ont déguerpis sans toutefois nous proposer un endroit ailleurs. Nous attendons que les autorités nous trouvent un endroit. Les autorités ne sont pas sérieuses, sinon comment expliquer le renvoi des gens qui ne veulent que travailler pour survivre ? Nous sommes disposés à toutes les propositions. Si le gouvernement nous demande de partir, nous partirons. Mais, il faudrait qu’il songe à nous trouver une place », concède Aboubakar Chabana Abdelkérim, chef de garage rencontré sur place.

Par contre, certains jeunes manifestants ont saccagé les feuilles de tôle à cause d’un propriétaire de parking qui n’a pas été déguerpi. « Si ces jeunes se sont révoltés, c’est parce qu’un propriétaire du parking qui se trouve de l’autre côté n’a pas bougé d’un iota. Or la loi doit être appliquée à tout le monde. Soit nous partons tous ensemble soit nous restons tous », justifie Abakar Abdoulaye.

L’accusé rétorque en soutenant que, « cette manifestation n’est en aucun cas liée à mon installation. Ces personnes sont venues nous demander de participer à cette révolte. Mais, nous avons refusé, car c’est l’État qui s’est prononcé. Nous avons été informés du préavis à seulement 4 jours. Nous n’occupons pas cette place par la force ni par une influence quelconque. Je suis propriétaire de 3 parkings avec mes frères, nous avons plus de 200 véhicules stationnés dont certains propriétaires sont à l’étranger. Où est-ce que nous pouvons trouver un espace pouvant contenir ces véhicules dans un délai de 4 jours ? », se défend-il. Ce propriétaire de parking indique que lors de la visite des autorités dernièrement, l’accent a été mis plus sur l’évacuation des zones insalubres. « C’est de la pire injustice ce que nous vivons. Comment peut-on expliquer le renvoi des pauvres pour donner aux plus riches ? Ne sommes-nous pas aussi des Tchadiens ?  », ajoute-t-il. 
 
Il explique être volontiers de se faire déguerpir s’il y’a un espace pouvant contenir ses véhicules. Il soutient que les commerçants, les mécaniciens respectent les règles. « Nous nous sacrifions pour le bien du pays en payant régulièrement nos taxes, impôts, patentes et douanes qui s’élèvent à plusieurs millions. Nous représentons toutes les couches sociales ici au parking. Il faudrait qu’on nous traite avec dignité pour notre contribution au développement », dit-il en terminant.

Ano Nadege
Mahamat Yang-ching

Par arrêté, le ministère de la Sécurité publique a mis en place une commission mixte pour le contrôle des pièces des engins à quatre roues et plus afin de permettre aux usagers de régulariser la situation de leurs véhicules. Ce contrôle frustre les usagers.

Le matin du lundi 15 juillet, les grandes artères de la capitale tchadienne, N’Djaména, ont été quadrillées par les éléments de la commission composée de la police nationale, des gardes nomades et des gendarmes. Toutes les voitures non conformes sont saisies et ensuite conduites au siège de la commission au quartier Moursal, dans le 6e arrondissement. Les véhicules verbalisés  sont stationnés sous un hangar construit. Tous les services sont présents. Depuis, des voix s’élèvent pour dénoncer la manière avec laquelle le contrôle s’effectue. « C’est un désordre total. Dans l’arrêté ministériel, il est demandé aux usagers la régulation de leurs papiers tels que la fiche technique, l’assurance, la carte crise et permis de conduire. Mais une fois ici, les choses sont différentes. Nous ne comprenons rien, c'est un commerce ou une commission? Nous avons garé nos voitures depuis hier au sein. Il y a des démarcheurs à l'intérieur même de la commission. Soit ils travaillent ou bien ils nous laissent circuler. Nous cherchons à faire des recettes à l'État, mais on reste debout de 07h à 18h, c'est inutile, il faut qu'ils s’organisent  bien  », fulmine un passager.  

Un autre renchérit, « je suis venu ici, j’ai fait le tour de tous les services pour faire les papiers . En principe, lorsqu’on vous donne  un OK, c’est que c’est bon. Mais, ce n'est pas le cas, il y a une fiche que les policiers ont inventé pour se faire d’argent. En inspectant ta voiture, ils créent des défauts.  Pour moi, j'ai un problème de gaz, de ceinture de sécurité et le triangle, mais cela ne figure pas dans le communiqué du ministre ».

Sur place, le travail n’avance pas disent les usagers. Des véhicules sont alignés les uns après les autres. Selon des sources proches de la commission, le travail est mal organisé. Aux dernières nouvelles, le ministre de la Sécurité publique a suspendu  le contrôle des pièces des engins pour une période de 10 jours afin d’y voir clair dans cette affaire. Cependant, les éléments de la commission continuent à travailler.

Ousmane Bello Daoudou

L’Université du Tchad qui a longtemps basculé dans le précipice à cause de l’élasticité de l’année, de l’amateurisme et de l’immixtion des vendeurs d’illusions, retrouve ses lettres de noblesse, à travers la qualité dans la transmission du savoir.
 
Traduisant dans les faits les nouvelles exigences pour un enseignement supérieur de qualité, le ministre d’État, ministre de tutelle, Dr Tom Erdimi a assaini et engagé des reformes l’Enseignement Supérieur. Des réformes appréciées par de nombreux étudiants tchadiens.
 
Les Universités du Tchad qui faisaient la fierté du pays à travers la qualité de son enseignement du savoir, avaient rompu depuis belle lurette avec les bonnes habitudes où l’année académique commence fin septembre et s’achève en juin. Les mauvaises habitudes s’étaient installées avec les événements douloureux que notre pays a connus. Ces habitudes ont conduit certains étudiants à fuir le pays pour aller massivement dans les pays voisins. Le Tchad a donc vu sa jeunesse quitter massivement le pays au moment où la manne pétrolière coulait à flots.
 
Les étudiants n’ont pas tort puisque l’année académique ne prend pas fin dans le temps légalement imparti. Ainsi, un étudiant inscrit en première année termine son cursus LMD (Licence Master Doctorat) en cinq (5) ans au lieu de trois (3) ans. La responsabilité de cette élasticité de l’année est partagée entre étudiants, enseignants et gouvernants.
 
L’élasticité de l’année académique a été un véritable enfer pour les étudiants et les administrateurs des académies. Le phénomène d’une année qui commence et se termine l’année suivante en pleine année académique a impacté négativement la réputation de nos universités.
 
L’actuel ministre de l’Enseignement Supérieur, Dr Tom Erdimi, a pris le pari de mettre fin à ce phénomène de chevauchement des années académiques. Aujourd’hui, le résultat est là, les étudiants et les enseignants vont profiter de leurs vacances. Les étudiants pourront se débrouiller pour économiser un peu d’argent, voire aider les parents dans les travaux champêtres pour certains, et paître les brebis pour d’autres. Quant aux enseignants, ils mettront ce temps à profit pour peaufiner et enrichir leurs cours à travers la recherche.
 
L’exemple du ministre Tom Erdimi est à suivre puisqu’il s’est fixé des nobles objectifs qu’il a pu atteindre en s’appuyant sur des collaborateurs compétents et intègres. Il est temps qu’on responsabilise des cadres en fonction de leur compétence et intégrité pour booster les différents secteurs clés du pays. C’est à ce prix seulement que l’économie et le problème de l’emploi de la jeunesse seront résolus. Les hautes autorités du pays devront s’en inspirer et puiser sur le vivier des cadres qui prennent de l’initiative. En revanche, il est temps de démettre ceux qui ont pour seul objectif de s’enrichir en s’appuyant sur des cadres incompétents cooptés sur fond du népotisme.

MS Lasah

Le ministre de la Santé publique Abdelmadjid Abdelrahim a, à  travers  un communiqué de presse signé le 16 juillet fait état des cas suspects de maladie de la variole  du singe appelée MPOX  signalés dans six districts sanitaires du Tchad. Il appelle la population au respect des mesures  hygiéniques. 
 
Selon  M. Abdelmadjid Abdelrahim, cette maladie dangereuse, constitue un risque et une menace sur la population. Il se transmet de l'animal à l'Homme. La contamination interhumaine est limitée. Elle peut se transmettre par contact direct avec les fluides corporels, les lésions sur la peau ou sur des surfaces des muqueuses internes, comme la bouche ou la gorge, des gouttelettes respiratoires et des objets contaminés. « Les mesures de santé publique s'imposent pour minimiser le risque de propagation de cette maladie dans notre pays » , a-t-il dit.  
 
La variole du singe se manifeste par une forte fièvre d'apparition brutale, des éruptions cutanées avec des liaisons remplies des pus au niveau des mains et plantes des pieds et peut se généraliser sur tout le corps.
Pour se protéger de cette maladie évitable, le ministre de la Santé publique dit avoir mis en place un certain nombre de mesures préventives notamment  éviter tout contact physique et/ou sexuel avec toute personne qui présente des signes de MPOX/ autre excrétion ou liquide provenant des personnes malades ( sang, urines, sueurs, selles, vomissements, spermes, salive); en cas de contact avec une personne ou un animal suspect de MPOX, lavez-vous les mains avec de l'eau et du savon ou de la cendre.
 
Rendez-vous au centre de santé le plus proche en cas de communication pour des soins appropriés, pour les personnels de la santé, porter les équipements de prévention individuelle et respecter les mesures de prévention contre les infections pour votre protection et celle des malades
 
Le ministre de la Santé publique rassure les populations de la capacité actuelle de son dispositif à détecter rapidement tous cas et sa prise en charge sur toute l'étendue du territoire. Il indique qu'à ce jour, aucun cas confirmé de variole de signe n'a été notifié. Par conséquent, le ministre de la Santé publique compte sur la discipline et le civisme des populations pour éviter toute éventuelle propagation de la maladie.
 
Nadège Riradjim

Dans la nuit du 18 juin 2024, un incendie s’est déclaré dans un dépôt de munitions d’armes à Goudji, dans le 10e arrondissement de la ville de N’Djaména. Cet incendie dont l’origine est encore inconnue, a fait d’importants dégâts matériels et plusieurs morts et blessés sans oublier les traumatismes. Certaines victimes disent être lésées par les autorités et organisations non gouvernementales près d’un mois après le drame. Reportage.

Depuis la date sombre du 18 juin, les autorités et les responsables des organisations non gouvernementales défilent sur le lieu du sinistre. Mais, visiblement, rien ne semble bouger en ce qui concerne la prise en charge des victimes. C’était une panique totale ce jour. Des explosifs ont détruit des maisons, calcinés des engins et tués des personnes dont plusieurs blessés. Certains blessés peinent à se prendre en charge. Alors que le Président de la République avait déclaré que les frais d’hospitalisation des blessés sont entièrement payés par l’Etat. « Pour certaines victimes, la prise en charge est à cent pour cent et pour d’autres, il n’y a pas eu de prise en charge du tout. J’ai une sœur qui a des fractures au niveau des pieds et bras, mais elle n’était pas prise en compte. En plus de cela, une autre voisine qui avait fait une fausse couche suite à cet incendie, elle aussi, n’a pas été prise en charge. Elle s’est rendue à l’hôpital pour se faire soigner, mais, elle n’a pas assez de moyens pour payer les factures », dit Mahamoud Defallah, rapporteur général adjoint du Comité des victimes des explosifs. M. Defallah, rajoute en affirmant qu’une mission conjointe de Etat et les humanitaires sont venus sur le terrain pour faire le porte-à-porte afin de recenser sans expliquer le but de ce recensement. « Pourtant l’Etat devait constituer une commission afin d’établir un rapport digne et honnête. Pour situer les responsabilités et réparer les dommages. Le chef de l’Etat s’est rendu sur le lieu au lendemain de l’incident pour constater les dégâts et annoncer la prise en charge des victimes liées à l’explosion », dit-il.

Aderamane Hamid, une victime indirecte déplore la situation, « un jour après l’incident, le matin, l’État a envoyé les gens pour recenser les personnes touchées par cet incendie. Depuis ce jour, les autorités gouvernementales ne sont plus revenues. Cet évènement a fait beaucoup de morts et blessés. On demande à l’État de nous venir en aide, sinon, on ne sait quoi faire ».

Même les commerçants ne sont pas épargnés par le drame. La déléguée des vendeuses de poisson au petit marché « patte d’oie » Justine Fatimé est inquiète, « cet évènement nous a traumatisé. Nous avons perdus nos frères et sœurs. Nos marchandises se sont décomposées à cause de ce problème. Je n’ai pas pu vendre. Je n’ai pas l’esprit tranquille, parce que j’ai toujours peur que la même chose se reproduise. On demande à l’État de nous venir en aide », a-t-elle plaidé.

Ousmane Bello Daoudou
Nadège Riradjim

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

-Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

  1. Divertissement
  2. Sports
  3. Mon Pays