vendredi 27 janvier 2023

Tracasseries dans les paiements des ex-agents de l'Ondr, Sodelac, PNSA, et Anader

Déc 08, 2022

Après plusieurs années d'attente les agents de l'ex-Ondr, de la Sodelac, PNSA et l'Anader retrouvent le sourire. La commission diligentée par l’Inspection générale d'État (IGE) a été mise sur pied pour le paiement intégral des arriérés des salaires d'environs à 1000 agents. Beaucoup peines à recouvrer leurs droits après trois semaines d'enroulement. Reportage.

Il est 11h passé au ministère de la production Agricole et de l'Irrigation, les ex-agents assis sur l'ombre des miniers par des petits groupes remplissent l'enceinte du ministère. Les uns ont des visages, frustrés d’attendre. D'autres avec un léger sourire, patiente dans une ambiance très calme la commission d'enroulement.

Kebdika Sobserba de l'antenne sud-est (Sarh), « je suis ici depuis 3 semaines, je ne comprends pas le système. Quand je suis arrivé, ils procédaient à l'enroulement et à la vérification. Une fois les dossiers vérifiés, ils te demandent d'attendre 2 jours  » mais à la grande surprise de plusieurs ce n'est pas le cas.  « Nous sommes arrivés depuis le 23 et ont été enroulés du 23 au 05 décembre, on n'a pas perçu notre dû mais ceux qui sont enroulés le 2 ont perçu leurs chèques ». C'est ce qui est à l'origine du débordement. Cela a causé la suspension de la commission. La situation est compliquée, disent les ex-agents

A la question « vous êtes optimistes ou pessimistes pour toucher votre chèque". Il répond, « je ne sais pas  ». Mais il finit par dire qu’il reste optimiste. Ses amis qui ont eu leurs chèques ont déjà perçu leurs sommes. « Je ne sais pas ce qui adviendra dans l'avenir. Nous avons toujours espoir de rentrer dans nos droits ». Il affirme être inquiet, « nos antennes sont vdésertées puisque nous sommes tous ici ».

Les ex-agents veulent que la procédure soit accélérée pour qu'ils repartent à leurs lieux de travail pour faire le bilan de la fin de la campagne agricole. Il exhorte l’administration d'alléger les procédures « ça pourra mieux nous arranger pour avancer ».

Gaspard Dissou, délégué du personnel, rattaché à la commission rassure les uns et les autres. « Quelles que soient la  durée, les deux semaines qu'on a mis ici à N'Djamena est pour une  bonne cause ». Pour lui, la commission mise sur pied par le ministère de Finances ne maîtrise pas les arcanes du ministère de l'Agriculture. Cette commission essaie de tout vérifier parce qu'il s'agit d'argent. Même si les collègues sont impatients, il faut comprendre que c'est un problème technique, la commission ne signe pas le chèque. D'après M. Dissou tous ceux qui sont enroulés, leurs chèques sont établis et attendent la signature du Trésorier payeur général.  « Je dis haut et fort, il faut être optimiste. Si nous sommes restés pendant 7 ans à attendre, ce n'est pas les 2 semaines qui vont nous dépasser. Tout le monde aura son dû, c'est un acquis ».

Manemon Mapouki est lui aussi délégué de personnel de l'Anader, il est chargé de la communication. Pour lui, depuis le 21 novembre l'Inspection générale d'État a démarré l'enroulement des personnels pour procéder au paiement des arriérés de salaires de 2016/ 2017/ 2018. C'est un travail technique. Il est important de vérifier les pièces des ayants-droits. Il faut la présence physique de la personne avant de donner le feu vert. Il explique qu’on fait l'enroulement, on vérifie l’identité de la personne, après l'équipe envoie tous les dossiers au niveau de Trésor qui va être consigné par une seconde personne. Donc la procédure est lente. Et c’est dur pour nos amis venues de provinces, c'est un nouvel environnement pour eux. Il pense que le travail est en train d'être terminé. « Le travail progresse, tout le monde va percevoir ses droits pour toutes les années », di-il.

Ousmane Bello Daoudou

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays